Rechercher
Rechercher

Économie - Start-up

Cofondée par deux Libanais, Matbakhi lève 2,3 millions de dollars

D’ici à la fin de l’année, la start-up veut s’installer au sein de 10 à 15 cuisines d’hôtel en Arabie saoudite et porter le nombre de ses employés de 60 à 200. 

Cofondée par deux Libanais, Matbakhi lève 2,3 millions de dollars

Joe Frem (g.) et Rodolph Njeim, les deux cofondateurs de la start-up Matbakhi. Photo DR

Fondée en octobre 2022 par Joe Frem et Rodolph Njeim, la start-up saoudienne Matbakhi a annoncé la semaine dernière avoir levé 2,3 millions de dollars en capital d’amorçage (pre-seed), étape initiale du processus de levée de fonds des start-up. Un premier tour de table, donc, dirigé par Bugshan Investment Company, qui devrait permettre à l’équipe de renforcer sa présence à Riyad où elle est basée, d’élargir son activité dans l’est du pays et d’accroître son équipe « de 60 à 200 employés d’ici à la fin de l’année », a ainsi précisé à L’Orient-Le Jour Joe Frem, PDG de Matbakhi.

Lire aussi

La plateforme swftbox lève deux millions de dollars

Matbakhi – qui signifie « ma cuisine » en arabe – est une plateforme de restauration suivant le concept des cloud kitchens (cuisines fantômes où sont préparés des plats destinés à être livrés), dont l’objectif est d’optimiser la productivité des cuisines d’hôtel afin d’augmenter leur rentabilité. « Nous ciblons aujourd’hui les cuisines de tous les hôtels du royaume, et plus précisément celles des hôtels d’affaires, celles-ci étant très sous-exploitées », poursuit le PDG. En effet, « ces cuisines ne fonctionnent à plein régime que le matin pour préparer le petit déjeuner, alors que le reste de la journée, elles restent quasiment inutilisées », explique-t-il.

Mode d’emploi : Matbakhi paie une rémunération à l’hôtel pour exploiter sa cuisine afin d’y produire des plats-signatures qu’elle revend sous ses propres labels, principalement via les applications de commande en ligne. À ce jour, la start-up compte ainsi 7 labels de sa création, dont certains en collaboration avec de jeunes chefs saoudiens. En cuisine, ce sont principalement des employés de Matbakhi qui se retrouvent aux fourneaux, certains hôtels préférant mettre aussi leur personnel à contribution.

Dix à quinze cuisines d’hôtel

Cette idée, les cofondateurs l’avaient eue alors qu’ils travaillaient tous les deux au sein du secteur de la restauration. « La pandémie de Covid-19 nous a poussés à nous adapter et à penser à de nouveaux moyens pour profiter de la croissance dont a bénéficié le secteur des livraisons à domicile. C’est un peu comme ça que l’idée de Matbakhi nous est venue », explique Rodolph Njeim, directeur des opérations.

Lire aussi

Areeka Web, ou la psychothérapie en ligne entre Libanais

En à peine trois mois, la start-up a déjà réussi à convaincre cinq établissements. « Ce n’est que le début, car il y a près de 1 100 hôtels en Arabie saoudite qui pourraient intégrer notre modèle », souligne Rodolph Njeim. Toutefois, les hôtels ne constituent pas les seules cibles de Matbakhi. « Compte tenu de la facilité de reproduire et d’adapter notre modèle, nous pourrons par exemple facilement nous installer dans les cuisines des établissements dont la restauration ne représente pas le service primaire », poursuit le directeur des opérations. Mais ces options ne seront sérieusement envisagées qu’en prochaine étape, les cofondateurs voulant se focaliser à court terme sur une implantation dans l’est du pays et sur la diversification de leur offre en lançant de nouvelles enseignes.

Lire aussi

The Cloud, cofondée par un Libanais, veut devenir le Airbnb de la restauration

« D’ici à la fin de l’année, nous voulons porter à 20 le nombre de nos chaînes virtuelles et être présents au sein de 10 à 15 cuisines d’hôtel, précise Joe Frem. Cela nous permettra de multiplier par 10 notre activité durant cette période et d’accroître notre équipe à 200 employés. »

À terme, Matbakhi compte s’implanter dans une centaine de cuisines à travers le royaume, s’installer dans de nouveaux pays de la zone MENA et y proposer les plats de 40 à 50 enseignes virtuelles. Pour y parvenir, les cofondateurs démarchent déjà les investisseurs et préparent leur prochaine levée de fonds : un financement « seed » – une dénomination désignant le second tour de table – compris entre 3 et 5 millions de dollars, prévu pour le mois de juin.

Fondée en octobre 2022 par Joe Frem et Rodolph Njeim, la start-up saoudienne Matbakhi a annoncé la semaine dernière avoir levé 2,3 millions de dollars en capital d’amorçage (pre-seed), étape initiale du processus de levée de fonds des start-up. Un premier tour de table, donc, dirigé par Bugshan Investment Company, qui devrait permettre à l’équipe de renforcer sa présence à Riyad...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut