X

Culture

Alain Plisson reprend « La conférence des oiseaux »

Théâtre Du 29 avril au 15 mai, l'espace Tournesol présente « La conférence des oiseaux », une adaptation signée Jean-Claude Carrière, mise en scène par Alain Plisson.
27/04/2011
C'est un Plisson plein de passion pour ce métier auquel il a consacré toute sa vie qui revient au-devant de la scène avec un remake d'une pièce qu'il a déjà jouée en 1986, La conférence des oiseaux. Un chef-d'œuvre du théâtre tiré des poèmes du poète persan du XIIe siècle, Farid Uddin Attar. 25 ans plus tard, Plisson reprend la pièce avec une «autre maturité et une nouvelle vision des choses», parce qu'il voulait offrir à son public «quelque chose de beau, de profond et de différent cette fois». «Je n'ai rien ajouté de plus à la pièce initiale, tient à préciser Plisson. J'ai juste souligné ce côté oriental et ces traditions qui nous habitent.»
La pièce relate l'histoire de 30 oiseaux pèlerins qui voyagent sous la conduite d'une huppe à la recherche de leur roi Simourgh, leur roi Dieu. «C'est une pièce magnifique car elle véhicule plus d'un message. Il y a une pensée divine, sublime dans ces textes. Ces oiseaux découvrent finalement qu'ils sont tous à l'image de Dieu qui a mis en eux une âme et un corps. Progressivement, le corps disparaît, l'âme demeure. C'est cette quête de soi qui est belle. Ce désir de percer le mystère de l'existence de chacun sur terre. Il y a ensuite cette richesse culturelle qui est universelle et commune à tant de civilisations à travers le monde. Ce texte est un appel au dialogue, à un rapprochement de toutes ces cultures. » À travers leurs voyages, cet immense désert et ces sept vallées, au prix de mille péripéties, les oiseaux vont s'efforcer de retrouver l'unité dans la diversité.
Pourquoi Farid Uddin Attar a-t-il choisi des oiseaux au lieu des êtres humains pour traduire ces messages? «Parce qu'il ne faut pas oublier que Attar est soufi, répond Plisson. La particularité du soufisme est justement de ne jamais s'exprimer ouvertement et de mettre l'accent sur l'effort personnel et l'expérience spirituelle. De plus, à l'époque où il vivait, il ne pouvait raconter cette fin impressionnante en mettant crûment en scène des êtres humains. Il a dû tricher et utiliser des oiseaux, qui sont d'ailleurs subtilement suggérés dans les costumes des personnes sur scène: quelques plumes, un bec qui devient bouche... C'est cela la beauté de cette pièce.»
À l'instar d'autres récits orientaux, la composition des textes est conçue à la manière des Mille et Une Nuits émaillés de contes, d'anecdotes, de paroles qui s'enchaînent et se suivent, se terminant toujours par des messages. Seize jeunes acteurs amateurs vont offrir au public un amalgame de récits comiques, mystiques, oniriques, humoristiques, érotiques, où chacun «se retrouve et prend ce qui lui plaît.» «Ces acteurs ont mis du temps pour comprendre la profondeur des textes», explique le metteur en scène. Pour laisser davantage «la place aux messages», Plisson a délibérément conçu un décor épuré.

À la une

Retour à la page "Culture"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Guerre du Yémen : ce qu’en dit un houthi de passage au Liban...

Un peu plus de Médéa AZOURI

Visconti et les lahem baajine

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué