Rechercher
Rechercher

Économie - Inflation

Le gouvernement libanais augmente les salaires et les indemnités de transport

Le gouvernement n’a pas pris de décision concernant le « projet de loi revêtu du caractère d’urgence » visant à modifier deux dispositions du Code de la monnaie et du crédit.

Le gouvernement libanais augmente les salaires et les indemnités de transport

Le gouvernement s’est réuni mardi au Grand Sérail pour approuver plusieurs mesures concernant les salaires et les indemnités de transport. Photo Mohammad Yassine

Réuni au Grand Sérail mardi après-midi en marge d’une manifestation de vétérans de l’armée, de fonctionnaires, de propriétaires de biens à « ancien loyer » et d’enseignants des écoles publiques venus appuyer des revendications salariales, le gouvernement sortant a adopté plusieurs mesures allant dans le sens des salariés sur fond de crise et d’effondrement de la livre. Cela n’a pas empêché certains manifestants de tenter de couper les barrières en fil barbelé érigées près des accès, ni la police de répliquer par des tirs de gaz lacrymogènes.

Les salaires dans le privé et le public
Le gouvernement a d’abord validé le relèvement du salaire minimum dans le secteur privé à 9 millions de livres libanaises, supposé entrer en vigueur à partir du 1er mai. Cette mesure avait été réclamée fin mars par le comité de l’indice des prix. Le minimum était toujours fixé à 2,6 millions de livres, malgré l’annonce en décembre dernier d’un nouveau seuil de 4,5 millions qui n’a jamais été appliqué.

Lire aussi

Les Libanais payés au salaire minimum exclus des produits de base de ramadan

Au taux de change actuel (97 000 livres pour un dollar), le salaire minimum atteint donc un peu moins de 93 dollars, au lieu de 27. Pour les journaliers, le salaire minimum quotidien est désormais de 410 000 livres (4,2 dollars).

Rémunérations dans le public
Le Conseil des ministres a aussi approuvé une majoration provisoire des traitements et salaires dans la fonction publique, qui entrera également en vigueur le premier mai. Les fonctionnaires se verront appliquer un supplément équivalent à quatre fois leur salaire de base applicable avant l’entrée en vigueur du budget de l’État pour 2022, alors qu’ils bénéficiaient déjà depuis le début de l’année d’un autre supplément équivalent à deux salaires de base.

Lire aussi

Payer en dollars ou en livres libanaises : que faut-il faire ?

Concrètement, cela revient à multiplier le salaire de base par 7, mais à condition que le salarié soit présent sur son lieu de travail au moins 14 jours sur tout le mois. Selon le communiqué officiel du gouvernement, ce supplément de quatre salaires de base ne doit pas être inférieur à 8 millions de livres ni supérieur à 50 millions de livres (82,5 et 515 dollars). Pour rappel, les fonctionnaires ont le droit de retirer leur salaire en dollar à un taux de change plus avantageux, conformément au mécanisme mis en place par la Banque du Liban via la circulaire n° 161.

Pour les retraités de la fonction publique, le supplément accordé équivaut à trois fois le salaire de base. Ils avaient été augmentés dans les mêmes proportions que les fonctionnaires actifs dans le budget de 2022. Mêmes tarifs pour les militaires, avec un seuil minimum de 7 millions de livres.

Les indemnités de transport
Le gouvernement a accepté d’augmenter le montant de l’indemnité de transport quotidienne à 250 000 livres par jour, supposée entrer en vigueur à partir du 1er mai. Actuellement de 95 000 livres par jour, celle-ci aurait dû être augmentée mi-décembre pour atteindre 125 000 livres, une annonce là aussi qui n’avait pas été suivie d’effet.

En ce qui concerne les fonctionnaires actifs, l’indemnité de transport a été relevée à 450 000 livres par jour – soit l’équivalent de 5 litres d’essence par jour aux prix actuels –, avec la même obligation de présence que pour la majoration de salaire. À l’issue de la réunion, le ministre sortant du Travail Moustapha Bayram a déclaré que le gouvernement allait « œuvrer » à aligner l’indemnité de transport du privé sur celle du public.

Lire aussi

Saadé Chami : Il faut unifier les taux de change le plus vite possible

Nouveaux billets, DTS et LibanPost
Le gouvernement n’a pas pris de décision concernant le « projet de loi revêtu du caractère d’urgence » visant à modifier deux dispositions du Code de la monnaie et du crédit, soit l’article 5, qui liste les pièces de monnaie et coupures actuelles, et l’article 47, qui dispose que la Banque du Liban possède la prérogative exclusive d’émettre la monnaie – prérogative qui lui est accordée par l’État.

L’objectif était de préparer le terrain au vote d’une loi autorisant l’émission de nouvelles coupures de livres libanaises supérieures à 100 000 livres tout en permettant à l’exécutif de mettre la main sur une prérogative exclusive de la BDL. Un pas jugé « dangereux » et contradictoire avec le principe d’indépendance des banques centrales dans le monde par le ministre sortant des Finances Youssef Khalil, que nous avons contacté.

Les ministres ont de plus approuvé le déblocage de 35 millions de dollars prélevés sur ce qui reste des droits de tirage spéciaux (DTS) du Fonds monétaire international pour financer l’importation de médicaments traitant les maladies graves et chroniques, ainsi que des matières premières utilisées par l’industrie pharmaceutique locale.

Le gouvernement devait en outre se pencher sur le cas de la reprise des services postaux après l’annulation du second appel d’offres visant à trouver un successeur à LibanPost. Aucune décision ferme n’a encore été prise à ce niveau, tandis que le contrat de LibanPost arrive à échéance fin mai.

Les ministres ont aussi approuvé un décret visant à modifier les modalités de calcul des impôts dus au titre de l’occupation provisoire de biens-fonds maritimes revenant à l’État sans préciser le montant de l’évaluation. Ils ont enfin approuvé le principe du passage dès le 1er mai du taux du dollar douanier de 60 000 livres pour un dollar depuis mardi, à 90 000 livres.

Réuni au Grand Sérail mardi après-midi en marge d’une manifestation de vétérans de l’armée, de fonctionnaires, de propriétaires de biens à « ancien loyer » et d’enseignants des écoles publiques venus appuyer des revendications salariales, le gouvernement sortant a adopté plusieurs mesures allant dans le sens des salariés sur fond de crise et d’effondrement de la livre. Cela...
commentaires (1)

Avec quel argent? C’est bien ce qu’il me semblait… et la suppression des 80% de postes clientélistes, redondants et inutiles dans la fonction publique, c’est pour quand?

Gros Gnon

02 h 41, le 19 avril 2023

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Avec quel argent? C’est bien ce qu’il me semblait… et la suppression des 80% de postes clientélistes, redondants et inutiles dans la fonction publique, c’est pour quand?

    Gros Gnon

    02 h 41, le 19 avril 2023

Retour en haut