Rechercher
Rechercher

Monde - Social

Dialogue dans l’impasse sur les retraites pour la 10e journée de manifestations en France

Radicalisée, la contestation est émaillée de plus en plus de violences.

Dialogue dans l’impasse sur les retraites pour la 10e journée de manifestations en France

Des manifestants bloquant une rue, hier à Nantes. Sébastien Salom-Gomis/AFP

Des violences ont éclaté mardi en début d’après-midi pour la dixième journée de manifestations contre la réforme des retraites en France, avec un climat général très tendu et un dialogue dans l’impasse entre l’exécutif d’Emmanuel Macron et les syndicats.

Des heurts entre des manifestants et les forces de l’ordre ont éclaté à Nantes (Ouest), où une agence bancaire a été incendiée et le tribunal administratif visé, ainsi qu’à Rennes (Ouest), où de nombreuses dégradations ont eu lieu.

L’opposition à cette réforme emblématique du second quinquennat d’Emmanuel Macron, qui retarde l’âge de départ de 62 à 64 ans, s’est radicalisée depuis que le gouvernement a fait passer le texte sans vote à l’Assemblée, s’exposant à des motions de censure qui ont échoué le 20 mars à le renverser.

Depuis, les manifestations sont émaillées de violences croissantes, avec notamment de nombreux policiers, gendarmes, casseurs et manifestants blessés ou des incendies de bâtiments publics.

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a annoncé un « dispositif de sécurité inédit » pour mardi avec « 13 000 policiers et gendarmes, dont 5 500 à Paris ». Et le porte-parole du gouvernement Olivier Véran a assuré que l’exécutif était « le rempart à la violence illégitime ».

Parallèlement, les blocages, piquets de grèves et manifestations continuent depuis des jours, perturbant l’approvisionnement en carburant de certaines régions françaises et certains axes routiers ou dépôts logistiques.

La circulation des trains était fortement perturbée mardi. Et l’aviation civile a demandé hier aux compagnies aériennes de renoncer à une partie de leurs vols jeudi et vendredi, notamment à Paris-Orly, en raison de la grève des contrôleurs aériens. Plus de 15 % des stations-service de France étaient à court d’essence ou de gazole, particulièrement dans le Sud, l’Ouest et la région parisienne.

Pause sur les poubelles

À Paris, des milliers de tonnes d’ordures, qui servent de combustibles à des groupes de casseurs le soir, défigurent toujours la capitale française après plus de trois semaines de grève des éboueurs. Mais les syndicats ont annoncé la « suspension » de leur mouvement à partir de mercredi, ce qui pourrait permettre de résorber le stock de détritus.

Tout en restant inflexible sur le fond de la réforme, le gouvernement clame sa volonté d’« apaisement ». La Première ministre Élisabeth Borne a ouvert lundi trois semaines de consultations, avec les parlementaires, les partis politiques, les élus locaux et les partenaires sociaux.

Les syndicats, qui ont mis en garde contre un dérapage incontrôlé de la contestation, n’entendent pas renoncer sur l’âge de départ à la retraite, clé de voûte de leurs mots d’ordre, qui rassemblent régulièrement des centaines de milliers de personnes depuis janvier, sur une population d’environ 67 millions de personnes.

Le leader de la centrale réformiste CFDT Laurent Berger, qui réclame une « pause » dans cette réforme, a demandé à l’exécutif de mettre en place une « médiation » pour « trouver une voie de sortie ». « Ce que propose l’intersyndicale aujourd’hui, c’est un geste d’apaisement », a dit Laurent Berger.

Le chef du syndicat CGT, Philippe Martinez, a annoncé que l’intersyndicale allait « écrire au président de la République », pour lui demander une nouvelle fois « de suspendre son projet », tandis que certaines voix de l’opposition de gauche, comme le dirigeant communiste Fabien Roussel, accusent Emmanuel Macron de « jouer le pourrissement » du mouvement.

Nul besoin de médiation

« Nous saisissons la proposition de Laurent Berger de se parler, mais directement. Nul besoin de médiation », a rétorqué le porte-parole du gouvernement, qui se dit prêt à négocier sur tout un tas de sujets liés au travail. Il estime cependant que la réforme est passée et que son sort est entre les mains du Conseil constitutionnel.

Mais au sein même de la majorité, les députés centristes du MoDem se sont dit favorables à la mise en place d’une médiation.

La jeunesse a poursuivi sa mobilisation hier avec des dizaines de blocages d’établissements universitaires, de lycées ou encore de collèges, avant de prendre part aux manifestations. L’accès à des sites universitaires était également perturbé dans plusieurs villes. Les jeunes sont notamment mobilisés sur la question des violences policières, dont certaines ont été largement partagées sur les réseaux sociaux. Le Conseil de l’Europe a critiqué un « usage excessif de la force ».

Signe du climat délétère, des affrontements particulièrement violents ont opposé samedi manifestants et force de l’ordre dans une région rurale du centre de la France sur fond d’hostilité à un projet de retenue d’eau. Un homme reste entre la vie et la mort, et les autorités ont entamé la procédure de dissolution du groupement « Soulèvements de la terre », accusé d’être à l’origine des « actions violentes » là-bas.

Source : AFP

Des violences ont éclaté mardi en début d’après-midi pour la dixième journée de manifestations contre la réforme des retraites en France, avec un climat général très tendu et un dialogue dans l’impasse entre l’exécutif d’Emmanuel Macron et les syndicats.Des heurts entre des manifestants et les forces de l’ordre ont éclaté à Nantes (Ouest), où une agence bancaire a été...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut