Rechercher
Rechercher

Sport - NBA

Les Spurs renouent enfin avec le succès

San Antonio a mis un terme à une série de 18 revers successifs en dominant les Lakers (129-115).

Le meneur Jeremy Sochan claquant un dunk lors de la victoire des San Antonio Spurs contre les Lakers, samedi, au Frost Bank Center. Scott Wachter/AFP

Les San Antonio Spurs de Victor Wembanyama ont mis fin à la pire série de défaites de leur histoire, avec une victoire face aux Lakers (129-115) vendredi à San Antonio.

Wembanyama affrontait la star LeBron James, lors du premier face-à-face entre les deux phénomènes, qui ont 20 ans d’écart. La franchise texane a arrêté ainsi le compteur à 18 revers consécutifs.

Si Devin Vassell a porté l’attaque des Spurs avec 36 points à lui seul, la défense fut incarnée par Victor Wembanyama. Le Français a compilé la bagatelle de 15 rebonds, 2 interceptions et 2 contres. Avec 13 points, il a signé son 7e double double consécutif.

Orphelin d’Anthony Davis blessé et absent (adducteurs), James s’est illustré dès le deuxième ballon touché par Wembanyama. Une interception sur un dribble du joueur des Spurs, et le numéro un de la draft 2003 conclut d’un dunk rageur en contre-attaque. Un trompe-l’œil, les Californiens, récents vainqueurs de la Coupe NBA, se retrouvèrent rapidement menés 24-49 en début de second quart-temps.

Avant la pause, un deuxième duel a opposé James et Wembanyama, de nouveau en faveur du premier. Pour éviter le contre du géant français (2,24 m), le joueur des Lakers a propulsé son shoot à trois points très haut dans la salle texane pour ramener les siens à 7 points (62-69).

Pour donner de l’air à San Antonio, Devin Vassell a dû montrer les muscles avec 36 points inscrits, son record. Wembanyama, lui, fut discret en attaque, parfois spectateur de cette soirée très attendue en NBA.

« LeBron est une idole, quelqu’un que j’ai vu sans arrêt à la TV enfant, ça rend cette rencontre d’autant plus spéciale », avait expliqué lundi Wembanyama, qui n’était pas encore né quand James martyrisait déjà les défenses de la NBA.

L’Américain avait contribué à la folie qui a entouré l’arrivée aux États-Unis du Français en le qualifiant d’« extraterrestre » fin 2022. « C’est le talent d’une génération, c’est certain », avait-il ajouté.

Le joueur français, drafté en première position en juin dernier, fait régulièrement l’étalage de qualités certaines (19 points et 11 rebonds de moyenne). L’intérieur n’a toutefois pas encore trouvé la clef pour relancer la très jeune franchise des Spurs. Même si San Antonio (4 victoires pour 20 défaites) a enfin goûté au succès, et ce pour la première fois depuis le 3 novembre.


Le Thunder s’offre Denver

Le Thunder d’Oklahoma City, où le jeune intérieur français Ousmane Dieng retrouve peu à peu ses marques, est allé battre samedi le tenant du titre NBA Denver au buzzer, 118-117. 

Mené par Shai Gilgeous-Alexander (25 pts) et Jalen Williams (24 pts), le Thunder est revenu en ouragan en fin de match, après avoir accusé 8 points de retard à 3 min 33 sec de la fin. Du côté des Nuggets, le double double de la superstar Nikola Jokic (24 points, 12 passes décisives) n’a pas suffi pour éviter la seconde défaite à domicile cette saison.

L’intérieur débutant Chet Holmgren, présenté comme le principal rival du prodige français Victor Wembanyama pour le titre de rookie de l’année, a frôlé le triple double avec 17 points marqués, 11 rebonds captés et neuf contres pour le Thunder. Son apport des deux côtés du parquet a été précieux dans le « money time ».

7/7 pour Curry

Stephen Curry a marqué 16 de ses 37 points dans le quatrième quart-temps, grâce à une adresse parfaite (7/7 au tir), permettant aux Golden State Warriors de résister à un retour express des Brooklyn Nets (124-120), avec également deux paniers primés de Klay Thompson dans les quatre dernières minutes. 

Les Warriors ont compté jusqu’à 18 points d’avance dans cette partie. Malgré un nouveau relâchement coupable, qui a permis aux Nets de prendre pour la première fois l’avantage à 9 min 12 de la fin dans le sillage d’un Cam Thomas en verve (41 pts), les Warriors ont réussi grâce à Curry à mettre fin à une série de trois défaites consécutives.

Cette victoire va faire du bien à une équipe qui doit gérer la suspension de sa star Draymond Green, coupable d’avoir frappé Jusuf Nurkic (Phoenix). Compte tenu de ses antécédents de violence, la NBA l’a suspendu « indéfiniment », précisant qu’il devrait « remplir certaines conditions données par la ligue avant de pouvoir rejouer ».

On n’arrête plus les Wolves

On n’arrête plus la meute. Les Minnesota Timberwolves de Rudy Gobert ont conforté leur première place de la conférence Ouest avec une nouvelle victoire à domicile 127-109 contre Indiana, deux jours après leur succès sur le parquet des Mavericks.

Les deux meilleurs marqueurs de la soirée ont été Karl-Anthony Towns (40 pts, mais aussi 12 rebonds) et Anthony Edwards (37 pts). Rudy Gobert, qui a passé 25 minutes sur le parquet, a fini avec 5 points et 7 rebonds.

Les Wolves comptent cette saison 19 victoires pour cinq défaites, soit le meilleur bilan de la Ligue ex aequo avec Boston.

Keegan Murray a été la star à Sacramento, inscrivant 12 tirs à trois points – deux de moins que le record absolu sur un match de l’arrière des Warriors Klay Thompson – lors de la large victoire des Kings contre le Jazz de l’Utah (125-104). 

Murray, en état de grâce (47 pts au total, son record en carrière), n’a raté qu’une seule de ses 13 premières tentatives derrière l’arc, établissant un record avec 11 de suite, mais a raté ses deux dernières.

Les San Antonio Spurs de Victor Wembanyama ont mis fin à la pire série de défaites de leur histoire, avec une victoire face aux Lakers (129-115) vendredi à San Antonio.Wembanyama affrontait la star LeBron James, lors du premier face-à-face entre les deux phénomènes, qui ont 20 ans d’écart. La franchise texane a arrêté ainsi le compteur à 18 revers consécutifs. Si...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut