Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Crise

Routes coupées au Liban contre l'effondrement de la livre


Routes coupées au Liban contre l'effondrement de la livre

Un manifestant brandissant un drapeau libanais à Saïfi, à la sortie nord de Beyrouth, le 24 janvier 2023. Photo Houssam Chbaro

Des manifestants en colère ont coupé plusieurs routes à Beyrouth, à Tripoli (Nord) et à Saïda (Sud) mardi, pour protester contre l'effondrement de la livre libanaise qui s'échangeait à plus de 54.000 LL contre le dollar sur le marché parallèle, rapportent nos correspondants Michel Hallak et Mountasser Abdallah, ainsi que l'Agence nationale d'information (Ani, officielle).

Des manifestants ont également bloqué la route de Saïfi, à la sortie-nord de Beyrouth, avec un barrage de pneus en flammes. Et dans le Metn, la route menant au rond-point Saloumi a été bloquée également. 

Dans le quartier de Chiyah au sud de la capitale, de "jeunes manifestants" ont également bloqué la voie dès la fin de matinée, selon l'Ani. Ils protestaient également contre la détérioration de la situation économique et la dépréciation de la livre.

Une route coupée par des manifestants à l'entrée sud de Tripoli, au Liban-Nord, le 24 janvier 2023. Photo envoyée par notre correspondant Michel Hallak

Au Liban-Nord, l'autoroute principale a été bloquée dans les deux sens au niveau de Tripoli, vers l'entrée sud de cette ville, la plus pauvre du Liban. Notre correspondant indique que l'armée libanaise a pu dégager la voie et que les manifestants ont agi "contre la hausse rapide du dollar sur le marché parallèle et ses conséquences néfastes sur l'ensemble des conditions de vie, la hausse des prix des carburants, des médicaments et des denrées alimentaires".

Au Liban-sud, une route a été brièvement coupée à l'aide de pneus brûlés au niveau du rondpoint de Kanaya, selon notre correspondant Mountasser Abdallah.

En plus de trois ans de crise économique au Liban, la monnaie nationale a perdu plus de 97% de sa valeur. Entre-temps, les autorités libanaises continuent de piétiner dans l'adoption des réformes nécessaires pour enrayer l'effondrement économique et financier du pays.


Des manifestants en colère ont coupé plusieurs routes à Beyrouth, à Tripoli (Nord) et à Saïda (Sud) mardi, pour protester contre l'effondrement de la livre libanaise qui s'échangeait à plus de 54.000 LL contre le dollar sur le marché parallèle, rapportent nos correspondants Michel Hallak et Mountasser Abdallah, ainsi que l'Agence nationale d'information (Ani, officielle).Des...