Rechercher
Rechercher

Moyen-Orient - Guerre Hamas-Israël

La Maison-Blanche s'inquiète du rôle d'Israël dans la montée des tensions avec le Liban

Le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, aurait fait part de ses craintes à son homologue israélien Yoav Galant, lors d'une conversation téléphonique samedi dernier.

La Maison-Blanche s'inquiète du rôle d'Israël dans la montée des tensions avec le Liban

Le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin. (Photo tirée du compte X de Reuters)

Le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, aurait "fait part de son inquiétude" à son homologue israélien, Yoav Gallant, samedi dernier lors d'une conversation téléphonique, sur l'implication d'"Israël" dans l'exacerbation des tensions à la frontière avec le Liban, d'après un rapport du média américain Axios. Citant trois sources américaines et israéliennes informées, Axios souligne que "le message d'Austin à Gallant reflète l'anxiété croissante à la Maison-Blanche face aux actions militaires israéliennes au Liban, qui pourraient mener à une guerre régionale."

Axios ajoute que certains membres de l'administration du président américain Joe Biden craignent qu'Israël ne tente de "provoquer" le Hezbollah dans le but de "créer un prétexte pour une guerre plus large au Liban", ce qui risquerait d'entraîner les États-Unis, ainsi que d'autres acteurs régionaux tels que l'Iran, dans le conflit. 

Dans le compte-rendu public de l'appel téléphonique, le Pentagone a déclaré que Lloyd Austin avait "souligné la nécessité de limiter le conflit à Gaza et d'éviter toute escalade régionale", sans mention spécifique du Liban, rapporte Axios.

Suivez notre couverture en direct

L'armée israélienne bombarde le Liban-Sud, Netanyahu visite les troupes à la frontière, bilan humain en hausse à Gaza : Jour 38 de la guerre Hamas-Israël

Selon deux sources américaines et israéliennes au fait de l'appel téléphonique entre les deux personnalités, il s'agissait d'une conversation très directe et franche, Lloyd Austin ayant mentionné spécifiquement ses inquiétudes concernant les actions militaires israéliennes au Liban. Une source israélienne affirme qu'il a demandé des éclaircissements à Yoav Gallant sur les frappes aériennes israéliennes au Liban et a insisté pour qu'Israël évite des actions pouvant mener à une guerre totale avec le Hezbollah.

Le ministre israélien lui aurait répondu que la politique d'Israël n'était pas d'ouvrir un second front au Liban et a insisté sur le fait qu'il ne croyait pas à l'avènement d'un tel scénario, selon la source israélienne. Yoav Gallant aurait également dit à Lloyd Austin que le Hezbollah intensifie ses attaques, y compris une attaque par drone depuis la Syrie sur la ville d'Eilat, à quelque 560 kilomètres de distance. "Le Hezbollah joue avec le feu", aurait-il ainsi déclaré, comme le rapporte Axios.

Contexte de la montée des tensions à la frontière sud du Liban

Au cours du week-end, la tension est montée le long de la frontière sud du Liban. Le Hezbollah a affirmé dimanche avoir ciblé avec des missiles guidés "les forces logistiques de l'armée israélienne" à proximité des casernes de Dovev ainsi qu'"un bulldozer de l'armée israélienne". Cette dernière a indiqué qu'une femme octogénaire avait été blessée. Entre-temps, la chaîne pro-Hezbollah al-Manar a observé que ces attaques avaient fait dix victimes au total, sans préciser s'il s'agissait de militaires ou de civils - ce qu'Israël nie. Les médias israéliens ont rapporté que 18 soldats et civils israéliens avaient été blessés lors de cet incident, ainsi que lors d'un autre dans la ville de Manara.

L'armée israélienne a réagi en effectuant quatre frappes aériennes sur la plaine de Khiam dimanche, selon des résidents ayant parlé au correspondant de L'Orient Today dans le sud du Liban, Mountasser Abdallah. Après ces attaques et à la suite d'une réunion sécuritaire consacrée à l'escalade avec le Hezbollah, l'armée israélienne a déclaré avoir un "plan" pour stabiliser la situation sécuritaire dans la région nord.

 Le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a déclaré samedi que les affrontements transfrontaliers avec Israël se poursuivraient jusqu'à la fin de "l'agression sur Gaza", mais que la frontière sud libanaise "resterait un front de pression". Peu de temps après la fin de son discours, le ministre de la Défense, Yoav Gallant, a lui averti que Beyrouth pourrait subir le même sort que Gaza si le Hezbollah entraînait le Liban dans une guerre.

Appels des États-Unis à la retenue

Récemment, la Maison Blanche avait déclaré que le Hezbollah ne devait pas chercher à exploiter le conflit Hamas-Israël, et les États-Unis ne souhaitaient pas voir le conflit s'étendre au Liban, selon Reuters. Le conseiller principal du président Biden, Amos Hochstein, s'est rendu au Liban la semaine dernière et a adressé un avertissement ferme au Hezbollah par le biais du président du Parlement libanais, Nabih Berry, et d'autres responsables libanais afin de ne pas aggraver la situation, selon une source bien informée du dossier.

Face au risque d'escalade, les autorités libanaises ont réitéré à plusieurs reprises leur engagement en faveur de la stabilité et de la mise en œuvre de la résolution 1701 des Nations Unies, afin de prévenir une guerre ouverte qui détruirait le pays.

Le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, aurait "fait part de son inquiétude" à son homologue israélien, Yoav Gallant, samedi dernier lors d'une conversation téléphonique, sur l'implication d'"Israël" dans l'exacerbation des tensions à la frontière avec le Liban, d'après un rapport du média américain Axios. Citant trois sources américaines et israéliennes informées,...

commentaires (2)

Le problème à ce stade : Chacun estime réagir aux roquettes de l'autre... Alors qu'en fait : Les seuls perturbateurs sont les organisations palestiniennes. Lorsque le front du SUD LIBAN se calme ? les KASSAM, JIHAD ISLAMIQUE ou HAMAS lancent leurs roquettes sur Israel. Ce dernier réplique sur le Hezbollah ( Israel connait les positions du Hezbollah sans doute mais pas les autres). A préciser qu'il nous semble ( nous néophytes) que NATANYAHOU veut vraiment que cela déborde sur le Liban donc le proche orient et IRAN pour faire oublier "gaza". A ce moment, ce sera l'IRAN et le LIBAN le conflit.

LE FRANCOPHONE

16 h 11, le 13 novembre 2023

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • Le problème à ce stade : Chacun estime réagir aux roquettes de l'autre... Alors qu'en fait : Les seuls perturbateurs sont les organisations palestiniennes. Lorsque le front du SUD LIBAN se calme ? les KASSAM, JIHAD ISLAMIQUE ou HAMAS lancent leurs roquettes sur Israel. Ce dernier réplique sur le Hezbollah ( Israel connait les positions du Hezbollah sans doute mais pas les autres). A préciser qu'il nous semble ( nous néophytes) que NATANYAHOU veut vraiment que cela déborde sur le Liban donc le proche orient et IRAN pour faire oublier "gaza". A ce moment, ce sera l'IRAN et le LIBAN le conflit.

    LE FRANCOPHONE

    16 h 11, le 13 novembre 2023

  • "… La Maison-Blanche s'inquiète du rôle d'Israël dans la montée des tensions avec le Liban …" - Premièrement, on dit avec le Hezbollah, pas avec le Liban. Laissez le Liban en dehors de tout ça qui ne nous concerne pas. Deuxièmement, quelqu’un devrait expliquer à m’sieur Austin qu’Israel n’en a absolument rien à foutre de son avis, et encore moins de ses inquiétudes…

    Gros Gnon

    15 h 06, le 13 novembre 2023

Retour en haut