Rechercher
Rechercher

Société - Liban

Affaire Lynn Taleb : quatre membres de la famille maternelle passibles de la peine de mort

L'oncle, la mère et les grands-parents de la petite fille sont notamment accusés d' « homicide intentionnel ».

Affaire Lynn Taleb : quatre membres de la famille maternelle passibles de la peine de mort

Le père de Lynn Taleb, en t-shirt noir au milieu, recevant les condoléances après le décès de la petite, à Safinat al-Qaytaa, dans le Akkar. Photo Mohammad Yassine

La sordide affaire de la petite Lynn Taleb suit son cours judiciaire. Jeudi, la juge d’instruction du Liban-Nord, Samaranda Nassar, a rendu un acte d’accusation incriminant l’oncle, la mère et les grands-parents maternels de la petite, décédée à l'âge de 6 ans le 29 juin dernier des suites d’un viol. La juge Nassar a ainsi accusé l'oncle de la fillette, Nader Bou Khalil (35 ans), d’être l’auteur de ce viol, et d’avoir commis un homicide intentionnel, selon l'acte d'accusation dont L'Orient-Le Jour a consulté une copie. La mère, Waad (36 ans), la grand-mère, Hayate el-Rezz (53 ans), et le grand-père de l’enfant, Fawaz Bou Khalil (61 ans), sont également accusés d'homicide intentionnel.

Concernant le viol, la magistrate s’est fondée sur les articles 503 et 504 du Code pénal, qui punissent d’une peine minimale de 5 ans quiconque aura forcé une personne à des rapports sexuels par les menaces ou les violences, notamment si cette personne était « hors d’état de résister en raison d’une insuffisance physique ou psychique ».

Quant à l’homicide intentionnel, l’article 549 du Code pénal punit de mort l’auteur et les complices de ce crime, notamment lorsqu’il est commis avec préméditation sur un descendant des coupables, et accompagné de « sévices et (d’) actes cruels ».

Lire aussi

Affaire Lynn Taleb : la justice poursuit ses audiences, de nouveaux détails sordides révélés

Bains d'eau salée et sourates du Coran

L'histoire de cette fillette de parents divorcés, dont le décès est survenu lors d'un séjour chez ses grands parents maternels à Minié, dans le nord du Liban, a suscité beaucoup d'émoi à travers le pays.

L'acte d'accusation revient sur certains détails du calvaire de la petite, du viol commis par son oncle jusqu'à son décès. Selon le texte, la petite Lynn refusait catégoriquement de passer aux toilettes pendant les cinq derniers jours qui ont précédé sa mort, ce qui laisse penser qu'elle a pu être violée aux toilettes. Elle avait également arrêté de boire et de manger et vomissait sans arrêt. La petite avait développé des comportements hystériques et refusait d'être approchée par les hommes, y compris les médecins qui ont tenté de l'ausculter.

Pour tenter de masquer le viol, la mère et la grand-mère de la fillette l'ont forcée à prendre des bains d'eau salée, ce qui a aggravé son cas et augmenté sa douleur. La famille, qui refusait d'hospitaliser Lynn, l'a même emmenée chez un cheikh pour que ce dernier lui récite des sourates du Coran, dans le but de la guérir. La famille maternelle a également tenté de semer la confusion parmi les enquêteurs en lavant les vêtements portés par la petite lors du viol.

Deux médecins légistes mandatés par les autorités et cités dans l'acte d'accusation ont confirmé pour leur part que la fillette avait succombé à une hémorragie due au viol. Elle avait développé une infection et une forte anémie qui ont conduit à sa mort.


Indifférence lourde

Des sources judiciaires haut placées bien informées sur le déroulement des interrogatoires avaient révélé début août à L'OLJ que les audiences de la famille maternelle s'étaient déroulées dans un climat d'indifférence lourde. La mère, elle, ne semblait nullement secouée par les détails évoqués, malgré leur gravité, selon une des sources judiciaires interrogées.

La famille avait continué à nier les faits, malgré la découverte de traces de l'ADN de l'oncle sur les habits de la fillette. Ce dernier avait nié avoir violé Lynn et racontait qu'elle l'aimait bien parce qu'il lui achetait des confiseries.

La source avait alors révélé que le viol aurait été commis alors que l'oncle maternel et Lynn étaient seuls au domicile du premier, situé dans le même immeuble que celui des grands parents. L'épouse de l'oncle, qui venait tout juste d'accoucher se trouvait chez ses beaux-parents, les grands-parents de Lynn, afin qu'ils l'aident avec le nourrisson.

La sordide affaire de la petite Lynn Taleb suit son cours judiciaire. Jeudi, la juge d’instruction du Liban-Nord, Samaranda Nassar, a rendu un acte d’accusation incriminant l’oncle, la mère et les grands-parents maternels de la petite, décédée à l'âge de 6 ans le 29 juin dernier des suites d’un viol. La juge Nassar a ainsi accusé l'oncle de la fillette, Nader Bou Khalil (35 ans),...
commentaires (7)

UN EST LE CRIMINEL. LES AUTRES COUVRENT LE CRIME POUR LE PROTEGER. UN DOIT ETRE JUGE A VIE SANS PAROLE. LES AUTRES DES PEINES STRICTES POUR LEUR COUVERTURE.

LA LIBRE EXPRESSION

12 h 59, le 01 septembre 2023

Tous les commentaires

Commentaires (7)

  • UN EST LE CRIMINEL. LES AUTRES COUVRENT LE CRIME POUR LE PROTEGER. UN DOIT ETRE JUGE A VIE SANS PAROLE. LES AUTRES DES PEINES STRICTES POUR LEUR COUVERTURE.

    LA LIBRE EXPRESSION

    12 h 59, le 01 septembre 2023

  • Peines de prison maximales !! c'est impossible de pendre deux grand parents et leurs enfants.

    Lebinlon

    10 h 36, le 01 septembre 2023

  • Pas de peine de mort, mais prison à perpétuité sans libération pour bonne conduite. Ainsi, les quatre criminels pourront se remémorer leurs indignes comportement.

    Mohamed Melhem

    05 h 42, le 01 septembre 2023

  • Ces gens méritent la peine maximale autorisée par la loi.

    K1000

    00 h 56, le 01 septembre 2023

  • Et la différence avec l’homicide volontaire, du coup, c’est quoi?

    Marionet

    23 h 45, le 31 août 2023

  • Intentionnel = avec conscience et volonté.

    François Haddad

    21 h 29, le 31 août 2023

  • Homicide intentionnel? C'est autre chose que l'homicide volontaire?

    Marionet

    18 h 46, le 31 août 2023

Retour en haut