Rechercher
Rechercher

Monde - Guerre en Ukraine

La CPI lance un mandat d’arrêt contre Poutine pour crime de guerre

Xi Jinping en Russie lundi, la coopération militaire au menu des entretiens.

La CPI lance un mandat d’arrêt contre Poutine pour crime de guerre

Vladimir Poutine « est présumé responsable de crime de guerre, de déportation illégale de population (enfants) et de transfert illégal de population (enfants) des zones occupées d’Ukraine vers la Fédération de Russie », selon la CPI. Mikhail Metzel/Reuters

La Cour pénale internationale (CPI) a déclaré vendredi avoir émis un mandat d’arrêt contre le président russe Vladimir Poutine pour le crime de guerre de « déportation illégale » d’enfants ukrainiens depuis le début de l’invasion russe.

La CPI, qui siège à La Haye, a également émis un mandat d’arrêt contre Maria Lvova-Belova, commissaire présidentielle russe aux Droits de l’enfant, pour des accusations similaires.

La Russie n’est pas membre de la CPI et, selon les experts, il est peu probable qu’elle remette des suspects. La cour n’a pas précisé comment elle prévoyait l’exécution des mandats d’arrêt.

« Aujourd’hui, 17 mars 2023, la chambre préliminaire II de la Cour pénale internationale a émis des mandats d’arrêt contre deux personnes dans le cadre de la situation en Ukraine : M. Vladimir Vladimirovitch Poutine et Mme Maria Alekseyevna Lvova-Belova », commissaire présidentielle aux Droits de l’enfant en Russie, a déclaré la CPI dans un communiqué.

M. Poutine « est présumé responsable du crime de guerre de déportation illégale de population (enfants) et de transfert illégal de population (enfants) des zones occupées d’Ukraine vers la Fédération de Russie », a ajouté la cour. « Les crimes auraient été commis sur le territoire ukrainien occupé au moins à partir du 24 février 2022 », a poursuivi la CPI, ajoutant qu’il existait « des motifs raisonnables de croire que M. Poutine est personnellement responsable des crimes susmentionnés ». M. Poutine est présumé responsable à la fois directement en commettant les actes et pour « l’incapacité à exercer un contrôle approprié sur les subordonnés civils et militaires qui ont commis les actes, ou ont permis qu’ils soient commis », selon le communiqué.

Butin de guerre

Lundi, le New York Times avait rapporté que la CPI s’apprêtait à lancer des poursuites contre des Russes pour le transfert d’enfants vers la Russie et pour les frappes délibérées sur des infrastructures civiles en Ukraine. Le procureur de la CPI Karim Khan a déclaré plus tôt ce mois-ci après une visite en Ukraine que les enlèvements présumés d’enfants faisaient « l’objet d’une enquête prioritaire ». « Les enfants ne peuvent pas être traités comme un butin de guerre », avait-t-il déclaré.

La présidence ukrainienne s’est félicitée hier de l’émission du mandat d’arrêt. « Ce n’est que le début », s’est félicité le chef de l’administration présidentielle Andriï Iermak sur Telegram. Le ministre ukrainien des Affaires étrangères Dmytro Kouleba a réagi sur son compte Twitter, saluant le fait que « la roue de la justice tourne ».

Lire aussi

Poutine et Xi auront un déjeuner en tête-à-tête lundi, avant des négociations mardi

Le Kremlin a jugé que le mandat d’arrêt à l’encontre du président russe n’avait aucune valeur juridique, car Moscou ne reconnaît pas ce tribunal. « La Russie, comme un certain nombre d’États, ne reconnaît pas la compétence de ce tribunal, par conséquent, du point de vue de la loi, les décisions de ce tribunal sont nulles et non avenues », a déclaré aux journalistes le porte-parole du président russe, Dmitri Peskov. L’ex-président russe Dmitri Medvedev a comparé le mandat d’arrêt à du papier toilette. « La Cour pénale internationale a émis un mandat d’arrêt contre Vladimir Poutine. Pas besoin d’expliquer où ce papier doit être utilisé », a-t-il écrit sur son compte Twitter en anglais, terminant son message par un émoticône de papier toilette.

L’Ukraine à l’ordre du jour d’une rencontre Poutine-Xi

Sur un autre plan, la Russie a promis vendredi l’ouverture d’une « nouvelle ère » dans ses relations avec la Chine lors d’une visite la semaine prochaine de Xi Jinping, qui s’entretiendra notamment avec Vladimir Poutine du conflit en Ukraine et de coopération militaire. Annoncée par Pékin et Moscou, la visite de Xi Jinping en Russie aura lieu du 20 au 22 mars, un peu plus d’un an après le lancement de l’offensive russe en Ukraine qui a conduit le Kremlin à se réorienter vers la Chine, sur fond de tensions avec l’Occident. MM. Xi et Poutine, qui auront un premier tête-à-tête lundi avant des négociations plus formelles mardi, signeront une déclaration commune pour approfondir leur « relation stratégique entrant dans une nouvelle ère », a déclaré le conseiller diplomatique du Kremlin, Iouri Ouchakov. Cité par les agences de presse russes, M. Ouchakov a aussi salué la « retenue » de M. Xi sur le conflit en Ukraine, dossier sur lequel Pékin se présente en médiateur malgré sa proximité avec Moscou. Le ministre chinois des Affaires étrangères Qin Gang, lors d’un entretien téléphonique avec son homologue ukrainien Dmytro Kouleba, a exhorté jeudi Kiev et Moscou à reprendre « au plus vite » des pourparlers de paix, selon Pékin.

Alors que Washington soupçonne la Chine d’envisager des livraisons d’armes à la Russie, ce que Pékin et Moscou démentent, les deux dirigeants parleront aussi de coopération « militaro-technique », toujours selon le Kremlin. Mais c’est bien « l’agenda économique » qui sera « le plus important pour la Russie, qui doit réorienter son économie vers la Chine face aux sanctions économiques occidentales » en lien avec l’Ukraine, souligne Vassili Kachine, expert en géopolitique à la Haute École d’économie de Moscou.

Source : AFP

La Cour pénale internationale (CPI) a déclaré vendredi avoir émis un mandat d’arrêt contre le président russe Vladimir Poutine pour le crime de guerre de « déportation illégale » d’enfants ukrainiens depuis le début de l’invasion russe.La CPI, qui siège à La Haye, a également émis un mandat d’arrêt contre Maria Lvova-Belova, commissaire présidentielle russe aux...
commentaires (5)

"""« La Cour pénale internationale a émis un mandat d’arrêt contre Vladimir Poutine. Pas besoin d’expliquer où ce papier doit être utilisé », a-t-il écrit sur son compte Twitter...""" Bon, la Fédération de Russie ne reconnaît pas la compétence de ce tribunal, et on voit bien dans quels termes ses dirigeants s’expriment. À l’abri dans son Kremlin, mais jusqu’à quand. Mettons qu’à la faveur d’un coup d’Etat, (la crainte permanente de Poutine) il sera livré mains et pieds liés. Pas besoin d’invoquer des précédents, celui du Soudanais El-Béchir suffit pour rafraîchir la mémoire. On se demande quelle autre "Compétence universelle" (lire dans OLJ, : ""La compétence universelle de la justice française devant la Cour de cassation) peut le toucher pour lutter contre l’impunité, quand on voit des cas de petits criminels réexaminés. Ne l’oublions pas, la guerre criminelle de Poutine se passe en territoire ukrainien, et la déportation d’enfants fait rare en Europe depuis la Seconde Guerre. En tout cas, Tribunal ou non, pour l'instant Poutine tente en vain de donner quelques éléments de récits pour les révisionnistes de réécrire l’Histoire, mais peine perdue, tout est documenté. Vlado, où vas-tu ????

NABIL

14 h 55, le 19 mars 2023

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • """« La Cour pénale internationale a émis un mandat d’arrêt contre Vladimir Poutine. Pas besoin d’expliquer où ce papier doit être utilisé », a-t-il écrit sur son compte Twitter...""" Bon, la Fédération de Russie ne reconnaît pas la compétence de ce tribunal, et on voit bien dans quels termes ses dirigeants s’expriment. À l’abri dans son Kremlin, mais jusqu’à quand. Mettons qu’à la faveur d’un coup d’Etat, (la crainte permanente de Poutine) il sera livré mains et pieds liés. Pas besoin d’invoquer des précédents, celui du Soudanais El-Béchir suffit pour rafraîchir la mémoire. On se demande quelle autre "Compétence universelle" (lire dans OLJ, : ""La compétence universelle de la justice française devant la Cour de cassation) peut le toucher pour lutter contre l’impunité, quand on voit des cas de petits criminels réexaminés. Ne l’oublions pas, la guerre criminelle de Poutine se passe en territoire ukrainien, et la déportation d’enfants fait rare en Europe depuis la Seconde Guerre. En tout cas, Tribunal ou non, pour l'instant Poutine tente en vain de donner quelques éléments de récits pour les révisionnistes de réécrire l’Histoire, mais peine perdue, tout est documenté. Vlado, où vas-tu ????

    NABIL

    14 h 55, le 19 mars 2023

  • Les turcs faisaient la même chose avec les grecs mais. Il y a des siècles à la chute de la Byzance avec Poutine on retourne en arrière

    Eleni Caridopoulou

    17 h 39, le 18 mars 2023

  • Qu'elle est belle la justice des donneurs de leçons! Et les crimes des Américains, ceux des Israéliens , on ne les juge pas?

    Politiquement incorrect(e)

    15 h 33, le 18 mars 2023

  • "La CPI lance un mandat d’arrêt contre Poutine pour crime de guerre"... wow... on a même observé des ovnis avec une délégation de martiens, de saturniens et quelques solariens bien bronzés...

    Wlek Sanferlou

    15 h 30, le 18 mars 2023

  • ARRET CONTRE POUTINE. QUELLE BLAGUE ! COMMENCEZ PAR LE NUCLEAIRE SUR NAGAZAKI ET HIROSHIMA, PUIS LES GUERRES DE COREE ET DU VIETNAM PUIS L,IRAQ ET LA LYBIE POUR NE MENTIONNER QUE CES DEUX ETC... ETC... SI VOUS VOULEZ ETRE HONNETES, POURSUIVEZ-LES TOUS INCLUS ALORS POUTINE. LA JUSTICE, SI VOUS EN FAITES PARTIE, DOIT S,APPLIQUER A TOUS OU A PERSONNE.

    LA LIBRE EXPRESSION

    14 h 09, le 18 mars 2023

Retour en haut