Rechercher
Rechercher

Moyen-Orient - IRAN

Un influent ayatollah rejette l’usage de la violence pour imposer le voile

Un des principaux dignitaires chiites d’Iran a rejeté le recours à la violence pour imposer le voile aux femmes, selon un média officiel. L’Iran est secoué par des manifestations depuis la mort le 16 septembre de Mahsa Amini après son arrestation à Téhéran par la police des mœurs pour port « inapproprié » du voile. Le grand ayatollah Nasser Makarem Chirazi a indiqué qu’il « ne considère pas que la violence et la pression soient efficaces sur la question du hijab », a rapporté l’agence IRNA jeudi soir. Connu pourtant pour ses positions conservatrices, cet important marjaa (référence spirituelle pour les croyants chiites) a fait cette déclaration lors d’une rencontre avec le ministre de la Culture, Mohammad-Mehdi Esmaïli, dans la ville sainte de Qom. « Le président et les ministres doivent savoir qu’ils sont dans une situation difficile. C’est vrai que l’ennemi est très actif, mais on n’est pas dans une impasse », a-t-il dit. Mercredi, le ministre du Tourisme avait aussi appelé à une plus grande tolérance vis-à-vis du port du voile dans l’espace public. Le 10 janvier, l’Autorité judiciaire avait a contrario indiqué vouloir faire appliquer de nouveau une loi prévoyant de sévères sanctions, comme l’exil, pour les personnes ne respectant pas l’obligation du port du voile.

Un des principaux dignitaires chiites d’Iran a rejeté le recours à la violence pour imposer le voile aux femmes, selon un média officiel. L’Iran est secoué par des manifestations depuis la mort le 16 septembre de Mahsa Amini après son arrestation à Téhéran par la police des mœurs pour port « inapproprié » du voile. Le grand ayatollah Nasser Makarem Chirazi a indiqué...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut