Rechercher
Rechercher

Culture - Musée

À Carpentras, en Provence, une bibliothèque-musée unique ouvre grand les portes du savoir

Dans ce majestueux bâtiment du XVIIIe siècle, dialoguent livres et tableaux, jeux vidéo et manuscrits du Moyen Âge.

À Carpentras, en Provence, une bibliothèque-musée unique ouvre grand les portes du savoir

Des visiteurs se promènent dans la bibliothèque-musée Inguimbertine à Carpentras. Photo Sylvain Thomas/AFP

Une bibliothèque-musée unique en France, l’Inguimbertine, a ouvert ce week-end à Carpentras, en Provence, offrant une immersion dans un monde où dialoguent livres et tableaux, jeux vidéo et manuscrits du Moyen Âge, dans un majestueux bâtiment du 18e siècle.

« Nous avons cherché à croiser les savoirs, « donner à lire » dans le musée et « donner à voir » dans la bibliothèque », expliquent notamment les architectes de l’Atelier Novembre qui ont piloté l’aménagement de cette institution dans l’ancien Hôtel-Dieu de cette ville du Sud de la France.

De la précieuse stèle antique de Taba, découverte à Memphis en Égypte et prêtée quelques mois au British Museum, à des manuscrits rares, comme une Bible vaudoise sur un parchemin enluminé dont seuls sept exemplaires existent au monde, en passant par des tableaux persans, la richesse des collections « est considérée hors échelle pour une ville d’un peu plus de 30 000 habitants », remarque le directeur du musée, Jean-Yves Baudouy.

Le fonds de l’Inguimbertine compte près de 100 000 livres papier ou numérique en prêt pour le grand public, mais aussi 1 200 tableaux, 500 statues et 3 400 manuscrits dont des centaines enluminés à la main.

Un trésor que cette ville doit à son passé d’État pontifical (du XIIIe au XVIIIe siècle), où les papes résidèrent un temps, mais surtout à l’un de ses enfants, Malachie d’Inguimbert (1683-1757).

Aîné d’une famille nombreuse, il devient prêtre et part à Rome pendant 26 ans. Il entre au service d’un cardinal, qui deviendra le pape Clément XII.

Nommé évêque dans sa ville natale, cet humaniste, convaincu que le savoir se transmet autant par l’image – dessins, tableaux –, que par l’écrit, ouvre au public sa bibliothèque-musée dès 1745.

Un air d’Italie

Pour lui, une bibliothèque n’accueille pas uniquement des livres mais doit être « le temple des muses » (arts), un concept plus commun en Italie qu’en France.

Il flotte d’ailleurs dans le musée actuel un air italien, car à l’époque, rappelle M. Baudouy, Carpentras et le comtat Venaissin, cet État rattaché à Rome, « ont été une terre de transmission de la culture italienne vers la France ».

Dans le nouveau musée situé dans l’ancien Hôtel-Dieu, que d’Inguimbert fit construire pour soigner les pauvres, le visiteur, après avoir gravi l’escalier d’honneur, est replongé dans l’atmosphère de cette bibliothèque du XVIIIe siècle.

Dans une salle à la lumière tamisée, les livres anciens tapissent les murs dans des caissons d’époque, ornés de tableaux.

Les manuscrits précieux peuvent être feuilletés virtuellement.

Une partie de la collection des dessins d’animaux et des livres de Nicolas-Claude Fabri de Peiresc (1580-1637), astronome et scientifique provençal parmi les plus réputés de son époque en Europe, est aussi exposée.

D’Inguimbert les avait achetés car l’homme d’église, dans l’esprit des Lumières, avait soif de connaissances dans tous les domaines.

Plus loin, les visiteurs découvrent les beaux livres de Casimir Barjavel, ex-maire de Carpentras au XIXe siècle, auteur également d’une importante donation.

De précieux objets religieux juifs rappellent aussi l’importance de cette communauté dans cette cité connue pour sa synagogue rococo.

Le fonds de l'Inguimbertine compte près de 100 000 livres papier ou numérique en prêt pour le grand public, mais aussi 1 200 tableaux, 500 statues et 3 400 manuscrits dont des centaines enluminés à la main. Photo Sylvain Thomas/AFP

« Regarder encore et encore »

Une aile est consacrée aux beaux-arts, avec entre autres une insolite section comportant des copies d’œuvres célèbres, encouragées à une époque par l’État français pour les faire connaître au public en région.

Y est accrochée une copie de la Joconde envoyée « par le gouvernement de la République ».

Mais l’originalité du lieu tient aussi à sa médiathèque multimédia au rez-de chaussée, ouverte depuis 2017. Outre les livres, albums musicaux et films, elle compte un piano à queue, des peintures et objets précieux. Ici, « le jeu vidéo côtoie des œuvres d’art telle qu’un globe de Blaeu de 1622 », conçu à Amsterdam, se réjouit le maire divers gauche Serge Andrieu.

Élu en 2020 face à l’extrême droite qui convoitait pourtant de longue date Carpentras, il mise sur un accès à la culture le plus large possible pour lutter contre les inégalités sociales dans une région où les crises économiques ont imprimé leurs marques.

Aujourd’hui, un public nombreux et divers fréquente déjà la médiathèque de l’Inguimbertine avec plus de 130 000 visiteurs en 2023. Et plus de 17 500 personnes sont venues découvrir samedi et dimanche la partie musée qui finalise un projet à 36 millions d’euros entamé il y a 15 ans.

« C’est très beau, c’est contemporain et ça ramène aussi à des temps anciens ; même quand les gens parlent, le lieu reste calme, donne du calme », témoigne Wassim Benhammadi, autoentrepreneur de 19 ans.

Morjiane Bouhid, 20 ans, venue d’une ville voisine, s’émerveille : « La beauté des œuvres me donne envie de regarder, encore et encore. »

Isabelle WESSELINGH/AFP

Une bibliothèque-musée unique en France, l’Inguimbertine, a ouvert ce week-end à Carpentras, en Provence, offrant une immersion dans un monde où dialoguent livres et tableaux, jeux vidéo et manuscrits du Moyen Âge, dans un majestueux bâtiment du 18e siècle.« Nous avons cherché à croiser les savoirs, « donner à lire » dans le musée et « donner à voir » dans la...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut