X

À La Une

Qui succèdera à Khaled Mechaal ?

Elections Le chef du Hamas ne se représentera pas à la tête du parti.
OLJ/Agences
22/01/2012

Le chef en exil du mouvement islamiste palestinien Hamas, Khaled Mechaal, ne se représentera pas, a annoncé samedi le Hamas, ouvrant la voie à une lutte pour sa succession. "Khaled Mechaal, chef du bureau politique, a fait part au Conseil consultatif du Hamas de son souhait de ne pas être candidat à la direction du mouvement à l'avenir", a indiqué le Hamas, qui contrôle la bande de Gaza, dans un communiqué.

 

Les dirigeants du Hamas ont demandé à M. Mechaal de "revenir" sur sa décision et de laisser cette question au "Conseil consultatif en fonction de l'intérêt supérieur du mouvement", estimant qu'il ne s'agissait "pas d'une "affaire purement personnelle", selon le communiqué.
Le bureau politique, principal organe de décision du Hamas, est élu secrètement par le Conseil consultatif, instance plus large qui regroupe les principaux cadres du mouvement.


M. Mechaal, qui s'est exilé en Syrie pour prévenir tout risque d'attentat contre lui, ses prédécesseurs à la tête du mouvement ayant été assassinés par Israël, continuera à travailler au sein du Hamas "au service de son peuple, sa cause, son mouvement et la cause de la nation", selon le texte.


Le Hamas confirme ainsi des informations qui circulaient ces derniers jours dans la presse sur la volonté de M. Mechaal de ne pas rester à la tête du mouvement qu'il dirige depuis 2004.

 

Selon des sources du parti, les prochaines élections à la direction du bureau politique devraient se tenir en juillet ou en août. Parmi les possibles candidats à la succession de M. Mechaal, 55 ans, figurent son bras droit Moussa Abou Marzouk, également en exil, le chef du gouvernement du Hamas à Gaza, Ismaïl Haniyeh, et Mahmoud Zahar, un des plus influents dirigeants du mouvement à Gaza, a-t-on précisé de mêmes sources.


Longtemps considéré comme un radical au sein du Hamas en raison de ses liens avec la Syrie et l'Iran, Khaled Mechaal a opéré un rapprochement avec le Fateh, qui s'est traduit par un accord de réconciliation en avril, considérant que les bouleversements régionaux obligeaient les Palestiniens à l'unité. Ses récentes prises de position dans cette optique, en faveur d'une "résistance populaire pacifique" ou lorsqu'il s'est dit prêt à "donner une chance" aux négociations avec Israël, récusées par le Hamas, ont suscité la contestation, en particulier parmi les dirigeants du mouvement à Gaza, jusqu'alors présentés comme plus pragmatiques.


Des responsables du Fateh ont imputé le blocage de la réconciliation aux dissensions entre Khaled Mechaal et des dirigeants du mouvement à Gaza. "Nous savons qu'il y a des forces au Hamas à Gaza qui ne veulent ni la réconciliation ni renoncer à leur empire, leur argent ou leur influence", a déclaré la semaine dernière à la radio officielle Voix de la Palestine le secrétaire général du Conseil révolutionnaire du Fateh, Amine Maqboul. "Par conséquent, il y a une véritable menace sur la réconciliation si la direction en exil du Hamas ne commence pas à faire pression sur ceux de l'intérieur pour changer la situation à Gaza et insister sur la culture d'unité nationale et de réconciliation", a-t-il affirmé.


De leur côté, M. Mechaal et plusieurs responsables du Hamas avaient affirmé mercredi "l'importance que l'Europe soit ouverte à leur mouvement et renonce à son parti pris en faveur d'une partie palestinienne au détriment d'une autre", en référence au Fateh, lors d'une rencontre au Caire avec l'envoyé spécial suisse au Proche-Orient Jean-Daniel Ruch.

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Salam, Mikati et Siniora en Arabie : un rééquilibrage face à l’influence iranienne grandissante

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants