Rechercher
Rechercher

Moyen-Orient - Diplomatie

Macron hausse le ton face à la stratégie de guerre israélienne

Macron hausse le ton face à la stratégie de guerre israélienne

Emmanuel Macron reçu à Doha par l’émir du Qatar cheikh Tamim ben Hamad al-Thani, le 2 décembre 2023. Amiri Diwan/Reuters

Emmanuel Macron a haussé le ton samedi avec une vigueur inédite à l’égard de la stratégie israélienne, interrogeant depuis Dubaï « l’objectif de destruction totale du Hamas » et appelant à « redoubler d’efforts pour parvenir à un cessez-le feu durable ».

Alors que le président français espérait s’appuyer sur la « dynamique » de la trêve entre Israël et le mouvement islamiste palestinien pour promouvoir ses positions et esquisser « le jour d’après » la guerre, son déplacement dans le Golfe a coïncidé avec la reprise des hostilités, dont les deux camps s’imputent mutuellement la responsabilité.

L’armée israélienne a affirmé avoir procédé à plus de 400 frappes contre la bande de Gaza depuis vendredi, tandis que le Hamas a annoncé avoir tiré des « déluges de roquettes » vers Israël.

Après deux jours d’entretiens à la COP28 sur le climat dans ce contexte lourd, Emmanuel Macron a dîné samedi soir au Qatar avec cheikh Tamim ben Hamad al-Thani, l’émir de ce pays au cœur des négociations pour la trêve et la libération des otages encore détenus par le Hamas, au nombre desquels figurent potentiellement quatre Français.

Mais son escale de cinq heures à Doha a suivi de peu le départ des négociateurs israéliens, Israël invoquant « l’impasse » dans les discussions.

Une nouvelle difficulté dans ce déplacement qui illustre une fois de plus la complexité, pour le chef de l’État français, à trouver comment peser dans cette crise internationale majeure.

Ressentiment

Dans son allocution après l’attaque d’une violence inédite menée le 7 octobre par le Hamas sur le sol israélien, qui a fait 1 200 morts selon Israël, il avait lui-même défendu le droit de ce pays à « éliminer » le mouvement islamiste palestinien mais à condition de préserver les civils. À présent, tandis que les représailles israéliennes à Gaza ont fait selon le gouvernement du Hamas plus de 15 500 morts, il met ouvertement en doute « l’objectif » de guerre actuel d’Israël.

« La destruction totale du Hamas », voulue par le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, « est-ce que quelqu’un pense que c’est possible ? » a lancé Emmanuel Macron devant la presse à Dubaï. « Si c’est ça », l’objectif, « la guerre durera dix ans », a-t-il prévenu, appelant les autorités d’Israël à le « préciser ».

« La bonne réponse contre un groupe terroriste n’est pas de supprimer l’intégralité d’un territoire ou de bombarder l’intégralité des capacités civiles », a-t-il insisté, estimant que la « sécurité durable » d’Israël ne pourra être garantie si elle « se fait au prix des vies palestiniennes, et donc du ressentiment de toutes les opinions publiques dans la région ».

Est-ce la teneur de ses entretiens en marge du sommet de l’ONU sur le climat, avec le président israélien Isaac Herzog et plusieurs dirigeants arabes, qui l’a poussé à durcir le ton comme jamais depuis le 7 octobre ?

Une tournée plus vaste au Moyen-Orient avait un temps été envisagée. Au final, la présence de nombreux acteurs de la scène internationale à la COP a convaincu l’Élysée d’en faire un rendez-vous climatico-diplomatique d’envergure.

Mais l’ambition initiale a été en partie contrariée. L’influent prince héritier saoudien, Mohammad ben Salmane, qui y avait donné rendez-vous à Emmanuel Macron, n’est pas allé aux Émirats. Et une rencontre espérée de plusieurs dirigeants arabes réunis simultanément autour du président français, qui aurait pu décupler son message, n’a pas pu avoir lieu.

Quant à Benjamin Netanyahu et au président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, ils n’étaient pas à Dubaï et aucune étape en Israël ou à Ramallah n’est au programme.

Stratégie brouillée

« La France, Macron, n’arrivent pas à véritablement trouver leur place dans cette crise », estime Agnès Levallois, de l’Institut de recherche et d’études sur la Méditerranée et le Moyen-Orient. Selon elle, le président a perdu un peu de son crédit en lançant fin octobre à Jérusalem, sans avoir préparé le terrain, l’idée d’enrôler les pays arabes dans une coalition internationale contre le Hamas. Puis, après avoir été critiqué pour une prise de position trop nette en faveur d’Israël, son appel à « arrêter » de bombarder des civils a pu tendre ses relations avec le chef du gouvernement israélien. Une recherche d’équilibre « au gré des réactions » qui brouille sa stratégie, déplore la chercheuse.

Outre les mises en garde sur les opérations israéliennes, la France recherche aussi la formule pour renforcer une Autorité palestinienne vacillante afin qu’elle puisse, le moment venu, assumer le contrôle de Gaza.

Mais, dans les deux cas, les moyens de pression font défaut. Quant à la solution à deux États défendue avec ténacité par Paris, nul ne connaît vraiment la voie pour y parvenir.

« Tout seul, Emmanuel Macron ne peut pas y arriver », note Agnès Levallois. « En revanche, l’Europe dispose de leviers. On a une vraie carte européenne à jouer », ajoute-t-elle, regrettant qu’elle soit pour le moment inexistante.

Emmanuel Macron a haussé le ton samedi avec une vigueur inédite à l’égard de la stratégie israélienne, interrogeant depuis Dubaï « l’objectif de destruction totale du Hamas » et appelant à « redoubler d’efforts pour parvenir à un cessez-le feu durable ».Alors que le président français espérait s’appuyer sur la « dynamique » de la trêve...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut