Rechercher
Rechercher

Moyen-Orient - SCRUTIN

Les conservateurs sortent gagnants d’élections iraniennes largement boudées

Sans surprise, les premiers résultats donnent gagnants les partisans de la ligne dure, alors que l’opposition avait appelé à boycotter le scrutin.

Les conservateurs sortent gagnants d’élections iraniennes largement boudées

Une route de Téhéran bordée des couleurs de l’Iran pour les élections législatives et de l’Assemblée des experts, le 3 mars 2024. Atta Kenare/AFP

Selon les résultats partiels des élections de vendredi, marquées par une abstention record en 45 ans de République islamique, les conservateurs devraient renforcer leur contrôle du Parlement iranien. Deux jours après le scrutin, le dépouillement des bulletins de vote s’est poursuivi dimanche, dans l’attente de la proclamation des résultats définitifs par le ministère de l’Intérieur. D’ores et déjà, des médias officiels ont estimé que le taux de participation s’était élevé à environ 41 %.

Le double scrutin destiné à élire les 290 députés et les 88 membres de l’Assemblée des experts, chargée de désigner le guide suprême, a donc mobilisé quelque 25 millions des 61 millions d’électeurs, dans un pays de 85 millions d’habitants. Aucune estimation indépendante n’était disponible. La participation était le principal enjeu de ces élections, considérées comme un test pour le pouvoir, car elles sont les premières depuis le vaste mouvement de contestation ayant secoué le pays à la suite de la mort en septembre 2022 de la jeune Mahsa Amini, quelques jours après son arrestation pour non-respect du strict code vestimentaire du pays.

Participation en baisse

Les chiffres montrent une tendance à la baisse marquée de la participation, qui s’était élevée à 42,57 % aux précédentes législatives de 2020, organisées au début de la crise du Covid. Elle était alors déjà au plus bas depuis la proclamation de la République islamique en 1979. Les autorités se sont cependant félicitées du niveau de la participation, qui démontre que « le plan de boycott des élections fomenté par des ennemis de l’étranger » n’avait pas fonctionné. C’est « un nouvel échec historique infligé aux ennemis de l’Iran après les émeutes » de 2022, a jugé samedi le président Ebrahim Raïssi.

La presse était dimanche partagée sur les leçons du scrutin. Le quotidien réformateur Ham Mihan a estimé qu’il représentait « une chute pour le pouvoir », regrettant que « l’âme des élections s’était perdue ». Pour le journal progouvernemental en anglais Iran, le scrutin est « un appel au réveil » pour les autorités, qui doivent « écouter les voix des 36 millions de personnes qui n’ont pas voté pour différentes raisons ».

La principale coalition de partis réformateurs, le Front des réformes, avait annoncé son refus de participer à ces « élections dénuées de sens » après la disqualification de nombreux de ses candidats. Symbole de cette défiance, le chef de file de ce camp, l’ancien président Mohammad Khatami, qui a dirigé le pays entre 1997 et 2005, n’a, pour la première fois, pas voté. Avant le scrutin, il avait regretté que l’Iran soit « très éloigné d’élections libres et compétitives », sans appeler au boycott, au contraire d’opposants en exil. En revanche, l’ex-

président Hassan Rohani (2013-2021) s’est rendu dans un bureau de vote malgré la disqualification controversée de sa candidature à l’Assemblée des experts, chargée de désigner le guide suprême.

Renforcement des conservateurs

La principale conséquence de cette forte abstention est que le prochain Parlement sera encore davantage « entre les mains des conservateurs radicaux » qui « ont profité de l’occasion créée par la participation réduite », remarquait le quotidien réformateur Shargh. Le nombre de bulletins nuls et blancs serait par ailleurs supérieur aux précédentes élections, selon certains médias.

Ainsi, à Téhéran, où la participation ne se serait élevée qu’à environ 25 % selon certains médias, 12 députés élus vendredi appartiennent tous au courant ultraconservateur, qui défend le gouvernement du président Ebrahim Raïssi. Les candidats plus modérés ont été battus ou devront passer par un second tour en avril ou mai, qui sera nécessaire pour pourvoir les sièges restants de la capitale.

La majorité composée de conservateurs et d’ultraconservateurs est partisane d’une ligne stricte sur les valeurs de la République islamique et de fermeté vis-à-vis des pays occidentaux, en particulier les États-Unis et Israël, qui n’entretiennent pas de relations diplomatiques avec l’Iran.

Ahmad PARHIZI/AFP

Selon les résultats partiels des élections de vendredi, marquées par une abstention record en 45 ans de République islamique, les conservateurs devraient renforcer leur contrôle du Parlement iranien. Deux jours après le scrutin, le dépouillement des bulletins de vote s’est poursuivi dimanche, dans l’attente de la proclamation des résultats définitifs par le ministère de...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut