Rechercher
Rechercher

Politique - Liban

Le cabinet Mikati se réunit mardi, affaire Salamé et réfugiés syriens au menu

Les ministres examineront une demande du ministère la Justice d'établir un accord de gré à gré avec deux pénalistes français dans l'affaire de l’ex-compagne du gouverneur de la BDL, Anna Kosakova.

Le cabinet Mikati se réunit mardi, affaire Salamé et réfugiés syriens au menu

Le Premier ministre libanais sortant Nagib Mikati au Grand sérail, le 17 février 2023. Photo Dalati Nohra

Le Premier ministre libanais sortant Nagib Mikati a convoqué samedi son cabinet à une réunion ministérielle "spéciale" programmée mardi à 15h afin de discuter du rapatriement des réfugiés syriens et de la nomination de deux avocats français pour représenter le Liban dans le cadre des poursuites judiciaires engagées par la France contre le gouverneur de la Banque du Liban (BDL) Riad Salamé.

Les ministres examineront une demande du ministre sortant de la Justice, Henri Khoury, d'établir un accord de gré à gré avec deux pénalistes français pour seconder la cheffe du Contentieux de l’Etat Hélène Iskandar dans le dossier de l’ex-compagne du gouverneur de la BDL, Anna Kosakova. Celle-ci avait été auditionnée, début décembre, par le Parquet national français (PNF) à la suite de sa mise en examen en juin 2022 pour "association de malfaiteurs", "blanchiment en bande organisée" et "blanchiment de fraude fiscale aggravé" dans l’affaire visant des détournements de fonds présumés par la BDL au préjudice de l’État libanais.

Portrait

Wassim Mansouri, futur gouverneur (chiite) de la BDL malgré lui ?

Le ministre sortant de la Justice avait défendu la nomination des avocats Emmanuel Daoud et Pascal Beauvais, choisis en mars dernier par Hélène Iskandar, pour représenter les intérêts du Liban dans cette affaire. Une décision vivement critiquée par le gouvernement qui avait demandé, lors d'un Conseil des ministres, que d'autres noms soient proposés. Le cabinet avait justifié sa décision par le fait que l'avocat Daoud serait lié à une organisation "soupçonnée de véhiculer des idées sionistes". Cette information a cependant été démentie par le ministre Khoury.

Fin mai, Nagib Mikati avait reporté une réunion de son gouvernement destinée à trancher cette question après que M. Khoury a refusé d'y assister. Mais ce dernier avait précisé que le report est lié au fait que M. Mikati veut examiner les CV des pénalistes.

Ciblé par plusieurs enquêtes au Liban et en Europe concernant la façon dont il s’est constitué un riche patrimoine immobilier, le gouverneur de la BDL est sous le coup de deux notices rouges d'Interpol consécutives à des mandats d'arrêt internationaux lancé par les justices française et allemande. Il dément les accusations portées contre lui. Le Liban n'extrade pas ses ressortissants vers d'autres pays. Les autorités ont alors interrogé M. Salamé, lui ont interdit de quitter le territoire et ont saisi ses deux passeports, libanais et français.

Les réfugiés syriens

Le cabinet Mikati étudiera aussi le rapatriement des réfugiés syriens, une revendication qui provoque régulièrement des remous sur la scène locale. Selon les estimations des autorités libanaises, plus de 2 millions de Syriens se sont réfugiés au Liban depuis le début du conflit en Syrie en 2011, tandis que l'ONU en a enregistré seulement 830.000.

Lire aussi

Réfugiés syriens, le grand embrasement

Leur présence est perçue par certains groupes libanais comme un enjeu démographique, économique et sécuritaire majeur, d'autant plus que le pays traverse une grave crise socio-économique. Mais les groupes de défense des droits ont prévenu que le retour en Syrie restait dangereux pour de nombreux réfugiés, compte tenu de la poursuite des combats, de la torture pratiquée par l'État et des disparitions forcées.

Début juin, M. Mikati avait indiqué que son gouvernement prévoit de former une délégation ministérielle pour aller à Damas et discuter du dossier des réfugiés syriens" avec le régime du président Bachar el-Assad.

Le Liban est sans président de la République depuis octobre 2022, date de la fin du mandat de Michel Aoun. Le cabinet Mikati expédie les affaires courantes depuis mai 2022, au lendemain des dernières élections législatives. Sans chef d'Etat, le gouvernement a des prérogatives limitées, alors que le Liban est en grave crise économique depuis 2019.

Le Premier ministre libanais sortant Nagib Mikati a convoqué samedi son cabinet à une réunion ministérielle "spéciale" programmée mardi à 15h afin de discuter du rapatriement des réfugiés syriens et de la nomination de deux avocats français pour représenter le Liban dans le cadre des poursuites judiciaires engagées par la France contre le gouverneur de la Banque du Liban (BDL) Riad...
commentaires (5)

Wow, l'urgence qui s'impose concernant la compagne de riyad, et puis il y a la question des refu-placés siriens... car, bien sûr à part ces 2 casses tête extrêmementurgents, tout va très bien mme la marquise. Ces 2 problèmes seront dealt with même avant l'élection du nouveau papa de tous. Allah yirham el hakawati qui racontait des histoires fantasmagoriques qui nous enchantaient au moins pour une seconde ou 2...

Wlek Sanferlou

15 h 20, le 11 juin 2023

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • Wow, l'urgence qui s'impose concernant la compagne de riyad, et puis il y a la question des refu-placés siriens... car, bien sûr à part ces 2 casses tête extrêmementurgents, tout va très bien mme la marquise. Ces 2 problèmes seront dealt with même avant l'élection du nouveau papa de tous. Allah yirham el hakawati qui racontait des histoires fantasmagoriques qui nous enchantaient au moins pour une seconde ou 2...

    Wlek Sanferlou

    15 h 20, le 11 juin 2023

  • Pauve papy Mika. Il a l'air vraiment à l'Ouest sur votre photo. À quoi pense-t-il à cet instant précis ? A son prochain roadtrip aux Maldives. À une escapade romantique avec Madame au Costa Rica ? Certainement pas aux circulaires qu'il vient de signer d'une main molle et résignée. Que retiendra-t-on de ce premier ministre entrant-sortant-sorti et fatigué ? Allez, osons : Le vide dans l'action et l'action par le vide. Bref, rien, nada, nothing, machi. Un simple pauv'type totalement dépassé par les évènements, sans vision, et qui ne sait ni quelle voile hisser ni quel cap suivre. Si encore il n'avait en charge que quelques bonshommes sur son boutre, ils atterriraient sur une ile déserte et referaient leur vie avec les chèvres. Mais là, là, c'est un peuple tout entier qu'il dirige vers l'âbime en lui disant... avancez, sautez, moi je reste à bord. Yallah, barrah. Sursaut pour le Liban. Hich Lébnén.

    Ca va mieux en le disant

    02 h 49, le 11 juin 2023

  • A lire l'article on comprend que le cabinet nomme deux avocats non pas pour l'affaire Riad Salameh, mais dans l'affaire de l'ex compagne de ce dernier....soit c'est une erreur de casting, soit c'est une erreur d'interprétation de l'olj soit c'est encore une nouvelle tentative du gouvernement de protéger Riad Salemeh

    Moi

    01 h 20, le 11 juin 2023

  • Oui affaire Salame au menu: comment encore de payer la tête des libanais, des tribunaux étrangers et libanais, en protégeant celui qui est protégé par ses protégés !

    LeRougeEtLeNoir

    23 h 53, le 10 juin 2023

  • Même s’il prévoit l’envoi d’une délégation ministérielle en Syrie, le boucher, semble t il, a déclaré que c’est un problème à caractère politique et démographique et non pas humanitaire, ce qui pourrait soulager les groupes de défense des syriens au Liban. Mais à ses yeux, tout retour en arrière est impossible . En outre les choses ne peuvent plus être ce qu’elles étaient avant la guerre en Syrie… en d’autres termes votre paquet vous le gardez…et l’on continue le grand remplacement..

    C…

    18 h 30, le 10 juin 2023

Retour en haut