X

Culture

Avec Rodger Hodson, 2 heures de souvenirs et de pur délire

Festival de Beyrouth Il a comblé son public, cet ex-chanteur et compositeur du groupe Supertramp qui s'est produit dans le cadre du Beirut Music Art Festival.

02/06/2011
Il l'a conquis une fois de plus, en lui offrant les plus grands tubes de son répertoire, accompagné d'un peu de nostalgie, beaucoup de souvenirs et une tonne de plaisir!
Des deux, on ne saurait dire qui était le plus heureux d'être présent ce soir-là sur le nouveau front de mer de Beyrouth: le chanteur ou son public. «I am so excited to be here in Lebanon. I came five years ago, and I felt in love with this country and the spirit of his people», lance-t-il visiblement ému et tout sourires. Il n'en fallait pas plus pour rapprocher un public, déjà conquis, de son chanteur. Cheveux longs au vent, chemise claire, entouré de ses quatre musiciens, Bryan Head à la batterie, Ian Stewart à la basse, Aaron Mac Donald au saxophone et harmonica et Kevin Michael Adamson à l'orgue électrique, «ravis eux aussi d'être au Liban», Rodger Hodson va se lancer deux heures durant, avec sa voix reconnaissable entre toutes, dans les meilleurs de ses tubes écrits et composés par lui-même. Il s'assied devant son orgue et, au son de l'harmonica merveilleusement bien joué par un Aaron Mac Donald qui se donne à fond, il entame Take A Long Way Home. Et le ton est donné. Au piano, à l'orgue électrique ou à la guitare, il va alterner avec une cadence incroyable et une générosité sans bornes rythmes lents et chansons plus dynamiques. Si le look a pris quelques rides, la voix, elle, est restée intacte. Cette voix «spéciale Supertramp» qui ramène des années en arrière.

Des mélodies indémodables
«Let's go back to school, to the beginning», lance-t-il alors en invitant le public à se lever, danser et chanter avec lui sa chanson School. Il n'en fallait pas plus pour susciter le délire du public! Une foule d'abord un peu mitigée, puis littéralement transportée au pied de la scène pour revivre les «best of» de ses meilleurs souvenirs. Au son de l'harmonica et du saxophone, les jeunes s'éclatent dans Take a Look at my Girlfriend sous le regard ravi du chanteur. Puis, ils l'accompagnent dans sa chanson Whistle, en sifflant avec lui, un peu timidement quand même, la chanson n'étant pas bien connue des Libanais. C'est The Logical Song qui fait carrément décoller le concert. Certains ouvrent leurs parapluies lorsqu'il entame It's Raining Again, ce qui fait sourire le chanteur, qui poursuit avec Give a Little Bit of my Life, reprise en chœur par la plupart. Hodson avoue « qu'il a été étonné lors de son passage à Byblos, il y a cinq ans, de constater que le public connaissait sa chanson Love is in the Wind! Il la chante, enchaîne Dreamer, interprète, pour la première fois, une chanson de John Lennon, Across the Univers, à la seconde mi-temps, entachée quand même par une sonorisation un peu défaillante, qui a fait grincer les notes et les instruments. Hodson est littéralement extasié devant l'enthousiasme du public! «You really know how to be happy», dira-t-il à tous ces gens en délire. «Il oublie que c'est toute notre jeunesse et nos souvenirs des années 80 qu'on retrouve ce soir-là», s'écrie une fan de ce chanteur, la quarantaine, qui ne s'est pas assise de toute la soirée sur sa chaise. Ce que ce chanteur, compositeur, interprète, qui a créé les plus belles chansons du groupe Supertramp, oublie surtout, c'est qu'il est l'âme de ce groupe et, malgré son départ depuis plus de vingt ans, sa voix, son nom et ses textes restent à jamais marqués dans la mémoire et les souvenirs de toute une génération. Et cela, son public n'est pas prêt de l'oublier de sitôt!

À la une

Retour à la page "Culture"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué