À La Une

Le message de la jeunesse

OLJ
16/09/2012
Voici des extraits de l’allocution adressée, au nom des jeunes, par Rania Abou Chakra et Roy Jreich, au pape Benoît XVI à l’occasion de sa rencontre avec les jeunes à Bkerké :
« Sainteté,
Aujourd’hui, plus que jamais, nous avons besoin de la présence active de l’Église dans ce Moyen-Orient qui ploie sous le fardeau de la haine, de la peur, du désespoir et de la souffrance.
Sainteté, votre présence au Liban, en dépit des circonstances qui sont les nôtres, est un défi à la logique de la guerre et du désespoir ;
elle est signe de paix et d’espérance (...).
Nous vous confions et partageons avec vous ce que la plupart de nos jeunes du Moyen-Orient vivent aujourd’hui.
Nous, jeunes du Moyen-Orient, sommes plongés aujourd’hui dans une mer de difficultés, d’appréhensions et de craintes ; beaucoup de jeunes de notre génération vivent dans un grand désarroi, font l’expérience du découragement et affrontent la corruption.
Qu’elles soient liées à l’état de la sécurité, aux crises politiques et économiques ou au chômage, les difficultés qu’affronte la famille chrétienne sont immenses et comprennent en outre la perte du sens sacramentel du mariage, l’athéisme contemporain, les discriminations religieuses et raciales, les fléaux sociaux que sont la toxicomanie et l’alcoolisme.
Nous nous retrouvons dans l’impuissance de provoquer le changement et le relèvement de nos patries, et c’est pourquoi beaucoup d’entre nous émigrent à la recherche d’un avenir meilleur.
Dans cette actualité changeante, nous tentons d’interagir avec les réalités politiques et sociales de nos sociétés. Nous nous exprimons et nous nous engageons dans le domaine public, pour vivre notre mission au cœur du monde et l’élever vers le meilleur. Nous, jeunes du Moyen-Orient, aspirons à la paix et rêvons d’un avenir sans guerres, d’un avenir où nous jouerons un rôle actif, où nous travaillerons avec nos frères, les jeunes de différentes religions, à bâtir la civilisation de l’amour, édifier des patries où les droits de l’homme et sa liberté sont respectés, où sa dignité est protégée.
Nous recherchons la culture de la paix et la condamnation de la violence ; nous voulons être des ponts vivants de dialogue et de coopération.
Beaucoup d’entre nous font l’expérience de l’amitié, de la communion et du bon voisinage avec des jeunes gens et des jeunes filles appartenant à d’autres religions. Ce sont des expériences uniques qui nous distinguent au Moyen-Orient au niveau de la convivialité. Nous ne craignons pas les autres qui sont différents, même si nous craignons parfois la pensée fondamentaliste.
Cette pensée en séduit quelques-uns ; elle entrave le dialogue des religions et ce qu’il permet comme rencontres de jeunes, célébrations communes et activités culturelles et sociales diverses (...).
Nous rêvons d’une Église qui reçoive ses jeunes, qui les écoute et tienne compte de leurs défis, qui se tienne activement et pratiquement à leurs côtés, qui les conduise à découvrir le Christ vivant dans Sa Parole et sache concilier d’une part le discours et le sermon, d’autre part l’action et le témoignage (...). »

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.