Rechercher
Rechercher

Moyen-Orient - Syrie

Riyad compte inviter Assad au sommet arabe, mettant fin à son isolement régional

Cinq soldats de l’armée régulière blessés dans un raid israélien près de Homs.

Riyad compte inviter Assad au sommet arabe, mettant fin à son isolement régional

L’Arabie saoudite compte inviter Bachar el-Assad au prochain sommet de la Ligue arabe en mai. Photo Reuters

L’Arabie saoudite prévoit d’inviter le président syrien Bachar el-Assad à un sommet de la Ligue arabe que Riyad accueillera en mai, ont déclaré trois sources proches du dossier à Reuters, une décision qui mettrait officiellement fin à l’isolement régional de la Syrie.

Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Fayçal ben Farhane, se rendra à Damas dans les prochaines semaines pour remettre à M. Assad une invitation officielle à assister au sommet prévu le 19 mai, ont indiqué deux des sources.

En outre, le ministre syrien des Affaires étrangères Fayçal Mekdad avait été reçu samedi au Caire par son homologue égyptien Sameh Choukri à l’occasion de la première visite officielle en Égypte d’un chef de la diplomatie syrienne depuis le début de la guerre civile en Syrie en 2011. Cette visite, a déclaré une source au sein des services de sécurité égyptiens s’exprimant à condition de rester anonyme, visait à mettre en place les conditions d’une réintégration de la Syrie au sein de la Ligue arabe grâce à la médiation de l’Égypte et de l’Arabie saoudite.

Lire aussi

Le Captagon, nouveau nœud gordien dans la normalisation avec le régime syrien

La Syrie avait été exclue provisoirement de la Ligue arabe en novembre 2011, face à la répression sanglante des manifestations pour la démocratie entamées huit mois plus tôt. Des puissances régionales, comme l’Arabie saoudite ou les Émirats arabes unis, ont cependant fait récemment des gestes d’ouverture envers Damas. Les États-Unis ont déploré ces efforts visant à réhabiliter Bachar el-Assad ou normaliser les liens avec la Syrie, tant qu’une solution politique n’est pas trouvée au conflit.

L’agence de presse officielle syrienne SANA a rapporté que les discussions entre Sameh Choukri et Fayçal Mekdad porteraient sur un renforcement des relations entre Damas et Le Caire. Le ministre égyptien des Affaires étrangères s’était rendu en Syrie et en Turquie en février dernier après les séismes qui ont dévasté la région.

Dépôt d’armes du Hezbollah détruit
Sur le terrain, cinq soldats syriens ont été blessés dans un raid aérien attribué par Damas à Israël? dimanche dans la région de Homs (centre), le troisième en trois jours sur le territoire syrien. « Aujourd’hui vers 0h35, l’ennemi israélien a mené une agression aérienne depuis le nord-est de Beyrouth en visant des positions dans la ville de Homs et sa province », a indiqué l’agence officielle syrienne SANA, dimanche, en citant une source militaire. La source a ajouté que plusieurs missiles ont été interceptés par la défense antiaérienne syrienne, faisant état de cinq soldats blessés et de dégâts matériels.


Selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), les missiles israéliens ont ciblé plusieurs positions militaires des forces du régime syrien et affiliées à l’Iran, à Homs, où des explosions ont retenti et un incendie s’est déclaré dans un centre de recherche notamment. Le directeur de l’ONG Rami Abderrahmane a fait état « d’informations certaines » concernant des morts et blessés, ajoutant que des ambulances s’étaient rendues sur les lieux de l’attaque. Il a indiqué qu’outre les soldats syriens blessés, plusieurs combattants affiliés à l’Iran et présents dans le centre de recherche ont été tués lors des frappes de dimanche. « Un dépôt d’armes appartenant au Hezbollah libanais, à l’aéroport militaire de Dabaa, dans le secteur sud-ouest de Homs, a été détruit », a-t-il ajouté.

Le raid israélien de la nuit de samedi à dimanche est le troisième en Syrie en moins d’une semaine, après que Damas a été ciblée deux nuits consécutives, les 30 et 31 mars, par des raids aériens israéliens.

Lire aussi

Damas et Riyad seraient sur le point de normaliser leurs relations

Et selon Téhéran, deux gardiens de la révolution, l’armée idéologique de la République islamique d’Iran, sont morts dans le raid de vendredi. Le porte-parole de la diplomatie iranienne Nasser Kanani a condamné l’attaque de vendredi, assurant que « le sang de ces martyrs de haut rang ne sera pas vain » et que Téhéran « se réserve le droit de riposter (...) au moment et à l’endroit appropriés ».

Israël déterminé
Téhéran avait annoncé le 31 mars la mort en Syrie d’un officier des gardiens de la révolution, Milad Heidari, l’un de ses conseillers militaires en Syrie, dans le même raid. Et dimanche, un second officier des gardiens, Meghda Mahghani, présenté aussi comme un conseiller militaire, a succombé à ses blessures après avoir été blessé dans le raid lancé dans la nuit de jeudi à vendredi, selon les gardiens.

Israël a mené sept raids aériens en Syrie ce mois-ci, selon l’OSDH. Outre les deux raids à Damas cette semaine, l’État hébreu a frappé deux fois l’aéroport d’Alep, ville du nord du pays. Le 19 février, 15 personnes avaient été tuées lors d’une frappe israélienne sur Damas qui avait visé un quartier abritant le siège de plusieurs services de sécurité, selon l’OSDH.

Lire aussi

En 2023, le retour d’Assad dans le giron arabe?

Israël a mené ces dernières années des centaines de frappes aériennes en Syrie contre des positions du régime, ainsi que des forces iraniennes et du Hezbollah, alliés de Damas et ennemis d’Israël. « Le débat interne à Israël ne fera pas reculer d’un iota notre détermination, notre force et notre capacité à agir contre nos ennemis sur tous les fronts, partout et à chaque fois que c’est nécessaire », a déclaré dimanche le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

L’Arabie saoudite prévoit d’inviter le président syrien Bachar el-Assad à un sommet de la Ligue arabe que Riyad accueillera en mai, ont déclaré trois sources proches du dossier à Reuters, une décision qui mettrait officiellement fin à l’isolement régional de la Syrie.Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Fayçal ben Farhane, se rendra à Damas dans les...

commentaires (3)

Quelle bonne nouvelle ! Nous pourrions alors assister à un assainissement sans complexe des relations entre le Liban et la Syrie , n'en déplaise aux américains ... seule et unique façon de traiter à tête reposée des dossiers bilatéraux qui pèsent énormément sur la sécurité et l'économie du Liban , comme la Loi Cesar et le rapatriement des réfugiés syriens , et autres problèmes qui étouffent notre pays , écartelé par les dissensions entre ses voisins !

Chucri Abboud

14 h 45, le 03 avril 2023

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • Quelle bonne nouvelle ! Nous pourrions alors assister à un assainissement sans complexe des relations entre le Liban et la Syrie , n'en déplaise aux américains ... seule et unique façon de traiter à tête reposée des dossiers bilatéraux qui pèsent énormément sur la sécurité et l'économie du Liban , comme la Loi Cesar et le rapatriement des réfugiés syriens , et autres problèmes qui étouffent notre pays , écartelé par les dissensions entre ses voisins !

    Chucri Abboud

    14 h 45, le 03 avril 2023

  • Il y aura un tapis rouge à la descente de son avion? Non mais où va le monde?

    Sissi zayyat

    12 h 13, le 03 avril 2023

  • Quand la guerre en Syrie a pris une autre tournure, je savais que le boucher reviendra aux devants de la scène ...

    Zeidan

    09 h 36, le 03 avril 2023

Retour en haut