Rechercher
Rechercher

À La Une - Dans la presse

Un activiste du Hezbollah risque de passer devant un tribunal militaire US

Ali Moussa Daqdouq, détenu en Irak depuis mars 2007, est accusé du meurtre de soldats américains et d'autres "crimes de guerre".

La fiche de présentation de Ali Moussa Daqdouq établie par les forces américaines après son arrestation en Irak, en mars 2007.

L’administration américaine a approuvé les accusations d’une commission militaire contre le Libanais Ali Moussa Daqdouq, accusé d’avoir tué des soldats américains en Irak, a rapporté vendredi le New York Times. En conséquence, il pourrait être jugé par un tribunal militaire, une instance généralement réservée aux suspects liés à el-Qaëda, ajoute le journal américain.

 

M. Daqdouq, accusé d’être un activiste du Hezbollah, était détenu par les forces américaines en Irak depuis le 20 mars 2007. Il a été remis aux autorités irakiennes en décembre dernier. Le 3 janvier, des procureurs militaires américains ont publié un acte d’accusation de huit pages, dont le New York Times a obtenu une copie, l’accusant du "meurtre de soldats américains à Kerbala" et d'autres "crimes de guerre" (terrorisme, espionnage...).

 

Un porte-parole de l’armée américaine, le Lieutenant Colonel Todd Breasseale, a confirmé au New York Times les accusations portées contre M. Daqdouq. "Le gouvernement cherche à obtenir des autorités irakiennes le transfert de Daqdouq vers un tribunal militaire américain le plus vite possible", a-t-il dit au journal newyorkais. Il n’a pas voulu expliqué pourquoi l’acte d’accusation n’a pas été rendu public. La Maison-Blanche s’est refusée à commenter, ajoute le journal qui note que l’administration Obama pourrait utiliser ces accusations pour justifier une éventuelle prolongation de la détention de M. Daqdouq en Irak au cas où les autorités irakiennes décident de ne plus le poursuivre en justice ou s’il est acquitté par un tribunal irakien. Les responsables américains craignent que le gouvernement iranien n’exerce des pressions sur l’Irak en vue de la libération de l’accusé.

 

Si Ali Moussa Daqdouq est jugé par un tribunal militaire américain, l’affaire pourrait constituer un précédent, selon le New York Times. "Tous les autres accusés qui ont été jugés par les commissions militaires – établies par l’ancien président George W. Bush après les attentats du 11 septembre 2001 – étaient des détenus de Guantanamo Bay, liés à el-Qaëda ou aux Taliban", écrit le journal qui souligne que M. Daqdouq n’est peut-être pas au courant des accusations qui pèsent contre lui. L’avocat militaire Patrick J. Flor qui a été choisi pour le représenter a indiqué au quotidien avoir demandé la permission du Pentagone pour rendre visite à son client en Irak, mais ne pas l'avoir reçue.

 

M. Daqdouq est également accusé d’avoir entraîné des insurgés en Irak. L’agent du parti chiite, également connu sous le nom de Hamid Mohammad Jbour al-Lami, serait venu en Irak sur recommandation de la force al-Quds, unité d’élite des Gardiens iraniens de la révolution, selon les autorités américaines. L’armée américaine accuse la force al-Quds de diriger avec le Hezbollah des camps près de Téhéran, dans lesquels sont entraînés des combattants irakiens avant d'être envoyés en Irak pour y commettre des attaques. Téhéran a d’ores et déjà qualifié de "ridicules" ces accusations.

 

L’administration américaine a approuvé les accusations d’une commission militaire contre le Libanais Ali Moussa Daqdouq, accusé d’avoir tué des soldats américains en Irak, a rapporté vendredi le New York Times. En conséquence, il pourrait être jugé par un tribunal militaire, une instance généralement réservée aux suspects liés à el-Qaëda, ajoute le journal américain.
 
M....
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut