Rechercher
Rechercher

Économie - Tech

Le bouquet de chaînes satellite OSN va devenir actionnaire majoritaire du Libanais Anghami

L'un des cofondateurs de la plateforme libanaise a confirmé à L'Orient-Le Jour certains détails de la transaction, qui doit déboucher sur une fusion entre Anghami et OSN+.

Le bouquet de chaînes satellite OSN va devenir actionnaire majoritaire du Libanais Anghami

Photo de gauche : Élie Habib, l’un des cofondateurs d'Anghami et le PDG d’OSN, Joe Kawkabani. Photo de droite : la PDG de KIPCO, Dana Nasser Sabah al-Ahmad al-Sabah. Montage publié par KIPCO avec le communiqué du groupe

Anghami, la plateforme libanaise de streaming musical, s'apprête à fusionner avec OSN+, celle de streaming vidéo du groupe Orbit Showtime Network (OSN) basé à Dubaï, qui opère un bouquet de chaîne télévisées par satellite. L’information a été annoncée mercredi via des communiqués publiés sur les sites d’Anghami et de KIPCO (Kuwait Projects Company), la holding qui détient le groupe OSN et appartient à la famille al-Sabah, actuelle dynastie régnante au Koweït.

Ce qui est d'abord mis en avant dans l'annonce, c'est que cette fusion ambitionne de donner naissance à une plateforme multimédia, la « première du genre » combinant l’offre de produits et de services des deux sociétés, qui sont des leaders dans leurs domaines respectifs au Moyen-Orient, dans le Golfe et au Maghreb. Pour Élie Habib, l’un des cofondateurs d'Anghami, il s’agit, ni plus ni moins, de « réinventer le divertissement dans le monde arabe ».

Mais l’accord conclu va aussi et surtout marquer l’entrée du groupe OSN dans le capital d’Anghami en tant qu’actionnaire majoritaire, lorsque la transaction sera finalisée au premier trimestre 2024. Le PDG d’OSN, Joe Kawkabani, évoque ainsi une opportunité de « développer (les activités du groupe) dans le domaine du streaming ». La direction de KIPCO déclare que cette transaction s’inscrit dans une stratégie plus large visant à « tirer parti de la technologie pour faire évoluer les modèles » de ses entreprises. KIPCO cite spécifiquement les technologies à base d’intelligence artificielle. Or Anghami a justement annoncé en mai dernier avoir lancé deux outils articulés autour de cette technologie.

Contacté par L'Orient-Le Jour, Élie Habib confirme qu'il s'agit bien « d'une sorte de fusion-acquisition » à l'issue de laquelle OSN « possèdera 54 % des parts de l'entité finale ».

Pour mémoire

Anghami se lance dans l’intelligence artificielle

Détail de la transaction

Selon l’accord annoncé, OSN a prévu d’investir 50 millions de dollars dans Anghami, soit 3,65 dollars par action, ce qui représente « 3,9 fois le cours moyen de l’action sur le mois précédent », précise le communiqué. Le montant final de l'investissement en espèces du groupe OSN dans Anghami et le nombre final d’actions Anghami à émettre dans le cadre de cette transaction sont susceptibles d'être « ajustés en fonction des termes de l'accord de transaction définitif ».

Élie Habib précise que « l'entité-mère d'OSN a investi 50 millions de dollars » en cash mais qu'il faut aussi compter sur les actifs d'OSN+ dans l'enveloppe totale, c'est-à-dire la marque, sa base d'utilisateurs et ses revenus, qui vont donc devenir des actifs d'Anghami. Dans les communiqués, la plateforme libanaise assure avoir l'intention de « maintenir la cotation de ses actions ordinaires à la bourse de New York », une assurance réitéré par Élie Habib à notre journal.

Élie Habib souligne encore que la fusion se fera bien entre Anghami et OSN+, qui passera entièrement sous la houlette de la plateforme libanaise, et que le groupe OSN continuera à gérer la télévision par câble, l'IPTV, ainsi que les autres services affiliés. « Anghami reprend l'activité, les utilisateurs payants, les revenus, le catalogue de contenu, qui lui seront transférés après la clôture, sous réserve que celle-ci soit approuvée par les autorités réglementaires compétentes », explique encore Élie Habib. Au niveau du management d'Anghami, Élie Habib devient le « Chief Executif Officer » (PDG) de la nouvelle entité. Le poste qu'occupera l'actuel CEO et second cofondateur d'Anghami, Eddy Maroun, n'a pas été évoqué ni par Élie Habib, ni dans les communiqués.

Pour mémoire

De Beyrouth à New York, le fabuleux destin d’Anghami

Approche « multi-marques »

Lancée à Beyrouth en 2012 et cotée au Nasdaq depuis début 2022, Anghami revendique un catalogue de « 100 millions de titres musicaux » et des contrats d’exclusivité avec certains artistes célèbres de la scène arabe. Né de la fusion en 2009 d’Orbit et de Showtime Arabia, le groupe OSN a lancé sa plateforme OSN+ en 2022, qui propose « 18 000 heures de contenu vidéo » et de partenariats exclusifs de diffusion avec des studios internationaux, notamment américains, arabes et turcs.

Anghami et OSN+ comptent rassembler pour commencer « 120 millions d’utilisateurs enregistrés et 2,5 millions d’abonnés payants » pour plus de « 100 millions de dollars de revenus annuels combinés ». Selon Élie Habib, il en ressortira « une combinaison sans précédent de services de divertissement musical et vidéo premium exclusifs, conçus pour la région », qui est, selon les données d'Anghami, « l'une des plus dynamiques au monde » en ce qui concerne le streaming.

« Dans la phase initiale, l'entité adoptera une approche multi-marques et conservera deux offres distinctes pour les consommateurs sous les marques OSN+ et Anghami, poursuit-il, ce qui signifie que ni Anghami, ni OSN+ ne changeront de nom dans un premier temps. « Cependant, nous allons promouvoir la technologie d'Anghami, sa base d'utilisateurs et son énorme catalogue de musique, de podcasts et de contenus exclusifs, ainsi que le contenu de divertissement premium exclusif d'OSN+, les partenariats avec des studios mondiaux en utilisant l'expertise technologique d'Anghami pour la base d'utilisateurs combinée substantielle », explique le cofondateur d'Anghami.

Lire aussi

Au cœur de la course à l’IA, les puces de Nvidia suscitent la convoitise des start-up

Sursaut de l'action d'Anghami

Ce qui est en revanche certain, c’est que l’annonce de ce raccord a fait du bien à la cote d’Anghami, bien moribonde près de deux ans avoir été la première entreprise tech du monde arabe à être cotée à la bourse de New York. Dans un secteur de la tech globalement fragilisé depuis 2022, le cours de l’action ordinaire d’Anghami évoluait autour de 1 dollar depuis plusieurs mois, loin de son pic à près de 18 dollars enregistré dans le sillage de son entrée en bourse en janvier 2022, selon les données du Nasdaq. 

Elle a affiché un pic à 3,11 dollars le jour de l’annonce de l’accord avec le groupe OSN, avant de se replier aux environs de 2,65 dollars mercredi (la bourse de New York était fermée jeudi). « L'action évoluait en-dessous de 1,31 dollar avan l'annonce de l'accord » précise Élie Habib. La capitalisation boursière d’Anghami, c'est-à-dire la valeur totale de ses actions ordinaires et privilégiées en circulation, avoisinait les 70 millions de dollars mercredi soir.

KIPCO, la maison-mère d'OSN est cotée à la bourse koweïtienne (sous le nom KUWAIT PROJECTS COMPANY ou KRPOJ). Elle investit dans des entreprises spécialisées dans les services financiers, les médias, l’immobilier ou encore l’industrie. Elle possède ainsi 90 % d'OSN (le saoudien Mawarid possède les 10 % restants), qui pèse plusieurs centaines de millions de dollars. Selon les données publiées sur son site, ses actifs consolidés ont été évalués à 37,2 milliards de dollars en 2022 pour des revenus équivalent à 3,5 milliards de dollars.  

Pour rappel, SRMG Ventures, la branche de capital-risque du Saudi Research and Media Group, avait annoncé en août dernier avoir débloqué 5 millions de dollars pour un investissement stratégique dans Anghami, ce qui alors n’avait pas vraiment influé sur le cours de l’action.

Anghami, la plateforme libanaise de streaming musical, s'apprête à fusionner avec OSN+, celle de streaming vidéo du groupe Orbit Showtime Network (OSN) basé à Dubaï, qui opère un bouquet de chaîne télévisées par satellite. L’information a été annoncée mercredi via des communiqués publiés sur les sites d’Anghami et de KIPCO (Kuwait Projects Company), la holding qui détient le...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut