Moyen Orient et Monde

Le dialogue avec les talibans souhaité par l’Occident reste un vœu pieux

Afghanistan Les rebelles n'ont aucune confiance dans le gouvernement et n'ont aucune raison de mettre fin aux combats, préviennent les analystes.
OLJ
11/08/2009
De plus en plus évoqué par un Occident qui redoute un sanglant enlisement de ses troupes en Afghanistan, le dialogue avec les talibans reste un vœu pieux. Le président afghan Hamid Karzaï a fait de l'ouverture de négociations avec les insurgés l'une des promesses phares de sa campagne présidentielle. Et les dirigeants occidentaux, qui n'ont jamais autant perdu de soldats en Afghanistan depuis leur arrivée pour chasser les talibans du pouvoir à la fin 2001, soutiennent l'idée d'un dialogue avec les rebelles « modérés ».
Mais les observateurs peinent à voir le début d'une possibilité de dialogue avec les talibans, qui multiplient les attaques contre le gouvernement de Kaboul et ses alliés internationaux. M. Karzai les a lui-même appelés plusieurs fois ces dernières années à déposer les armes et négocier, en vain. Le président afghan a récemment relancé cette idée en proposant la médiation du roi Abdallah d'Arabie saoudite. Mais M. Karzai, favori de l'élection du 20 août, « est faible et entouré de chefs de guerre et d'autres personnalités qui n'aiment pas les talibans, et que les talibans n'aiment pas », explique à l'AFP l'universitaire afghan Wadir Safi, en doutant que M. Karzai soit l'homme de la situation.
Pour sa réélection, le président afghan a choisi pour colistiers et potentiels vice-présidents deux anciens chefs de guerre ayant combattu les talibans dans les années 1990, Mohammad Qasim Fahim et Karim Khalili. Il est également allié au chef de guerre ouzbek Abdul Rashid Dostom, accusé d'avoir tué des milliers de combattants talibans, y compris en massacrant ceux qui s'étaient rendus après l'invasion américaine de la fin 2001.
Reconstitués notamment à partir de leurs repaires des zones tribales pakistanaises, de l'autre côté de la poreuse frontière, les talibans ont redoublé leurs attaques ces dernières années. Les affrontements ont au total tué plus de 2 000 civils en 2008 selon l'ONU. Ceux que beaucoup d'Occidentaux jugeaient finis après 2001 ont aujourd'hui une influence plus ou moins forte sur plus de la moitié du pays, selon les observateurs.
Une situation qui ne place guère le gouvernement en position de force pour négocier, soulignent les analystes. Or « s'il n'y a pas de négociations, la rébellion peut continuer pendant des décennies », souligne M. Safi. Mais « les talibans n'ont pas confiance dans le gouvernement », note lui aussi l'analyste Waheed Mujda, qui fut fonctionnaire sous leur régime (1996-2001), et « les informations non confirmées annonçant un début de négociation n'ont été qu'une tentative de Karzai de semer le trouble dans leurs rangs ». Selon M. Mujda, toute réconciliation prendra au moins cinq ans. Encore faut-il que les talibans, qui continuent à opérer normalement depuis le Pakistan, soient poussés à négocier par une pression militaire, souligne un autre analyste, Haroun Mir.
Les talibans n'ont jusqu'ici pas dévié de la ligne qu'ils défendent depuis 2001 : pas de négociation sans départ préalable des quelque 100 000 soldats étrangers déployés dans le pays pour soutenir le gouvernement. « Nous ne parlerons jamais au gouvernement de marionnettes de Karzai », a déclaré à l'AFP l'un de leurs porte-parole, Yousuf Ahmadi, en démentant toutes divergences internes à ce sujet. « Le concept de taliban modéré n'est qu'une invention des envahisseurs étrangers », a-t-il souligné. Les responsables occidentaux n'en restent pas moins convaincus du contraire. « La rébellion est résistante et sait s'adapter. Mais elle a également des faiblesses. C'est une coalition d'intérêts larges, mais superficielle », estime un diplomate britannique.

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Impression de Fifi ABOU DIB

Cartables

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants