X

À La Une

Liban : deux médicaments pour enfants interdits

Santé
olj.com
20/03/2012

Le ministre libanais de la Santé, Ali Hassan Khalil, a ordonné, lundi, l’interdiction de la vente de deux médicaments pour enfants. Sont visés par cette interdiction le Febrectol, des suppositoires visant à faire descendre la fièvre, et le Trophires, des suppositoires contre la toux.

 

Aujourd’hui, le président du syndicat des pharmaciens, Ziad Nassour, a indiqué à la chaîne de télévision LBCI que cette interdiction est fondée sur une étude réalisée en France en novembre dernier. Une étude qui a montré que ces médicaments contiennent des dérivés terpéniques qui pourraient engendrer des problèmes neurologiques chez les enfants de moins de 30 mois et chez les enfants souffrant d’épilepsie.

 

"Les suppositoires contenant des dérivés terpéniques (incluant le camphre, le cinéole, le niaouli, le thym sauvage, le terpinol, la terpine, le citral, le menthol, les huiles essentielles d’aiguille de pin, d’eucalyptus et de térébenthine) sont indiqués dans le traitement d’appoint des affections bronchiques aiguës bénignes ou dans les états congestifs de l’oropharynx. Ces produits ont été associés à des complications neurologiques (telles des convulsions, somnolence et agitation) en particulier chez l’enfant, en raison de l’immaturité du système nerveux central", peut-on lire dans une notice envoyée, en novembre dernier, par l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) aux praticiens français.

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Rbeiz Joanna

On a tous recu une longue liste de medicaments interdits par emails,mais on faisait confiance a nos medcins. Medcins qui recoivent des cheques a la fin de chaque mois pour promouvoir un produit. Pharmacies qui vendent du lait infantile ancien au meme prix le nouveau. Bravo pour les petits debuts du reveil de la conscience des responsables! Et la suite...?

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.