Liban

Asarta : Il y a toujours des armes et des éléments armés hostiles dans le secteur de la Finul

Liban-Sud Les derniers troubles au Liban-Sud ont été l’objet d’un entretien qu’a eu le commandant en chef de la Finul avec le Premier ministre, d’une part, et le président du Parlement, d’autre part.
OLJ
15/12/2011
« Le Liban est attaché à la coopération avec les forces multinationales opérant au Liban-Sud en vue de conforter la sécurité et la stabilité avec l’aide de l’armée libanaise. » C’est ce qu’a déclaré hier le Premier ministre, Nagib Mikati, qui a reçu le commandant en chef de la Finul, le général Alberto Asarta.
Lors de l’entretien qui a porté sur la situation au Liban-Sud, M. Mikati a réitéré sa condamnation de l’attentat qui a visé les Casques bleus et qui, a-t-il dit, « constitue une tentative douteuse visant à faire monter la tension au Liban-Sud et à saper la stabilité qui y prévaut ».
Selon lui, « le fait de viser l’unité française a pour but de porter atteinte à la relation entre le Liban et la France ». Toutefois, a-t-il dit, cette agression n’altérera pas « la poursuite de notre attachement au rôle de la Finul qui soutient le Liban et aide l’armée libanaise à conforter la stabilité ».
Le Premier ministre a réitéré son appel à la communauté internationale et aux Nations unies, les exhortant à soutenir l’armée logistiquement afin qu’elle puisse s’acquitter des tâches qui lui sont confiées, et à faire pression sur Israël « pour qu’il cesse ses violations constantes de la souveraineté libanaise et pour faire appliquer les résolutions internationales ».
Pour sa part, le général Asarta s’est contenté d’expliquer que son entretien a été l’occasion pour passer en revue la situation au Liban-Sud et les moyens de résoudre les problèmes sur place. Le commandant de la Finul s’est également rendu auprès du président du Parlement, Nabih Berry.

Des brèches dangeureuses
Le porte-parole de la Finul, Andrea Tenenti, a indiqué dans un communiqué que la rencontre du général Asarta avec MM. Mikati et Berry avait pour objectif de discuter de la situation qui prévaut dans le secteur sous contrôle des Casques bleus, « à la lumière des derniers événements qui ont révélé des brèches sécuritaires dangereuses ».
Reprenant les propos du général Asarta, le communiqué précise « que les récents actes de violence visent à remettre en cause la stabilité et la paix qui ont prévalu au cours des cinq dernières années au Liban-Sud. De tels actes ne visent pas uniquement à porter tort aux forces de maintien de la paix, mais menacent également la sécurité des habitants de la région et la sécurité du Sud ». Il ne faudrait pas permettre à ceux qui ont exécuté les attaques d’atteindre leurs objectifs », a-t-il dit.
Le responsable militaire s’est prononcé en faveur d’une enquête efficace qui doit être menée afin de retrouver les responsables. « En plus de sa mission, la Finul considère que la paix des habitants et leur bien-être sont une priorité », a ajouté le général Asarta qui précise avoir passé en revue avec ses interlocuteurs libanais « le besoin de conforter l’emprise sécuritaire dans la région ».
Pour le général Asarta, » le gouvernement du Liban, qui est le pays hôte, a la responsabilité principale d’assurer la sécurité de la Finul », a-t-il dit, ajoutant que les Casques bleus œuvrent en concertation avec les autorités libanaises en ce sens. « Les derniers incidents ont démontré qu’en dépit de tous les efforts déployés par la Finul et l’armée libanaise, il y a toujours des armes et des éléments armés hostiles dans le secteur des opérations (de la Finul), et ce en violation de l’une des clauses les plus importantes de la résolution 1701 du Conseil de sécurité », a conclu le responsable militaire.

Watkins chez Frangié
Par ailleurs, le coordinateur par intérim des Nations unies, Robert Watkins, a rencontré le chef des Marada, Sleimane Frangié avec lequel il a passé en revue les développements au Liban et dans la région.
L’entretien a également porté sur l’exécution de la 1701. Dans un communiqué, M. Watkins a indiqué avoir exprimé devant son interlocuteur « l’inquiétude des Nations unies des récents développements au Liban-Sud ».
Rappelant que le secrétaire général de l’ONU a condamné les incidents qui ont secoué le Liban-Sud, il a espéré que la sécurité et le calme se rétabliront dans cette partie du pays. « C’est un moment critique en matière de préservation du calme et de la stabilité, et de maintien de la cessation des hostilités », a-t-il dit.

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Réformes : selon Kanaan, le moment est propice pour passer aux actes

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.