Rechercher
Rechercher

Économie - Liban

Mansouri : La BDL doit arrêter de financer l'Etat sans cadre légal

Le premier vice-gouverneur de la banque centrale réclame une loi permettant à la BDL de financer l'Etat à partir des réserves obligatoires.

Mansouri : La BDL doit arrêter de financer l'Etat sans cadre légal

Le premier vice-gouverneur de la BDL, Wassim Mansouri, lors d'une conférence de presse à Beyrouth, le 31 juillet 2023. Capture d'écran LBC

Le premier vice-gouverneur de la Banque du Liban (BDL), Wassim Mansouri, a déclaré lundi, dernier jour du mandat du gouverneur Riad Salamé, qu'il fallait que l'institution financière arrête de financer l'Etat libanais sans cadre légal, établissant un plan en plusieurs étapes, sur six mois, pour sortir de la politique actuelle, et réclamant qu'une loi soit adoptée au Parlement "pour permettre à la banque centrale de financer l'Etat à partir des réserves obligatoires".

M. Mansouri s'exprimait lors d'une conférence de presse, au cours de laquelle il était entouré des trois autres vice-gouverneurs, à la fin de trente ans de mandats successifs de M. Salamé au poste de gouverneur de la BDL. Sa succession a provoqué des remous politiques au milieu d'une crise économique sans précédent, en pleine vacance présidentielle et alors que le gouvernement est uniquement chargé de l'expédition des affaires courantes.

Face au blocage, les quatre vice-gouverneurs de la BDL avaient "accepté de rester à leurs postes et de s’acquitter de leurs responsabilités", a affirmé la semaine dernière le Premier ministre sortant, Nagib Mikati, alors qu'ils menaçaient de démissionner.

La fin du "règne Salamé" a été marquée par l'effondrement spectaculaire de l'économie ces quatre dernières années, et par des accusations, au Liban et à l'étranger, de vaste détournement de fonds de l'argent public libanais.

Voici ce qu'il faut retenir de la conférence de presse de M. Mansouri :

- Concernant les recettes de l'Etat, M. Mansouri a évoqué 20.000 milliards de livres libanaises par mois, dont 11.000 milliards en espèces.

- La collecte des recettes est amenée à s'améliorer.

- Pour le budget 2023, les chiffres sont proches de la réalité.

- Le Liban est à un carrefour. Si on continue dans la même approche, les réserves de la BDL vont s'épuiser.

Lire aussi

Riad Salamé, comme une odeur de fin de règne

- Il faut passer à une autre politique, qui est d'arrêter totalement de financer l'Etat. Quelles que soient les raisons qui ont poussé le gouvernement à demander des fonds à la banque centrale, elles ne sont pas du tout justifiées et il faut mettre définitivement un terme à cette hémorragie.

- Aujourd'hui, ce financement assure les salaires des fonctionnaires, celui de certains médicaments, les salaires des forces de sécurité et des personnes responsables de la collecte des recettes de l'Etat.

- A partir de demain (mardi), je serai responsable d'approuver le financement de l'Etat, et je ne signerai aucune demande de financement hors de mes convictions et du cadre légal.

- La première étape du plan présenté par M. Mansouri et les vice-gouverneurs prévoit d'adopter urgemment les budgets 2023 et 2024, le contrôle des capitaux et la restructuration du secteur bancaire. Il n'y aura pas de redressement monétaire sans ces lois.

- Dans un second temps, il faut qu'une loi soit adoptée par le Parlement afin de permettre à la BDL de financer l'Etat à partir des réserves obligatoires.

- Ce financement doit être conditionné par un remboursement des montants empruntés à la banque centrale, qui aurait pour objectif de payer en dollars les salaires des personnes les plus vulnérables au taux de la plateforme Sayrafa, à savoir ceux qui encaissent toujours leurs salaires en livres libanaises, soit près de 400.000 familles.

- Il faut que le taux de change soit unifié et flottant, sans que cela ne demande une intervention de la BDL.

- Cela doit se faire progressivement, en accord avec le gouvernement, avec qui nous allons commencer à discuter demain (mardi).

- D'un point de vue monétaire, et vu le niveau de la masse monétaire en livres libanaises en circulation et les rentrées financières en dollars provenant des dépenses touristiques, il n'y a aucune raison que le taux de change sur le marché parallèle soit volatile.

- Les forces de l'ordre sont prêtes à intervenir face aux spéculateurs.

- Aux Libanais, je suis désolé de vous répéter que je ne suis pas capable de travailler seul. Il n'est pas de nos prérogatives de faire en même temps de la politique monétaire, financière et économique. En revanche, ce que je peux vous promettre, c'est plus de transparence. Nous tendons la main à tout le monde, pour parvenir le plus vite possible à une solution.

- Aux hommes politiques, je vous demande de ne plus lier les questions de politique monétaire à la politique politicienne. 

Le premier vice-gouverneur de la Banque du Liban (BDL), Wassim Mansouri, a déclaré lundi, dernier jour du mandat du gouverneur Riad Salamé, qu'il fallait que l'institution financière arrête de financer l'Etat libanais sans cadre légal, établissant un plan en plusieurs étapes, sur six mois, pour sortir de la politique actuelle, et réclamant qu'une loi soit adoptée au Parlement "pour...

commentaires (16)

tout ces v(i)oleurs, ils meritent une revolution a la dure, a la tres dure, ceausescu style...

Elementaire

07 h 57, le 02 août 2023

Tous les commentaires

Commentaires (16)

  • tout ces v(i)oleurs, ils meritent une revolution a la dure, a la tres dure, ceausescu style...

    Elementaire

    07 h 57, le 02 août 2023

  • Pourquoi est ce qu’ils se sont tus tout le temps ou Salameh obéissait à des voleurs…

    Lina Daher

    05 h 44, le 01 août 2023

  • Des arnaques enveloppées par un joli discours qui satisfait tout le monde alors que le pillage poursuit son chemin béni par ceux qui ont fait mine de ne pas vouloir de lui. Nous sommes rodés à ce genre d’arnaques, on ne nous la fait plus. Si ce Monsieur était vraiment honnête, il n’aurait pas permis avec les autres vices comme lui que l’impensable arrive. C’est du bon sens. Alors arrêtez votre char.

    Sissi zayyat

    20 h 46, le 31 juillet 2023

  • Sûrement, il a profité de l'expérience de son prédécesseur. Il ne peut pas s'aventurer loin de le réalité des choses.

    Esber

    17 h 21, le 31 juillet 2023

  • Ce discours censé est révolutionnaire de transparence et d'honnêteté. Il ne fait qu'acter et graver dans le marbre ce que nous savions déjà... la déconfiture de l'État et la volatilisation définitive de nos économies. Yallah Mansouri, arréb.

    Ca va mieux en le disant

    16 h 17, le 31 juillet 2023

  • La 1 première loi que vous devez exiger et à faire viter par le parlement est d’interdire d’utiliser l’argent des déposants compris dans les réserves obligatoires de la BDL!!! Plus de transparence pour préserver l’argent des deposants se concretise par le vote d’une loi par le parlement!

    Gilbert Abimeri

    15 h 52, le 31 juillet 2023

  • Ça promet si vous commencez par rappeler à l'Etat que les reserves obligatoires sont a leur disposition à condition de légiférer au lieu de lui rappeler qu'il faut restituer aux déposants leurs économies .... Que Dieu nous protège

    Mouawad Caline

    15 h 40, le 31 juillet 2023

  • Un discours de bon sens. Mieux vaut tard que jamais…. Ce M. Mansouri devrait se construire un petit bunker dans la BDL et mettre sa famille à l’abri- s’il est sérieux.

    Mago1

    15 h 40, le 31 juillet 2023

  • ce n est pas une approche saine de votre part de demander a legaliser le vol des deposants .j aurai vu un premier vice gouverneur debuter sa gouvernance en demandant a l etat de commencer a prendre les dispositions necessaires pour arreter d utiliser le maigre solde restant des deposants

    Jimmy Barakat

    15 h 02, le 31 juillet 2023

  • Pour ceux qui en doutaient encore, ce jour marque l'annonce officielle de la faillite frauduleuse/banqueroute de la BDL...cela engendrera-t-il un soulèvement de masse contre l'oligarchie mafio-confessionnelle-banco-affairiste ? Non...passivité générale, entre ceux qui se disent qu'ils sont passés entre les mailles du filet, ceux qui sont pétrifiés comme des lapins pris dans les phares d'un véhicule, et ceux qui continuent à ne jurer que par le salut de leur zaïm...

    IBN KHALDOUN

    15 h 00, le 31 juillet 2023

  • En d’autres termes, nos 5 prochaines années vont être longues et très très dures! Disneyland pour les amateurs de sensations fortes, l’enfer pour les amateurs de sensations constructives, transparentes, et Etatique!

    Samir Tabet

    14 h 49, le 31 juillet 2023

  • La BDL est clairement en faillite. On lui demande d'utiliser les reserbes obligatoires pour continuer a financer la canaille a la tete d'un etat failli lui aussi. Or, cet argent n'appartient pas a la BDL ni meme aux banques. Il appartient aux epargnants a qui on n'a jamais demande leur avis. Il est temps de mettre la BDL officiellement en faillite et de reclamer a son proprietaire, l'etat, le remboursement de sa dette. Conformement a la loi Libanaise. Si l'etat et la BDL sont en faillite frauduleuse, alors tout ce beau monde doit aller en prison.

    Michel Trad

    13 h 35, le 31 juillet 2023

  • Indépendamment de ses accointances confessionnelles, ce Mr semble animé de bonnes intentions, il s'agit pour lui de rallier une majorité à l'Assemblée et avec les trois autres vice gouverneurs, ils peuvent essayer d'améliorer les conditions actuelles.. qui ne sauraient être pires.

    C…

    13 h 11, le 31 juillet 2023

  • "… Il faut arrêter totalement de financer l'Etat …" - Génial! Et dans quelques mois "Peuple - Armée - Résistance" deviendra "Peuple - Résistance - Résistance", et finalement “Résistance - Résistance - Résistance" … Vive le Liran Fort!

    Gros Gnon

    12 h 20, le 31 juillet 2023

  • Ca va grincer des dents côté politiciens. Notamment ceux qui ont casé de très nombreuses personnes à des postes de fonctionnaires et ce, à des fins électorales. Si M Mansoury applique ce qu'il dit, la grogne va s'entendre et se retourner contre les polticiens ayant favorisé les emplois fictifs par milliers et ce, à tous les rouages de l'administration, dans tous les ministères et toutes les entreprises publiques ..

    LE FRANCOPHONE

    11 h 54, le 31 juillet 2023

  • "Le Liban est aujourd'hui à un carrefour. Si on continue dans la même approche, les réserves de la BDL vont s'épuiser". Comprendre... On a déjà pompé toutes les liquidités des déposants. Maintenant, on ne peut plus compter que sur nos lingots d'or en réserve, et à ce rythme, ca ne va pas durer 6 mois !

    Ca va mieux en le disant

    11 h 38, le 31 juillet 2023

Retour en haut