Rechercher
Rechercher

Culture - PORTRAIT

Mayssa Jallad fait ressurgir en musique les fantômes de la guerre des hôtels...

À la faveur de son premier album solo « Marjaa : The battle of the hotels » produit par Fadi Tabbal, l’artiste déploie un projet-concept de préservation expérimentale qui lui permet de revenir sur un pan de la guerre jusque-là voué au silence... À découvrir en concert ce soir, samedi 4 mars, au Mina Image Center.

Mayssa Jallad fait ressurgir en musique les fantômes de la guerre des hôtels...

Mayssa Jallad. Photo Ely Dagher

En repensant à son enfance, Mayssa Jallad se souvient précisément d’un sentiment de malaise, de presque vertige qui survenait à chaque fois qu’elle sillonnait Beyrouth. Quelque chose qui se déclenchait dès que ses yeux croisaient les carcasses vides...
En repensant à son enfance, Mayssa Jallad se souvient précisément d’un sentiment de malaise, de presque vertige qui survenait à chaque fois qu’elle sillonnait Beyrouth. Quelque chose qui se déclenchait dès que ses yeux croisaient les carcasses vides...
commentaires (2)

Bravo pour Maysa Jallad. A travers les arts, on maintient la vie à une ville qui en a tellement besoin. D'autres jeunes talents devraient suivre son parcours, l'argent ne fera jamais le bonheur, l'art lui, restera.

Raed Habib

09 h 18, le 04 mars 2023

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • Bravo pour Maysa Jallad. A travers les arts, on maintient la vie à une ville qui en a tellement besoin. D'autres jeunes talents devraient suivre son parcours, l'argent ne fera jamais le bonheur, l'art lui, restera.

    Raed Habib

    09 h 18, le 04 mars 2023

  • Avec les maux qui continuent de s'abattre sur ce qui reste du Liban on a presque la nostalgie de cette bataille des hotels et ses mythes de miliciens devenus les heros en mourant pour une patrie qu'ils croyaient vivante mais qui continue de mourir.

    Jacques Saleh, PhD

    00 h 56, le 04 mars 2023

Retour en haut