Rechercher
Rechercher

Politique - Liban

Succession de Riad Salamé : la réunion gouvernementale échoue, faute de quorum

Le cabinet disposait "aujourd'hui d'une opportunité pour résoudre, de manière temporaire, un dossier lié à la situation financière et monétaire", regrette Nagib Mikati.

Succession de Riad Salamé : la réunion gouvernementale échoue, faute de quorum

Le Premier ministre sortant Nagib Mikati au Grand Sérail, le 24 juillet 2023. Photo Dalati et Nohra

La réunion du Conseil des ministres prévue jeudi matin pour nommer un successeur au gouverneur de la Banque du Liban Riad Salamé, dont le mandat arrive à terme à la fin du mois, a échoué faute de quorum.

Selon notre correspondante Hoda Chedid, les ministres des Marada, du Hezbollah et du Courant patriotique libre ont boycotté cette séance.

Selon l'Agence nationale d'information, une réunion consultative a eu lieu entre M. Mikati et les ministres présents.

Le Conseil des ministres de ce matin avait été programmé à la suite d’un accord entre le président de la Chambre Nabih Berry et le Premier ministre sortant Nagib Mikati. Mais les principaux partis chrétiens, ainsi que le Hezbollah, s'opposent à une désignation d'un nouveau gouverneur à la banque centrale, en l'absence d'un président de la République. Le Liban est sans chef d'Etat depuis octobre 2022, date de la fin du mandat de Michel Aoun. Les détracteurs de Nabih Berry et Nagib Mikati les accusent de s'arroger les prérogatives du président de la République.

Lire aussi

Sayrafa, justice, BDL : Riad Salamé achève son mandat dans le déni

Au terme de la réunion consultative, M. Mikati a indiqué que le gouvernement disposait "aujourd'hui d'une opportunité pour résoudre, de manière temporaire, un dossier lié à la situation financière et monétaire". "Je regrette que les calculs politiques des parties concernées au sein du gouvernement aient été estimées prioritaires", a-t-il ajouté dans un communiqué, appelant chaque partie à "assumer la responsabilité de sa décision". Il a enfin affirmé qu'il continuerait à "exercer son devoir constitutionnel et national et à travailler sérieusement pour le bon fonctionnement des institutions publiques, en particulier la Banque du Liban". "Le gouvernement n'est pas responsable de la vacance présidentielle, ni des répercussions qui en résultent", a-t-il conclu.

Dans l'après-midi, M. Mikati a rencontré les quatre vice-gouverneurs de la BDL pour la deuxième journée consécutive, après l'échec de la réunion du cabinet.

Dans un communiqué publié à l'issue de la réunion, M. Mikati a estimé que "la période actuelle requiert la collaboration de tous afin de préserver la stabilité financière et monétaire" et que "nous portons sur nos épaules une responsabilité nationale si un nouveau gouverneur n'est pas nommé". Il a assuré que le gouvernement "collaborera avec le Parlement pour adopter les lois nécessaires au bon fonctionnement des institutions."

Nommés en 2020, les quatre vice-gouverneurs de la BDL Wassim Mansouri (1er vice-gouverneur), Bachir Yakzan (2e), Salim Chahine (3e) et Alexandre Moradian (4e) avaient exhorté le gouvernement à désigner un nouveau patron de la banque centrale avant la fin du mandat Salamé. Ils se sont entretenus à deux reprises cette semaine avec Nagib Mikati.

En cas de vacance, Wassim Mansouri (chiite) remplacerait M. Salamé, conformément au Code de la monnaie et le crédit, alors que ce poste est traditionnellement réservé à un maronite. Les gouverneurs adjoints ont menacé de démissionner si un successeur n'est pas dûment nommé, une question qui fait polémique en l'absence d'un président de la République et d'un gouvernement de pleins pouvoirs. Le vice-Premier ministre Saadé Chami a estimé mardi que le gouvernement n'est pas en mesure de nommer un successeur à Riad Salamé.

Le patron de la BDL fait l'objet de plusieurs enquêtes judiciaires, au Liban et en Europe, pour soupçons de corruption. Il se défend contre ces accusations.

Le gouvernement devrait se réunir lundi prochain pour discuter de l'avant-projet de budget pour 2023, qui doit organiser les dépenses et les recettes publiques pour l’année en cours. Lundi dernier, le ministre sortant de l'Information Ziad Makari avait annoncé, à l'issue d'une première réunion consacrée à l'étude de ce texte, la tenue de "réunions successives concernant le budget".

La réunion du Conseil des ministres prévue jeudi matin pour nommer un successeur au gouverneur de la Banque du Liban Riad Salamé, dont le mandat arrive à terme à la fin du mois, a échoué faute de quorum.Selon notre correspondante Hoda Chedid, les ministres des Marada, du Hezbollah et du Courant patriotique libre ont boycotté cette séance.Selon l'Agence nationale d'information, une...
commentaires (5)

Encore un camouflet pour tout le Liban, quel que soit la raison.

Mohamed Melhem

23 h 54, le 27 juillet 2023

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • Encore un camouflet pour tout le Liban, quel que soit la raison.

    Mohamed Melhem

    23 h 54, le 27 juillet 2023

  • On savait qu’ils avaient des postes fictifs vu que la république qu’ils représentent n’existe plus. Mais de grâce, au moins arrêtez de les payer grassement chaque fin de mois ou bien que le multi milliardaire le fasse de son propre argent. Walaw, quelques milliers de dollars frais (sortis du frigo, eh oui on ne les met plus dans le coffre fort pour qu’ils restent fresh) et je vous assure que vous aurez très rapidement le quorum voire l’unanimité en terme de présence

    Lecteur excédé par la censure

    15 h 06, le 27 juillet 2023

  • Marada et CPL sont qualifiés de principaux partis chrétiens!, vraiment? Et sans aucun partie-pris par l'auteur de cet article ?

    Aboumatta

    15 h 02, le 27 juillet 2023

  • Faute de Quorum ? Donc, en fait, pas de Président, un premier Ministre sortant, des ministres en vacances ! Et on se demande ce que ça change pour le libanais moyen qui galère pour tout dans sa vie de tous les jours :((

    Pandora

    12 h 40, le 27 juillet 2023

  • Si les cadres de cette oligarchie mafio-confessionnelle devaient vraiment se reconvertir un jour (ce dont je doute, tant la passivité générale leur assure la tranquillité) je leur conseille de proposer leurs services comme scénaristes à Netflix. Leurs savoir-faire en matière de feuilletonage et autres manœuvres de diversion est exceptionnel.

    IBN KHALDOUN

    12 h 35, le 27 juillet 2023

Retour en haut