Rechercher
Rechercher

Société - Sécurité routière

Tragédie évitée de justesse à Batroun

Un conteneur s’est détaché d’un camion-remorque, percutant plusieurs voitures et blessant deux écoliers qui se trouvaient à bord de l’une d’entre elles.

Tragédie évitée de justesse à Batroun

Le conteneur au milieu de la chaussée. Photo Michel Hallak

Rien de plus aléatoire que la sécurité routière au Liban. Il suffit pour tout passant, conducteur ou autre usager de la route d’emprunter la voie publique pour s’exposer à un danger de mort. À Batroun, deux enfants et leurs parents qui les accompagnaient mardi matin à l’école Saint-Élie où ils sont scolarisés en ont fait l’amère expérience. Dans un virage à proximité du siège de la Régie et de la centrale électrique de la région, un conteneur s’est en effet détaché du camion-remorque qui le transportait, percutant trois voitures et blessant les deux élèves qui se trouvaient à bord de l’une d’elles, avant de se stabiliser au milieu de la chaussée, a rapporté notre correspondant au Liban-Nord, Michel Hallak.

La Croix-Rouge a aussitôt dépêché deux ambulances sur les lieux pour porter les premiers secours aux blessés. L’accident n’a heureusement pas fait de morts.

Les ambulances de la Croix-Rouge sur les lieux de l’accident. Photo Michel Hallak

Contactée par L’Orient-Le Jour, la directrice de l’école Saint-Élie, sœur Georges-Marie Azar, affirme que l’accident s‘est produit sur la route d’Ijdabra, un village limitrophe de Batroun. « Les deux élèves blessés se trouvaient dans la première voiture », raconte-t-elle, précisant que leurs blessures sont légères. « Ils sont en classe de petite section », ajoute la religieuse, et seraient donc âgés de 3 ou 4 ans. Les deux enfants ont été aussitôt transportés à l’hôpital de Batroun. L’un d’eux est rentré chez lui et l’autre a été hospitalisé à l’hôpital Notre-Dame des Secours à Jbeil, où l’équipe médicale lui a fait « des points de suture à la tête et au visage ».

« Deux élèves plus âgés, qui étaient à bord d’une autre voiture empruntant la même voie, sont sortis indemnes du choc et se sont rendus aussitôt à l’école, où ils suivent les classes complémentaires », poursuit la responsable scolaire, précisant que l’un d’eux lui a affirmé avoir vu le conteneur « tanguer », avant de chuter quelques instants plus tard, lorsque le conducteur du poids lourd s’est trouvé au niveau d’un tournant.

Joint également par notre publication, le président de la YASA (Youth Association for Social Awareness), Ziad Akl, déplore « le nombre récurrent » de catastrophes similaires, appelant les propriétaires et chauffeurs de poids lourds à « respecter les règles d’arrimage des conteneurs » édictées par le code de la route. « Ce genre d’accident ne se produisait pas lorsque les forces de l’ordre contrôlaient l’amarrage des charges avant leur sortie des divers ports », note M. Akl. Il préconise l’utilisation de dispositifs de manutention conformes aux règles ainsi que l’amarrage des conteneurs « de manière à empêcher leur glissement pendant le transport ». Le président de la YASA recommande en outre « une répartition égalitaire des masses des charges pour éviter leur renversement », mettant l’accent sur la nécessité d’« un examen méthodique des conteneurs à transporter, pour s’assurer de l’absence de détériorations propres à impacter leurs structures ».

Lire aussi

Le Liban, pire pays au monde pour les automobilistes ?

Retenir la leçon

S’étant produit entre 7h et 7h30, à un moment où le flot de voitures est important, l’accident aurait pu être fatal pour nombre d’automobilistes.

« Batroun a échappé à ce qui aurait pu être une tragédie d’envergure », commente à cet égard Ghayath Yazbeck, député de la région, préconisant de « retenir la leçon » pour éviter qu’un tel accident ne se reproduise. « Il ne suffit pas de se féliciter d’avoir échappé au mauvais sort », insiste-t-il, mettant en garde contre les dangers qui menacent tout le monde sur toutes les routes du pays. « L’accident qui vient d’avoir lieu à Batroun n’est pas isolé », note-t-il, affirmant qu’« il n’est qu’un maillon de la chaîne d’accidents survenus à cause de la négligence de chauffards et de leur refus de se conformer aux règles minimales de la sécurité routière ». Pour le député, une telle attitude constitue « un crime qui met en péril la vie des autres ». « Le gouvernement devrait mener de vastes campagnes de sensibilisation pour amener les gens à prendre des précautions », ajoute-t-il, appelant les forces de l’ordre et les différents ministères à agir pour prévenir les risques sur les routes.

Rien de plus aléatoire que la sécurité routière au Liban. Il suffit pour tout passant, conducteur ou autre usager de la route d’emprunter la voie publique pour s’exposer à un danger de mort. À Batroun, deux enfants et leurs parents qui les accompagnaient mardi matin à l’école Saint-Élie où ils sont scolarisés en ont fait l’amère expérience. Dans un virage à proximité du...

commentaires (3)

Le propriétaire du camion et son chauffeur doivent être placés immédiatement en garde à vue pour déterminer les responsabilités de chacun. Une peine d’emprisonnement directe doit être prononcée et exécutée pour donner l’exemple. Une fois de plus La Sainte Vierge et Mar Charbel ont veille sur les libanais innocents en leur évitant un nouveau drame

Lecteur excédé par la censure

09 h 40, le 28 février 2024

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • Le propriétaire du camion et son chauffeur doivent être placés immédiatement en garde à vue pour déterminer les responsabilités de chacun. Une peine d’emprisonnement directe doit être prononcée et exécutée pour donner l’exemple. Une fois de plus La Sainte Vierge et Mar Charbel ont veille sur les libanais innocents en leur évitant un nouveau drame

    Lecteur excédé par la censure

    09 h 40, le 28 février 2024

  • Les responsables de ces contrôles avant la sortie du port et aussi les propriétaires et chauffeurs de ces poids lourds partagent la même responsabilité dans ce cas, il faudrait les sanctionner .. malheureusement cela reste un vœu pieux..

    C…

    07 h 51, le 28 février 2024

  • AUX DIRIGEANTS IRRESPONSABLES : LE CODE DE LA ROUTE EXISTE, APPLIQUEZ-LE BON SANG, OU ALORS DEGAGEZ CORPS ET BIEN !!!!

    Remy Martin

    07 h 16, le 28 février 2024

Retour en haut