Rechercher
Rechercher

Société - Crise

Effondrement de la livre, stations fermées, manifestations : journée compliquée au Liban

Des dizaines de manifestants se rassemblent devant la BDL à Beyrouth à l'appel du collectif "Le cri des déposants" ; les 20 litres d'essence dépassent le million de livres.

Effondrement de la livre, stations fermées, manifestations : journée compliquée au Liban

"A bas le voleur", peut-on lire sur une pancarte à l'effigie du gouverneur de la Banque du Liban, Riad Salamé, brandie par un manifestant devant la banque centrale, le 25 janvier 2023 à Beyrouth. Photo Mohammad Yassine

Rien ne semble arrêter la chute spectaculaire de la livre dans un Liban en pleine crise. Dès 10h ce mercredi matin, la monnaie nationale a (encore) battu un énième record de dépréciation, s'échangeant aux alentours de 57.000LL contre le dollar sur le marché parallèle.

Dans la rue, la grogne monte depuis plusieurs jours. Ce matin n'a pas fait exception. Des sit-in ont été recensés dans le Nord et la Békaa, alors que de nombreuses stations-essence ont fermé leurs portes et que des files d'automobilistes se sont allongées devant les quelques stations qui ont dérogé à la fermeture.

Lire aussi

Le taux de change au plus haut, la confiance au plus bas

Selon la plateforme en ligne Lirarate.com, le dollar s'achetait vers 14h à 57.000 LL et se vendait à 56.800 LL. Une plongée dans les abysses qui ne semble pas s'arrêter et qui a déjà provoqué des blocages de route mardi, notamment dans la banlieue de Beyrouth.

Chauffeurs de tuk-tuk en colère

Au Akkar dans le Nord, des conducteurs de tuk-tuk ont bloqué une partie de l'autoroute pour protester contre les mauvaises conditions de vie et les prix élevés, rapporte notre correspondant dans la région Michel Hallak. L'armée est intervenue et a rouvert les routes bloquées.

Des conducteurs de tuk-tuk bloquant des routes au Akkar contre la détérioration des conditions de vie au Liban, le 25 janvier 2023. Photo envoyée par notre correspondant Michel Hallak

L'autoroute de Beddaoui a elle aussi été bloquée entre Tripoli et Miniyé, toujours dans le Nord où des camionneurs ont utilisé leurs véhicules pour fermer la voie publique. Les forces de l'ordre sont intervenues.

À Baalbeck dans la Békaa, ce sont les conducteurs de bus qui ont bloqué la voie près d'une entrée de la ville, rapporte notre correspondante Sarah Abdallah. Aucun incident sécuritaire n'a été signalé pour l'instant.

Stations fermées

Pour ne rien arranger, de nombreuses stations service ont fermé leurs portes, face à la volatilité de la livre, en attendant le nouveau barème des prix à la pompe que le ministère de l'Énergie a publié peu après 12h.

Dans le Akkar, notre correspondant rapporte que "de nombreuses stations-essence ont fermé leurs portes" dans la matinée. Les employés "ont empêché tout remplissage des réservoirs dans l'attente d'un nouveau barème de prix du ministère de l'Énergie pour protéger leurs droits, dans cette hausse rapide du dollar face à la livre", ajoute-t-il. Le carburant est donc disponible "dans les réservoirs de la plupart de ces stations" mais n'est pas délivré aux automobilistes.

Une station-essence fermée au Akkar, le 25 janvier 2023. Photo envoyée par notre correspondant Michel Hallak

À Saïda, au Liban-Sud, des files de voitures se sont formées devant les stations-essence "dans l'attente du barème des prix", rapporte notre correspondant Mountasser Abdallah. Des images qui ravivent les mauvais souvenirs de l'été 2021, marqué par des files d'attente interminables qui s'étiraient sur des kilomètres.

Des automobilistes en file d'attente devant une station-service à Saïda, le 25 janvier 2023. Photo envoyée par notre correspondant Mountasser Abdallah

Vers 10h, un nouveau barème avait été publié par l'Agence nationale d'information, avant que l'information ne soit effacée du site de l'Agence, sans explications. Celui-ci faisait état d'une augmentation des prix bien plus importante que le barème final, mais une source au sein du ministère de l'Énergie a démenti à la chaîne LBCI la véracité de ce barème, avant que l'officiel ne soit publié quelques heures après. Une fois le barème connu, la plupart des stations ont rouvert leurs portes.

Manifestation devant la BDL

À Beyrouth, quelques dizaines de manifestants se sont rassemblés devant le siège de la Banque du Liban à l'appel du collectif "Le Cri des déposants", qui dénonce régulièrement les politiques de la banque centrale et les restrictions illégales imposées par les banques privées depuis 2019, rapporte notre photographe sur place Mohammad Yassine.

Des manifestants devant le siège de la Banque du Liban, le 25 janvier 2023 à Beyrouth. Photo Mohammad Yassine

En plus de trois ans de crise économique au Liban, la monnaie nationale a perdu plus de 97% de sa valeur. Entre-temps, les autorités libanaises continuent de piétiner dans l'adoption des réformes nécessaires pour enrayer l'effondrement économique et financier du pays.


Rien ne semble arrêter la chute spectaculaire de la livre dans un Liban en pleine crise. Dès 10h ce mercredi matin, la monnaie nationale a (encore) battu un énième record de dépréciation, s'échangeant aux alentours de 57.000LL contre le dollar sur le marché parallèle.Dans la rue, la grogne monte depuis plusieurs jours. Ce matin n'a pas fait exception. Des sit-in ont été recensés dans...

commentaires (8)

Il y a eu des élections libres il y a moins d un an. Le people à réélu les mêmes à quelques exception près. Pourquoi s étonner maintenant? Le peuple n est plus victime il est complice.

Rachoin, Jean-Sebastien

17 h 52, le 25 janvier 2023

Tous les commentaires

Commentaires (8)

  • Il y a eu des élections libres il y a moins d un an. Le people à réélu les mêmes à quelques exception près. Pourquoi s étonner maintenant? Le peuple n est plus victime il est complice.

    Rachoin, Jean-Sebastien

    17 h 52, le 25 janvier 2023

  • vivo en Argentina y esta es una historia repetida

    Luis carbel

    17 h 19, le 25 janvier 2023

  • Un moyen de pression tout trouvé !

    In Lebanon we (still) Trust

    16 h 05, le 25 janvier 2023

  • Rien de tout cela ne serait arrivé si "on" avait laissé gendrillon "faire"… ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha

    Gros Gnon

    13 h 58, le 25 janvier 2023

  • Mais tout va bien. Nos dirigeants dorment sur les deux oreilles: il y a longtemps qu'ils ont fait des provisions de boules Quies pour ne pas entendre les cris de souffrance et de colère de leurs concitoyens.

    Yves Prevost

    13 h 35, le 25 janvier 2023

  • Peuple libanais, libère toi du joug iranien et autres forces obscures .Rebelle-toi aujourd’hui avant demain .

    Wow

    12 h 42, le 25 janvier 2023

  • Nous n'avons plus que Tarek Bitar, espérons qu'il pourchassera les voleurs dès qu'il en aura fini avec l'explosion du port.

    K1000

    12 h 12, le 25 janvier 2023

  • - LES CORROMPUS ET LEURS COMPLICES, - ONT FUITE MILLIARDS ET MILLIONS, - ECONOMIES DES GENS NOVICES. - MAIS NI COMPTES NI PUNITIONS. - PEUPLE, CONTRE CETTE INJUSTICE, - IMPOSE-TOI POUR LA JUSTICE.

    LA LIBRE EXPRESSION

    11 h 36, le 25 janvier 2023

Retour en haut