Rechercher
Rechercher

Sport - Football

Euro-2024 : l'Espagne donne une leçon à la Croatie et marque les esprits

Avec ce succès, la « Roja », trois fois victorieuse du tournoi continental, a prévenu les autres favoris de la compétition (Angleterre, France, Allemagne et Portugal) qu'il faudrait compter sur elle jusqu'à la mi-juillet.

Le deuxième but de l'Espagne contre la Croatie, encaissé par le gardien Dominik Livakovic, lors de l'Euro-2024 à Berlin, le 15 juin 2024. Photo AFP / Odd ANDERSEN

« La voie à suivre » : l'Espagne a frappé un grand coup samedi au stade olympique de Berlin pour le premier choc du tournoi en surclassant la Croatie (3-0) et se plaçant désormais comme un grand favori de l'Euro-2024.

Après la leçon donnée vendredi soir par l'Allemagne à l'Ecosse (5-1), personne ne s'attendait au même scenario lors de ce classique des grandes compétitions. Mais surprise : dans une enceinte remplie de supporters vêtis du maillot à damiers (68.800 supporters), les joueurs de Luis de la Fuente ont définitivement repris des couleurs et de l'ambition.

« C'était important de commencer comme ça, j'ai vu l'équipe avec de l'envie », a glissé le capitaine Alvaro Morata, « c'est la voie à suivre ».

Avec ce succès, la « Roja », trois fois victorieuse du tournoi continental (1964, 2008 et 2012), a prévenu les autres favoris de la compétition (Angleterre, France, Allemagne et Portugal) qu'il faudrait compter sur elle jusqu'à la mi-juillet. Ce premier choc a été donc plus facile que prévu pour l'Espagne que lors de la finale de Ligue des nations en 2023 où elle avait dû attendre la séance de tirs au but pour faire plier la Croatie (0-0, t.a.b. 5-4), décevante samedi.

Modric très discret 
Cette fois, les Espagnols ont surclassé dès les premières minutes et dans tous les secteurs de jeu les coéquipiers de Luka Modric, qui ont eu un mal à fou à ressortir et tenir le ballon. Sans compter plusieurs erreurs défensives. D'ailleurs, il a fallu attendre plus de dix minutes pour voir l'équipe de Zlatko Dalic s'évertuer à toucher un peu le ballon.

A l'image de son équipe, le capitaine et meneur de jeu croate Luka Modric a fait son âge - 38 ans -, très peu en vue parmi l'immuable trident du milieu avec Brozovic et Kovacic. Et chose rare : la star croate, qui veut remporter un premier titre avec sa sélection avant de prendre sa retraite internationale, a été remplacée à l'heure de jeu (64e), sans les ovations qui avaient résonné avant la rencontre. Pour espérer se qualifier pour les 8e de finale (stade atteint en 2016 et 2021), il faudra hausser le niveau de jeu, alors qu'ils font partie du groupe le plus relevé du tournoi. Et sachant que l'Italie devrait rejoindre, sauf surprise, l'Espagne en tête du groupe B après le match contre l'Albanie samedi soir.

Ruiz étincelant, Yamal passeur 
A l'inverse de Modric, le joueur du PSG Fabian Ruiz a rayonné au cœur du jeu espagnol : le Parisien a été dans tous les bons coups en première période, la plus intéressante. Il a d'abord parfaitement lancé dans l'axe le capitaine Alvaro Morata, qui est devenu le troisième meilleur buteur de l'Euro avec sept buts (1-0, 28e) - avant de sortir sur blessure (67e). Puis, moins de cinq minutes après, Ruiz a doublé la mise d'un superbe but après avoir éliminé deux joueurs à l'entrée de la surface (2-0, 32e).

Puis un but croate a été refusé pour un hors-jeu d'Ivan Perisic, entré en avance dans la surface de réparation lors d'un penalty tiré par Bruno Petkovic. Le coup de pied frappé par ce dernier a été repoussé par le gardien de la Roja puis Petkovic, servi par Perisic, a finalement marqué, mais le but a été invalidé (79e).

Le troisième but espagnol est le symbole de cette nouvelle ère pour la Roja: Lamine Yamal, devenu le plus jeune joueur de l'Euro à 16 ans et 11 mois, a servi Dani Carvajal, cadre de l'équipe âgé 32 ans (3-0, 45+2e), soit le double de l'âge de la pépite barcelonaise.


« La voie à suivre » : l'Espagne a frappé un grand coup samedi au stade olympique de Berlin pour le premier choc du tournoi en surclassant la Croatie (3-0) et se plaçant désormais comme un grand favori de l'Euro-2024.Après la leçon donnée vendredi soir par l'Allemagne à l'Ecosse (5-1), personne ne s'attendait au même scenario lors de ce classique des grandes...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut