Rechercher
Rechercher

Monde - Attentats de 1992 et 1994 à Buenos Aires

Des opérations "menées par le Hezbollah" et "commanditées par l'Iran", tranche la justice argentine

Le parti chiite ''a mené une opération qui répondait à un dessein politique, idéologique, révolutionnaire et sous le mandat d'un gouvernement, d'un Etat'' a déclaré le juge Carlos Mahiques, l'un des trois magistrats qui ont rendu la décision.

Pompiers et policiers cherchent des blessés après l'explosion d'une bombe à l'Association mutuelle israélite argentine (AMIA en espagnol) à Buenos Aires, le 18 juillet 1994. Photo d'archives AFP

La justice argentine a estimé jeudi que les attentats contre l'ambassade d'Israël en 1992 et la mutuelle israélienne AMIA en 1994 à Buenos Aires avaient été commandités par l'Iran, dans une décision jugée "historique" par la communauté juive locale, selon la presse et des sources judiciaires. La décision de la Chambre fédérale de cassation pénale II désigne également le Hezbollah comme auteur de l'attentat, déclare l'Iran "Etat terroriste" et qualifie l'attentat contre l'AMIA de "crime contre l'humanité". 

"Le Hezbollah a mené une opération qui répondait à un dessein politique, idéologique, révolutionnaire et sous le mandat d'un gouvernement, d'un Etat", a déclaré à Radio Con Vos, en se référant à l'Iran, le juge Carlos Mahiques, l'un des trois magistrats qui ont rendu la décision. Deux attentats ont visé la communauté juive d'Argentine à Buenos Aires, en 1992 contre l'ambassade d'Israël (29 morts) et en 1994 contre le bâtiment de l'Association mutuelle israélo-argentine (AMIA) (85 morts), pire attentat de l'histoire du pays.

Pour mémoire

Iran, Hezbollah, antisémitisme... 29 ans depuis l'attentat de 1994 à Buenos Aires

Le prononcement des juges intervient dans le cadre d'une procédure parallèle aux attentats proprement dit, à la suite de recours pour condamnations pour entrave à l'enquête, de la part d'un juge, et d'un ancien chef des renseignements.  Les juges établissent néanmoins que la motivation des deux attentats, bien que multiple, répondait à la politique étrangère du président péroniste (libéral) de l'époque, Carlos Menem (1989-1999).

"Ils trouvent leur origine principalement dans la décision unilatérale du gouvernement, motivée par un changement dans la politique extérieure de notre pays entre la fin 1991 et mi-1992, d'annuler trois contrats de fourniture de matériel et de technologie nucléaires conclus avec l'Iran", indique un jugement parallèle, consulté par l'AFP, qui passe en revue des irrégularités commises au cours de l'enquête.

Lire aussi

Les attentats, l'autre arme du Hezbollah dans sa guerre contre Israël et les USA

Le jugement "est historique, unique en Argentine, on ne le devait pas seulement à l'Argentine : on le devait aux victimes", a estimé Jorge Knoblovitz, président de la délégation des associations israélites argentines, à la télévision LN+. En outre, il "ouvre la possibilité d'une plainte auprès de la Cour pénale internationale car il a été clairement établi que l'Etat iranien est un Etat terroriste", a-t-il ajouté.

La justice argentine a estimé jeudi que les attentats contre l'ambassade d'Israël en 1992 et la mutuelle israélienne AMIA en 1994 à Buenos Aires avaient été commandités par l'Iran, dans une décision jugée "historique" par la communauté juive locale, selon la presse et des sources judiciaires. La décision de la Chambre fédérale de cassation pénale II désigne...
commentaires (2)

Il aura fallu 30 ans aux juges argentins pour reconnaître ce que tout le monde savait! L’organisateur de ces massacres n’a, heureusement, pas attendu si longtemps pour répondre de ses innombrables crimes. Voilà déjà 16 ans qu’il a comparu devant une justice supérieure.

Yves Prevost

07 h 41, le 13 avril 2024

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • Il aura fallu 30 ans aux juges argentins pour reconnaître ce que tout le monde savait! L’organisateur de ces massacres n’a, heureusement, pas attendu si longtemps pour répondre de ses innombrables crimes. Voilà déjà 16 ans qu’il a comparu devant une justice supérieure.

    Yves Prevost

    07 h 41, le 13 avril 2024

  • Comme pour Hariri aussi, rien ne changera !, Quand es ce que la communauté internationale prendra ces devoirs a bout de bras et agira efficacement contre ces deux entitées terroristes?

    Aboumatta

    09 h 33, le 12 avril 2024

Retour en haut