Rechercher
Rechercher

Lifestyle - Hot online

Lila TV, pour reconnecter les petits Libanais de la diaspora avec leur culture d’origine

Un million d’abonnés pour Lila TV sur la plateforme YouTube. Chiffre record et fabuleux pour une chaîne adressée aux enfants dans le monde arabe, créée par Maya Zankoul et son mari Tony Yammine.

Lila TV, pour reconnecter les petits Libanais de la diaspora avec leur culture d’origine

« Nous insistons pour que le graphisme soit inspiré du Liban, de ses habitations, de ses ruelles et qu’il soit le reflet de toutes les coutumes et habitudes locales. » Photo DR

Il y a 3 ans déjà, on l’avait rencontrée avec sa Osset aarouss el-jebné el-mhammassa (L’Histoire de la tartine grillée au fromage) qu’elle servait à sa fille le matin, avant de la partager avec toutes les mamans libanaises, puisqu’il s’agit d’un illustré inspiré de cette même tartine. Une lecture qui donne l’eau à la bouche en images et en mots savoureux. Depuis son retour au Liban à l’âge de dix-huit ans, après une enfance passée en Arabie saoudite, Maya Zankoul n’a cessé de croquer Beyrouth, qu’elle « aime malgré tous ses défauts », de l’animer et de réanimer son pouls.

Des couleurs exclusivement locales. Photo DR

« Son » Beyrouth, elle s’y accroche. Très fort. Elle ne veut pas le quitter mais essaie de le recréer en continuant à faire des projets à chaque fois renouvelés. Des albums illustrés, notamment Amalgam, Amalgam 2 ; une chaîne à la fois pédagogique et ludique, sur YouTube, Wizank, fondée avec son époux Tony Yammine ; et aujourd’hui Lila TV, qui a pris forme il y a cinq ans et qui affiche au compteur plus d’un million d’abonnés partout dans le monde. « Outre les expatriés libanais qui sont heureux d’enseigner à leurs enfants leur langue maternelle (le libanais et non l’arabe littéraire) sous forme de chansonnettes et d’anciennes comptines, signale Zankoul, il y a des Palestiniens, des Syriens, des Jordaniens qui s’y intéressent. Ces peuples du Levant qui ont quasiment les mêmes liens culturels avec le Liban sont parmi les abonnés de la chaîne. »

Maya Zankoul, illustratrice et créatrice de Lila TV.


Des histoires qui nous ressemblent

Sur Lila TV, les spectateurs redécouvrent avec nostalgie ces comptines qui ont baigné notre enfance bénie. Des chansonnettes comme 3idik ya mama d’Élias Rahbani ; Baba de Rémi Bandali, et même des compositions plus récentes (comme la Tabboulé) signées et mises en musique par Tony Yammine, conjoint de Maya Zankoul et cofondateur de la chaîne. « Lila TV connecte la diaspora parsemée dans le monde entier, de l’Australie jusqu’aux pays arabes, et connecte les enfants qui ont quitté tôt leur pays natal à leurs racines ainsi qu’à leur patrimoine culturel. » Et l’artiste de poursuivre : « Nous insistons pour que le graphisme soit inspiré du Liban, de ses habitations, de ses ruelles et qu’il soit le reflet de toutes les coutumes et habitudes locales. Lorsque par exemple ma fille regarde les dessins animés Peppa Pig, elle me demande pourquoi nous n’avons pas une boîte postale devant notre maison ! C’est peut-être un exemple minime mais très significatif. Le monde ludique des dessins animés doit être le monde de l’imaginaire de l’enfant issu de son propre environnement. Nous veillons à ce que tout soit authentique, c’est pourquoi nous travaillons les moindres détails. »

Toni Yammine, le conjoint et complice de Maya Zankhoul. Photo DR

La principale inspiratrice de Maya Zankoul est certainement sa petite fille. Depuis qu’elle est devenue maman, la graphiste a voulu être à l’écoute de sa petite tête brune, de ses besoins, de ses aspirations. « Après tout, je suis un peu témoin et porte-parole de cette jeunesse. Si certains ont critiqué la chanson réaliste de Rémy Bandali, Baba, l’histoire d’une petite fille vivant seule avec son père qui trime du matin au soir, c’est parce que ces gens-là souhaitent que les chansons soient tout le temps teintées de rêves. Or c’est faux. Il ne faut pas faire croire aux enfants que nous vivons dans un conte de fées. Dès qu’ils ouvriront les yeux sur le monde adulte, ils seront choqués de découvrir un monde totalement imparfait et ils ne seront pas assez armés pour cela. » Actuellement Lila TV a grandi hors de YouTube, « nous avons ajouté des produits inspirés de nos personnages (peluches, cahiers de coloriage, jeux…), confie Maya Zankoul, et nous produisons un magazine numérique mensuel contenant des activités en rapport avec nos chansons, que les parents et les écoles enseignant l’arabe utilisent non seulement au Liban mais aussi aux États-Unis, en France et en Australie… » Forts de leur parcours, Maya Zankoul et Tony Yammine, accompagnés de leur équipe – les animatrices et illustratrices Paola Kiwan, Stéphanie Mouawad, Noura Abou Chacra ; la créatrice de contenu Pacale Chemali et le graphiste Wared Bitar – veulent étendre leurs activités. « On ne va plus se contenter de chansons, dit Maya Zankoul, mais raconter des histoires et plus tard créer une mini-série avec des personnages principaux. Toujours des histoires qui nous ressemblent. »

Il y a 3 ans déjà, on l’avait rencontrée avec sa Osset aarouss el-jebné el-mhammassa (L’Histoire de la tartine grillée au fromage) qu’elle servait à sa fille le matin, avant de la partager avec toutes les mamans libanaises, puisqu’il s’agit d’un illustré inspiré de cette même tartine. Une lecture qui donne l’eau à la bouche en images et en mots savoureux. Depuis son retour...
commentaires (2)

Je suis 1 parmi le million d abonnés

Jack Gardner

00 h 52, le 16 avril 2023

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • Je suis 1 parmi le million d abonnés

    Jack Gardner

    00 h 52, le 16 avril 2023

  • Bonne initiative Merci aux fondateurs

    William SEMAAN

    14 h 06, le 02 avril 2023

Retour en haut