Rechercher
Rechercher

Monde - Canada

Les méga-feux de forêt ont émis l'équivalent de plus d'un milliard de tonnes de CO2

Les milliers de foyers d'incendie ont brûlé jusqu'à maintenant 13,5 millions d'hectares, l'équivalent de la superficie de la Grèce.

Une image aérienne de la Société De Protection Des Forêts (SOPFEU), montrant un feu de forêt au Québec, le 29 juin 2023. Photo AFP/Genevieve Poirier/SOPFEU

Les milliers de feux de forêt historiques au Canada ont émis, à eux seuls cette année, l'équivalent de plus d'un milliard de tonnes de dioxyde de carbone, du jamais-vu, ont estimé vendredi les autorités canadiennes. Cela correspond pratiquement aux émissions annuelles du Japon (l'équivalent de 1,12 milliard de tonnes de CO2 en 2021), cinquième plus gros pollueur mondial, et davantage que les émissions annuelles de l'ensemble du secteur aérien mondial en 2022 (près de 0,8 milliard de tonnes de CO2).

"Cet été s'est transformé en un véritable marathon", a déclaré vendredi Michael Norton, directeur général du service canadien des forêts, au moment où l'Ouest du pays s'apprête à traverser un autre épisode de canicule. "Nos estimations préliminaires indiquent que les émissions de la saison en cours ont dépassé le milliard de tonnes de dioxyde de carbone équivalent". Et le risque d'incendie devrait encore être "supérieur à la normale" jusqu'en septembre, a-t-il ajouté.

Fin juillet, les émissions de carbone provoquées par les feux au Canada représentaient déjà plus du double du précédent record annuel de 2014, selon les données de l'observatoire européen Copernicus. Cette saison, les méga-feux se sont répandus d'un bout à l'autre du pays avec une intensité remarquable, battant des records dans de nombreuses provinces.

Lire aussi

Juillet 2023, mois le plus chaud sur Terre

Vendredi, le Canada était en état d'alerte maximale incendie depuis exactement 90 jours, ce qui constitue la plus longue période jamais enregistrée. Le précédent record de 50 jours date de 2021.

"La saison des feux de forêt cette année a été très instructive, elle nous a montré ce qui nous attend si nous ne faisons rien pour réduire les émissions", a déclaré lors d'une conférence de presse à Vancouver le ministre des Ressources naturelles Jonathan Wilkinson, n'hésitant pas à cibler le réchauffement climatique comme en étant la "cause principale". Les méga-feux ont brûlé jusqu'à maintenant 13,5 millions d'hectares,  l'équivalent de la superficie de la Grèce, soit presque deux fois la superficie du dernier record absolu, datant de 1989 avec 7,3 millions d'hectares, selon le Centre interservices des feux de forêt du Canada (CIFFC).

Depuis mai, le Canada a accueilli en renfort près de 5.000 pompiers provenant de 12 pays. Plus de 200 ordres d'évacuation ont été émis, forçant près de 168.000 Canadiens à quitter temporairement leur domicile. 

La Colombie-Britannique, province la plus durement touchée ce mois-ci, devrait ce week-end et la semaine prochaine observer des températures anormalement élevées, ce qui n'aidera en rien les efforts des pompiers et aggravera la sécheresse. Certains secteurs du sud de cette province sont par ailleurs frappés depuis début août d'une interdiction de pêcher dès 14h, heure locale, en raison des températures trop élevées des eaux.

Cette année, quatre personnes ont péri en combattant les méga-feux canadiens.

Les milliers de feux de forêt historiques au Canada ont émis, à eux seuls cette année, l'équivalent de plus d'un milliard de tonnes de dioxyde de carbone, du jamais-vu, ont estimé vendredi les autorités canadiennes. Cela correspond pratiquement aux émissions annuelles du Japon (l'équivalent de 1,12 milliard de tonnes de CO2 en 2021), cinquième plus gros pollueur...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut