Actualités

La Knesset refuse de faire figurer la ligne verte dans les manuels scolaires

03/01/2007
La décision controversée de la ministre israélienne de l’Éducation de faire apparaître la ligne verte, ligne de cessez-le-feu de la guerre israélo-arabe de 1967, sur les cartes des manuels scolaires israéliens, a été rejetée lundi par une commission parlementaire. La commission de l’Éducation de la Knesset a adopté la proposition de deux de ses membres, Zevulun Orlev et Zeev Elkin, de s’en tenir à une décision gouvernementale de 1967 selon laquelle les lignes de cessez-le-feu ne seraient pas utilisées pour marquer les frontières du pays, a indiqué le porte-parole de M. Orlev. « Vous ne pouvez pas enseigner l’histoire sans connaître les frontières qu’Israël avait » avant la guerre de 1967, avait affirmé à la radio publique Yuli Tamir, membre de l’aile gauche du Parti travailliste, en présentant son initiative début décembre. « Nous ne pouvons pas enseigner aux enfants ce qui s’est passé en 1967 s’ils ne savent pas où se trouvent les frontières », avait-elle ajouté. Cette décision avait provoqué de nombreuses critiques dans la droite israélienne. Le Likoud, le principal parti d’opposition de droite israélien, avait déposé une motion de censure pour dénoncer la décision.

À la une

Retour au dossier "Actualités"

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Les dessous de la parenthèse Mohammad Safadi

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Le magazine économique du groupe

UKAid veut augmenter ses aides aux PME libanaises

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants