Rechercher
Rechercher

Politique - Liban-Sud

La force conjointe palestinienne se déploie à Aïn el-Héloué

Le commandant de la force espère un retrait des combattants retranchés dans les écoles de l'Unrwa « dans 24 heures, maximum 48 ».

La force conjointe palestinienne se déploie à Aïn el-Héloué

Des membres de la force conjointe palestinienne se déploient dans le camp de réfugiés palestiniens de Aïn el-Héloué, au Liban-Sud, le 25 septembre 2023. Photo Mountasser Abdallah

Dès 13h, lundi, des combattants de la force de sécurité conjointe palestinienne, composée de plusieurs factions, se sont déployés dans le camp de réfugiés de Aïn el-Héloué, au Liban-Sud, a pu confirmer L'Orient-Le Jour sur place. Prévue pour dimanche matin avant d'être reportée au soir puis à lundi, cette mesure vise à rétablir la stabilité dans ce camp, après deux vagues d'affrontements internes ces dernières semaines qui ont fait au moins trente morts au total.

Le commandant de la force conjointe palestinienne Mahmoud Ajoury au moment de son déploiement à Aïn el-Héloué, le 25 septembre 2023. Photo Mountasser Abdallah

Les derniers combats, entre le 7 et le 14 septembre, opposaient le mouvement Fateh, proche du président palestinien Mahmoud Abbas, et des groupes islamistes tels que Jund el-Cham et al-Chabab al-Moslem (La jeunesse musulmane). Ce lundi, plusieurs responsables de la force conjointe se réjouissaient de cette avancée auprès de L'OLJ, espérant réaliser d'autres étapes : le retrait des combattants restants des écoles de l'Unrwa (l'Agence de l'ONU en charge des réfugiés palestiniens) ou encore le retour des familles déplacées.

« Toutes les factions ont participé »

Des militants arborant le même treillis se sont déployés dans le camp, précisément 45 sur les 165 présents dans la force au total, selon nos observations. « Toutes les parties qu'on attendait ont participé, venant de toutes les factions », se réjouit Mahmoud Ajoury, commandant de la force conjointe. « On espère réussir à passer les étapes suivantes pour restaurer la stabilité dans le camp et que les habitants reviennent », détaille-t-il.

« Nous devons encore nous mettre d'accord sur deux endroits : le point qui sépare les quartiers de Ras el-Ahmar et Tiri, et celui qui sépare ceux de Safsaf et Baraksat (...) On espère que dans 24 heures, maximum 48, on accède à un retrait coordonné dans les écoles » de l'Unrwa, poursuit M. Ajoury. Des combattants issus aussi bien du Fateh que des groupes islamistes sont présents dans ces écoles de l'agence de l'ONU, à l'intersection entre les zones d'influence des parties en conflit, depuis la fin des combats du mois d'août.

Livrer les suspects

Ce déploiement « diffuse l'espoir dans notre peuple et notre camp », se réjouit aussi Ibrahim Jechi, responsable de la faction Ansar Allah (les partisans de Dieu), qui promet aussi que le sujet des écoles sera réglé dans les prochains jours. « Il reste une chose fondamentale : livrer les suspects aux autorités ». Comprendre : les responsables du meurtre de Abou Achraf el-Armouchi, ex-chef de la Sécurité nationale palestinienne dans la région de Saïda, tué en juillet dans une embuscade. L'islamiste Abderrahmane Farhoud avait également été tué avant lui, et ces assassinats avaient déclenché les combats en août.

Pour mémoire

Combats à Aïn el-Héloué : Malgré un retour au calme, les déplacés ont toujours peur de rentrer

Après cette étape, M. Jechi précise à L'OLJ que les hommes armés dispersés dans les rues devront être retirés. Il déplore également de lourds dégâts matériels et « espère que les Nations unies et les organisations présentes dans le camp aideront » Aïn el-Héloué à retrouver le calme.

Les combats à Aïn el-Héloué s'inscrivent dans le cadre des luttes internes entre des factions cherchant à s'imposer dans le camp, le tout sur fond de détente des relations entre l'Arabie saoudite et l'Iran et d'efforts américains visant à rapprocher l'Arabie saoudite d'Israël. Aïn el-Héloué, le plus grand camp palestinien au Liban, accueille environ 80.000 des 250.000 réfugiés palestiniens dans le pays.

Dès 13h, lundi, des combattants de la force de sécurité conjointe palestinienne, composée de plusieurs factions, se sont déployés dans le camp de réfugiés de Aïn el-Héloué, au Liban-Sud, a pu confirmer L'Orient-Le Jour sur place. Prévue pour dimanche matin avant d'être reportée au soir puis à lundi, cette mesure vise à rétablir la stabilité dans ce camp, après deux vagues...
commentaires (1)

- ADIEU LA PALESTINE, - A LA GUERRE INTESTINE. - LES ARABES SANS DOUTE, - ONT PRIS UNE AUTRE ROUTE.

JE NE COMMENTE PAS. JE PARLE AU PEUPLE.

17 h 50, le 25 septembre 2023

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • - ADIEU LA PALESTINE, - A LA GUERRE INTESTINE. - LES ARABES SANS DOUTE, - ONT PRIS UNE AUTRE ROUTE.

    JE NE COMMENTE PAS. JE PARLE AU PEUPLE.

    17 h 50, le 25 septembre 2023

Retour en haut