Rechercher
Rechercher

Politique - COMMENTAIRE

En attendant la guerre

Le 7 octobre a été le début de quelque chose – mais on ne sait pas encore de quoi. Trente-six personnes ont déjà perdu la vie sur le sol libanais dans cet entre-deux que l’on ne nomme pas. 

En attendant la guerre

À Bakiche, sur les hauteurs du Metn, le mur d'un bâtiment abandonné et criblé d'impacts de balles et d'obus des suites de la guerre civile libanaise de 1975-1990. Photo Matthieu Karam

Ça commence quand, une guerre ? Trente-six morts suffisent-ils à l’appeler par son nom ? Combien en faut-il ? Qui décide ? Pour les Gazaouis, la question a été tranchée depuis longtemps. L’air grave et solennel, Benjamin Netanyahu avait prévenu son...
Ça commence quand, une guerre ? Trente-six morts suffisent-ils à l’appeler par son nom ? Combien en faut-il ? Qui décide ? Pour les Gazaouis, la question a été tranchée depuis longtemps. L’air grave et solennel, Benjamin Netanyahu avait prévenu son...
commentaires (8)

Un beau texte qui résume bien ce terrible entre-deux de la guerre et de la vie qui continue, entre-deux avec lequel les Libanais ont appris à jongler depuis beaucoup trop longtemps

Makhlouf Georgia

18 h 30, le 23 octobre 2023

Tous les commentaires

Commentaires (8)

  • Un beau texte qui résume bien ce terrible entre-deux de la guerre et de la vie qui continue, entre-deux avec lequel les Libanais ont appris à jongler depuis beaucoup trop longtemps

    Makhlouf Georgia

    18 h 30, le 23 octobre 2023

  • LES JUGES NE SE CONTENTENT PAS DES FAITS D,AUJOURD,HUI POUR JUGER UN CRIME MAIS CHERCHENT LES RACINES ET LES CAUSES.. LE MOTIF ! ET ALORS ILS RENDENT LA SENTENCE.

    LA LIBRE EXPRESSION

    18 h 26, le 23 octobre 2023

  • Je vous cite Madame Khoury : ""Nous sommes en octobre 2023. La guerre, pour l’heure, se contente de frapper à la porte""…..Et vous avez mille fois raison. Bien entendu, nous sommes en octobre 2023, et comme je l’ai déjà écrit, dans mon précédent commentaire, c’est une situation inédite, et inutile donc de remonter jusqu’au déluge pour expliquer le présent. La question la plus importante : à quand remontent les préparatifs de l’invasion, si une information a fuité dans les médias ? On parlait, comme ça, en juillet, sur un ton badin, qu’une guerre se prépare, (alors personne ne prévoyait l’invasion et le déplacement sur motos des Gazaouis armés). Quelques incidents meurtriers ont saisi les Libanais dans leur torpeur estivale, en oubliant le mot fameux du Cardinal Richelieu : ""Les grands embrasements naissent de petites étincelles"". Peut-on comprendre la situation actuelle après tant de petites étincelles… ?

    NABIL

    16 h 00, le 23 octobre 2023

  • CORRECTION = LA SITUATION REGIONALE ETANT AUJOURD,HUI EXCEPTIONELLEMENT TRES DANGEREUSE ET EXPLOSIVE A TOUS LES NIVEAUX, IL FAUT UN RETOUR A L,HISTOIRE POUR CEUX QUI VEULENT ETRE OBJECTIFS, VRAIS ET NON INIQUES.

    LA LIBRE EXPRESSION

    14 h 12, le 23 octobre 2023

  • LA SITUATION REGIONALE ETANT AUJOURD,HUI EXCEPTIONELLEMENT TRES DANGEREUSE ET EXPLOSIVE A TOUS LES NIVEAUX, IL FAUT UN RETOUR A L,HISTOIRE POUR CEUX QUI VEULENT ETRE OBJECTIFS, VRAIS ET INIQUES.

    LA LIBRE EXPRESSION

    12 h 34, le 23 octobre 2023

  • Les deux protagonistes sont pris au piège de leur propre jeu. Ils ont joué aux ennemis amis pour leurs propres intérêts depuis des décennies et se retrouvent à présent devant un dilemme sérieux qui les met au pied du mur. Soit ils sont amis et continuent leur jeu de chat et de souris en prolongeant la guerre sur plusieurs décennies encore, soit ils décident d’en découdre en payant le prix fort de leurs manigances qui ont coûté la vie à des milliers d’innocents tout en vantant leurs prouesses militaires qui n’ont jamais été concluantes. Les voilà devant une décision fatidique qui ne laisse plus de place au bluff. Ce serait ou l’un ou l’autre qui l’emportera ou alors aucun et ce sera la fin du cirque et du spectacle désolant auquel le monde occidental a assisté pendant des décennies sans y mettre terme avant l'apocalypse

    Sissi zayyat

    11 h 45, le 23 octobre 2023

  • ""L’entre-deux nous met face à nous même. En attendant, on pense à hier et on prépare demain"". Excellent ! ça aurait été un très bon éditorial. Malgré la gravité de la situation, je lisais avec un sourire. S’il vous plaît, nous n’allons pas devenir les habitants du pays de Hassan Nasrallah. C’est de la rhétorique de se targuer d’une armée et d’arsenal sophistiqué, tellement loquace qu’il passe mieux à l’oral qu'aux travaux pratiques. C’est tellement inédit qu’on est dépourvu, et pourtant on en a l’habitude, si j’ose dire, des jours de guerre… à peine la guerre a commencé, qu’un journaliste a payé de sa vie, et un peu plus loin dans le journal, une poétesse de Gaza a péri sous les bombes. On retient son souffle… et la déception est énorme, la Ligue arabe se réunit au Caire, et nous Libanais ne sommes pas conviés, spectateurs impuissants d’un destin qui se décide sans nous. On retiendra notre souffle, mais nous sommes déjà en guerre depuis longtemps.

    NABIL

    02 h 37, le 23 octobre 2023

  • Hassan Nasrallah et ses maitres ont le choix ou il va faire psshhht ou le Liban va faire Boum. Pour le moment il essaye de jongler entre les 2 et faire beaucoup de bruit et de dégâts (pour les habitants du Sud) pour finalement rien il n’arrêtera pas l’invasion de Gaza.

    Liban Libre

    01 h 28, le 23 octobre 2023

Retour en haut