X

À La Une

L'émir du Qatar, "premier dirigeant arabe à briser le blocus politique" à Gaza

Diplomatie Cheikh Hamad ben Khalifa al-Thani porte à 400 millions de dollars les investissements pour Gaza.
OLJ/AFP
23/10/2012

L'émir du Qatar, cheikh Hamad ben Khalifa al-Thani, est arrivé mardi dans la bande de Gaza, la première visite d'un chef d'Etat dans ce territoire palestinien depuis que le Hamas en a pris le contrôle en 2007.

 

L'émir est arrivé d'Egypte peu après 10H45 (08H45 GMT) à la tête d'une importante délégation comprenant son épouse, cheikha Moza, et son Premier ministre, cheikh Hamad ben Jassem Al-Thani, par le terminal de Rafah, où il a été accueilli par le chef du gouvernement du Hamas à Gaza, Ismaïl Haniyeh, lors d'une cérémonie officielle.

 

Les deux hommes se sont tenus côte à côte pendant que les hymnes nationaux palestinien et qatari étaient joués.

Un tapis rouge avait été déployé en son honneur. L'émir a ensuite été accueilli par un parterre de responsables du Hamas, dont les ministres du gouvernement de Gaza et un dirigeant en exil du mouvement, Saleh Arouri, venu dans le territoire palestinien pour l'occasion.

 

Cheikh Hamad et M. Haniyeh se sont ensuite rendus dans la salle d'honneur du terminal frontalier.

 

Cette visite de quelques heures revêt d'autant plus d'importance qu'à de très rares exceptions, les personnalités qui viennent à Gaza depuis cinq ans, comme le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon, ou les ministres européens des Affaires étrangères, évitent tout contact avec le Hamas, boycotté par la communauté internationale pour son refus de reconnaître Israël et de renoncer à la lutte armée.

 

L'épouse de l'émir du Qatar Cheikha Moza, ici en compagnie de

l'épouse de Ismaïl Haniyeh. AFP/Pool/Mohammed Abed

 

 

"Cette visite a une grande signification politique parce que c'est le premier dirigeant arabe à briser le blocus politique", a déclaré, avant l'arrivée du Cheikh, Taher al-Nounou, le porte-parole du chef du gouvernement du Hamas à Gaza.

 

A la veille de l'arrivée de l'émir, trois Palestiniens, dont au moins deux membres de groupes armés, ont par ailleurs été tués lundi lors de raids aériens israéliens dans le nord de la bande de Gaza.

Le porte-parole du Hamas a "condamné cette escalade qui témoigne de la mentalité israélienne criminelle". "L'occupant est par nature gêné par tout progrès politique du peuple palestinien, c'est pourquoi il est gêné par la visite de cheikh Hamad ben Khalifa al-Thani", a accusé M. al-Nounou.

 

L'émir avait atterri à l'aéroport égyptien d'Al-Arich, dans le Sinaï, et a rejoint sous escorte égyptienne le terminal de Rafah, à la frontière entre l'Egypte et la bande de Gaza.

 

"L'émir a accepté d'augmenter l'investissement du Qatar de 254 à 400 millions de dollars", a déclaré plus tard M. Haniyeh lors d'une cérémonie à Khan Younès (sud) en présence de cheikh Hamad pour poser la première pierre d'un projet de logements destinés à des familles palestiniennes défavorisées, qui portera le nom de l'émir.

 

Dans les rues de la bande de Gaza, des milliers de drapeaux palestiniens et qataris ont été accrochés, ainsi que des photos géantes de cheikh Hamad. "Merci au Qatar qui tient ses promesses" ou "Bienvenue" pouvait-on lire sur des panneaux le long de la route Salaheddine, qui parcourt le territoire palestinien du nord au sud.

M. Haniyeh avait appelé, dans un communiqué, la population "à exprimer la bienvenue à l'émir du Qatar en sortant dans les rues".

 

La visite doit se terminer vers 16H00 (14H00 GMT).

 

Le porte-parole de Haniyeh a démenti que "cette visite renforce la division, comme l'affirment certains", avec la Cisjordanie, gouvernée par l'Autorité palestinienne du président Mahmoud Abbas, chassée de Gaza par le Hamas en juin 2007.

 

Cheikh Hamad s'est entretenu dimanche avec le président Abbas, des relations bilatérales et de cette visite. M. Abbas a remercié le Qatar pour ses efforts en faveur de Gaza, mais a insisté sur la nécessité de "préserver l'unité des Territoires palestiniens et de mettre fin à la division", selon l'agence officielle palestinienne WAFA.

 

Israël a jugé "bizarre que l'émir ne soutienne pas les Palestiniens dans leur ensemble, mais qu'il prenne parti pour le Hamas contre l'Autorité palestinienne, à qui il n'a jamais rendu visite". "L'émir a ainsi choisi son camp et ce n'est pas bon", a déploré le porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères Yigal Palmor.

 

Pour mémoire

Le Qatar va faire entrer des matériaux via l'Egypte pour reconstruire Gaza

 

Doha-Beyrouth : rétablissement des ponts économiques

 

L’action du Qatar en France continue d’intriguer la classe politique

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

SAKR LEBNAN

Hommage à l'Émir du Qatar et à son initiative unique dans le monde arabe et musulman.

GEDEON Christian

je ne sais pas bien ce que l'Emir du Qatar a derrière la tête...mais ce qui est sûr,c'est que les noms d'oiseaux dont il est affublé sont vraiment malvenus...l'insulte ne saurait tenir lieu d'argumentation pour ou contre son déplacement à Gaza...et puis,il faudrait quand même reconnaître quelquechose à l'Emir...c'est que lui,au moins,il est allé sur ce bout de territoire palestinien...quel autre dirigeant arabe peut en dire autant?Et avec son épouse qui plus est,personnage étonnant....alors,doucement les basses...

Ali Farhat

C'est bien! Chacun peut donner ce qu'il a, ils n'ont que l'argent et c'est qu'ils en donnent une goute car les Palestinien sont assoiffé de cet argent. Connaissant ces gents, je veux espérer qu'ils ne sont pas allé à Gaza pour leur demander d'interrompre la lutte armée contre de l'argent et d'accepter les conditions humiliantes américano-israélienne pour le profit de ces derniers ou des positions contre la Syrie de Bachar el- Assad et l'Iran. Conditionner ces aides par le vil choix qui consiste à dire où nous où la résistance armée ne ferait que diviser les forces Gazaouis et cet argent se transformerait en motif de divisions. Il faut que le qatar continue de donner de l'argent sans conditionner cette aide et que cela fasse des émules parmi les autres "arabies démocratiques" du golfe! Je veux (un peu naïvement croire) qu'ils ne sont aller à Gaza pour compte du sionisme comme il font en Syrie!

Antoine-Serge KARAMAOUN

On aurait dit l'exotique néjjéééd et ses enturbannés mollahs "Perscés", se trimbalant de temps à autre jusqu'au Liban pour leur remonter autant que faire se peut le moral aux fameux "fakîhàRiens" d'Ici et leur donner en sus de new directives ; saupoudrées comme de bien entendu de quelques restants d'aumône. Ya Hassértéhhh !

Jaber Kamel

Voilà le nouveau moyen de se moquer du pauvre peuple palestinien, terrorisé, démuni déshabillé, lui envoyer un clown comme celui de Saida, pour l'amuser un peu, comme on le fait dans des hopitaux en Europe pour des enfants hospitalisés.Allez rentre chez toi qatari et retire tes billes qui ne sont pas les tiennes.Si les arabes avaient été capables de faire quelque chose pour ce peuple, tu ne serais pas venu à Gaza, mais en Palestine. Bouffon va!!

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

L’arnaque

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants