Rechercher
Rechercher

Économie - Repère

Plateforme maritime arrivée au Liban : à quoi s'attendre ?

Le TransOcean Barents est arrivé dans la matinée du mercredi 16 août.

Plateforme maritime arrivée au Liban : à quoi s'attendre ?

La plateforme TransOcean Barents. Photo AR/Marinetraffic

Neuf mois après la démarcation de la frontière maritime  entre le Liban et Israël, un navire du consortium TotalEnergies/Eni/QatarEnergy est arrivé mercredi 16 août au Liban pour commencer l'exploration du Bloc 9 afin de déterminer la présence d'hydrocarbures. À quoi doit-on s'attendre au Liban ? L'Orient Today a interrogé deux experts.

La plateforme maritime d'exploration TransOcean Barents fait route vers le Liban. "Cette étape importante prépare le terrain pour le début des opérations de forage dans le bloc 9 offshore", a annoncé Romain de La Martinière, directeur régional de TotalEnergies, le week-end dernier sur les réseaux sociaux.

Que fera le navire une fois arrivé ?

"La plateforme devrait arriver dans la nuit du 14 août", a déclaré une source de l'Autorité pétrolière libanaise à L'Orient Today. "Elle devra se préparer pendant 10 jours avant de pouvoir commencer le forage d'un puits d'exploration dans le bloc 9", poursuit cette source.

Affrétée par TotalEnergies pour le compte du consortium qu'elle a formé avec l'Italien Eni et QatarEnergy, la plateforme TransOcean Barents va forer un puits d'exploration dans le bloc 9 de la Zone économique exclusive (ZEE), le deuxième bloc au large de la côte libanaise, près de Tyr, au Liban-Sud.

"Le processus prendra environ deux mois avant que l'on sache si le Liban peut commencer à extraire et à produire du gaz naturel à partir du bloc", a ajouté la source précitée. "Si c'est le cas, le consortium passera à l'étape suivante et le Liban deviendra officiellement un pays producteur de pétrole".

Comment l'endroit du bloc 9 a-t-il été choisi pour le forage ?

"TotalEnergies et son consortium disposent des données nécessaires au forage depuis dix ans", explique Marc Ayoub, chercheur en énergie et chercheur associé à l'Institut Issam Farès de l'Université américaine de Beyrouth (AUB). "Les données sont basées sur des images 3D et 2D, une étude géologique et une cartographie de la région, ainsi qu'une étude de la nouvelle frontière maritime du Liban", ajoute-t-il. "L'emplacement du forage a été choisi essentiellement sur la base de ces données, mais le forage de 2020 dans le bloc 4 a également aidé TotalEnergies à comprendre la géologie de la région."

Eclairage

Frontière maritime : pourquoi un accord avec Chypre passe par la Syrie

L'emplacement actuel du forage est différent de celui choisi précédemment par TotalEnergies, qui était situé à 25 km au nord de la Ligne 23 contestée.

En octobre dernier, le Liban et Israël ont conclu un accord sur la délimitation de leur frontière maritime, qui définit la répartition des précieux gisements de gaz offshore en Méditerranée orientale. Il a mis fin à un différend qui durait depuis la fin des années 2000.

Dans le cadre de cet accord, le Liban a renoncé à ses convoitises sur la Ligne 29, qui comprenait 1.430 kilomètres carrés supplémentaires et une partie du champ de Karish, connu pour être riche en hydrocarbures. En revanche, il a obtenu l'ensemble de la zone délimitée par la Ligne 23, ainsi que tous les droits d'exploitation du champ de Cana, encore inexploré.

"Lorsque l'accord a été conclu, le puits est devenu plus proche de la Ligne 23 qu'il ne l'était auparavant", fait remarquer M. Ayoub, selon lequel les travaux devraient commencer "à quelques kilomètres du champ de Karish, où la production est en cours depuis des mois" du côté israélien.

Doit-on réellement s'attendre à trouver du gaz dans le bloc 9 ?

M. Ayoub estime que les Libanais doivent tempérer leurs attentes. "Notre expérience nous apprend que, dans un projet d'exploration pétrolière sur quatre seulement, des hydrocarbures sont trouvés, et nous devons donc nous préparer", a-t-il déclaré. "Il y a 75 pour cent de chances qu'ils ne trouvent pas de gaz", a-t-il conclu.

Neuf mois après la démarcation de la frontière maritime  entre le Liban et Israël, un navire du consortium TotalEnergies/Eni/QatarEnergy est arrivé mercredi 16 août au Liban pour commencer l'exploration du Bloc 9 afin de déterminer la présence d'hydrocarbures. À quoi doit-on s'attendre au Liban ? L'Orient Today a interrogé deux experts.La plateforme maritime d'exploration...
commentaires (7)

Mème si l’on admet que chaque chose à son temps, mais qu’en est il des blocs 1 et 2 qui portent sur une superficie de 750 à 1 000 km 2. pour lesquels le pouvoir syrien avait reporté un rendez vous (mais ce n’était qu’avec aoun) et dans la foulée avait signé avec la compagnie russe Kapital pour l’exploration du bloc 1, qui fait partie de la zone économique du Liban..Là c’est silence radio!!!

C…

22 h 19, le 16 août 2023

Tous les commentaires

Commentaires (7)

  • Mème si l’on admet que chaque chose à son temps, mais qu’en est il des blocs 1 et 2 qui portent sur une superficie de 750 à 1 000 km 2. pour lesquels le pouvoir syrien avait reporté un rendez vous (mais ce n’était qu’avec aoun) et dans la foulée avait signé avec la compagnie russe Kapital pour l’exploration du bloc 1, qui fait partie de la zone économique du Liban..Là c’est silence radio!!!

    C…

    22 h 19, le 16 août 2023

  • S'il y a un profit à tirer, ce ne sera que pour les mafieux et les autres n'en verront même pas la couleur. S'il y a... à moins que les Israéliens n'aient déjà tout pompé!

    Politiquement incorrect(e)

    20 h 16, le 16 août 2023

  • Et pendant ce temps, nos politiques ne font qu'espérer et prier pour que ce champ gazier nous sorte d'affaire... cela ne résoudra malheureusement rien sans remise en cause de nos institutions, et ne rendra pas leurs économies aux déposants floués.

    Ca va mieux en le disant

    19 h 10, le 16 août 2023

  • 99% de chance que les ressources soit voiler par le hezb

    Am RMA

    13 h 16, le 16 août 2023

  • "… le Liban deviendra officiellement un pays producteur de pétrole …" - Chouette! Comme le Vénézuela, le Nigéria, l’Iran… comme quoi devenir un pays producteur de pétrole ne signifie pas qu’on deviendra un pays riche…

    Gros Gnon

    12 h 54, le 16 août 2023

  • Bravo pour les pictogrammes légendés, précis. C’est limpide.

    Marionet

    09 h 46, le 29 juillet 2023

  • 75% de chance de ne rien trouver, et, s’ils en trouvent, 99.9999% de chance que les recettes soient volées.

    EHK

    14 h 13, le 28 juillet 2023

Retour en haut