Rechercher
Rechercher

Économie - Classement

Beyrouth 385e parmi 1000 villes en termes d’écosystème favorable pour les start-up

Beyrouth 385e parmi 1000 villes en termes d’écosystème favorable pour les start-up

Beyrouth se positionne à la 385e place parmi 1 000 villes, gagnant 79 places par rapport au classement de 2022. Photo P.H.B.

Le Liban a réussi à gagner deux places dans l’édition de 2023 du classement The Global Startup Ecosystem Index, réalisé par le centre de recherches StartupBlink, se positionnant au 75e rang mondial parmi les 100 pays qui regroupent le top des 1 000 villes dans le monde en termes d’écosystème favorable pour les start-up. Parmi celles-ci, Beyrouth se positionne à la 385e place, gagnant 79 places par rapport au classement de 2022.

Dans les éditions précédentes le Liban occupait la 74e place en 2020 et 2021 et la 77e place en 2022. Selon les auteurs du rapport, le Liban connaît depuis plusieurs années une situation économique compliquée en raison de multiples défis politiques et financiers. Les conséquences de la pandémie de Covid-19 et de la double explosion au port de Beyrouth en 2020 « ont eu un impact sur l'entrepreneuriat, les priorités s'étant déplacées vers les projets de reconstruction et d'aide d'urgence », indiquent-ils.

Lire aussi

Cofondé par des Libanais, Tioopo Capital parie sur les PME européennes

En plus de cela, ils estiment que la bureaucratie au Liban entrave le développement des start-up, poussant de « nombreuses start-up à fermer leurs portes » ou « à se délocaliser dans les pays du Golfe ». Néanmoins, ils indiquent que le Liban possède plusieurs atouts, dont notamment une population multilingue, un positionnement géographique stratégique et une économie de marché relativement libre. Mais comme dans d’autres pays de la région MENA, « l’avenir de l'écosystème local des start-up dépendra en grande partie de la capacité à convaincre les entrepreneurs locaux de rester dans le pays au lieu d'immigrer vers des destinations plus stables, tels que Dubaï, l'Europe et les États-Unis », ajoutent-ils.

Au niveau régional, le Liban occupe la 11e et dernière place du classement Afrique et Moyen-Orient qui regroupe Israël (3e place mondiale), les Émirats arabes unis (28e), l’Afrique du Sud (53e), le Bahreïn (60e), l’île Maurice (61e), le Kenya (62e), le Nigeria (64e), l’Arabie saoudite (66e), l’Égypte (67e) et la Jordanie (68e).

Lire aussi

Start-up : les raisons derrière l’exode des talents du Liban

En ce qui concerne les meilleurs pays, le podium reste inchangé par rapport à celui de l’année passée, avec en première place les États-Unis, suivis du Royaume-Uni et d’Israël. S’agissant des villes, les trois premières places sont respectivement occupées par San Francisco, New York et Londres.

Le Liban a réussi à gagner deux places dans l’édition de 2023 du classement The Global Startup Ecosystem Index, réalisé par le centre de recherches StartupBlink, se positionnant au 75e rang mondial parmi les 100 pays qui regroupent le top des 1 000 villes dans le monde en termes d’écosystème favorable pour les start-up. Parmi celles-ci, Beyrouth se positionne à la 385e place, gagnant...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut