Rechercher
Rechercher

Économie - Infrastructures

Électricité : le gouvernement valide les avances demandées par Walid Fayad

Le Conseil des ministres a aussi accepté le renouvellement de l’accord avec l’Irak ainsi que le transfert à l’État des actifs de la concession de Nahr el-Bared.

Électricité : le gouvernement valide les avances demandées par Walid Fayad

Le Conseil des ministres s’est réuni hier pour discuter du dossier de l’électricité. Photo Dalati et Nohra

Le gouvernement sortant du Premier ministre désigné Nagib Mikati, réuni en Conseil des ministres au Grand Sérail, a approuvé hier les quatre avances du Trésor demandées par Électricité du Liban pour financer ses achats de carburant et ses dépenses pour la maintenance de ses centrales. Ces demandes ont été remises aux membres du gouvernement en début de semaine par le ministre sortant de l’Énergie et de l’Eau Walid Fayad, qui faisait néanmoins partie des absents.

Fidèle du camp aouniste qui est opposé à ce qu’un gouvernement convoque un Conseil des ministres en plein période de vacance présidentielle, il avait suggéré que les 24 ministres signent les projets de décret sans passer par cette instance, mais l’option a été ignorée par le Premier ministre. Il reste que les avances, qui avaient été définies à l’issue de discussions entamées l’année dernière sur l’application d’un plan d’urgence amendé pour soutenir le secteur de l’électricité, ont été approuvées par l’exécutif.

Quatre avances

Signe des tensions ambiantes, il a fallu attendre la publication des décisions du Conseil en fin de journée pour avoir une vision claire de ce qui avait été approuvé. Selon notre correspondante à Baabda Hoda Chedid, toutes les décisions devront être signées par Nagib Mikati, Walid Fayad et le ministre sortant des Finances Youssef Khalil (les documents reçus sont paraphés par le secrétaire général du Conseil des ministres, Mahmoud Makki).

Lire aussi

Mikati remporte une nouvelle manche contre Bassil

Dans son point de presse, Nagib Mikati s’est contenté d’annoncer que deux avances sur les quatre avaient été approuvées et que les deux autres étaient restées en suspens.

Selon les décisions publiées, il ressort que le Conseil des ministres a validé avec effet immédiat :

• une première avance de 62 millions de dollars devant régler deux navires de gasoil arrivés en décembre dernier et transportant un total de 66 000 tonnes de gasoil, destiné aux centrales de Deir Ammar (Liban-Nord) et Zahrani (Liban-Sud).

• Une seconde avance de 54 millions de dollars pour régler les frais d’entretien des centrales du pays.

Le Conseil des ministres a aussi approuvé, mais cette fois sous réserve d’une validation a posteriori faite par une commission ministérielle spécialement formée pour l’occasion :

• une troisième avance de 42 millions de dollars pour payer deux autres navires également arrivés à destination avec plus de 60 000 tonnes de fuel grade A et grade B dans leurs cales, un chargement à destination des centrales de Jiyé (Chouf) et Zouk (Kesrouan). « La demande initiale précise était de 48 millions, mais elle a finalement été ajustée », a déclaré Walid Fayad à L’Orient-Le Jour.

• Une quatrième avance de 142 millions de dollars pour des livraisons de carburant pendant une période de quelques mois.

Douze ministres sur 24

Ces enveloppes, composant un montant global de plus de 300 millions de dollars, doivent servir à payer les besoins en carburant du fournisseur public sur une période de transition délimitée par le moment où la production en électricité va augmenter et celle où les nouveaux tarifs d’électricité seront appliqués. La majoration de ces tarifs figés depuis 1994 doit permettre à EDL de financer ses futurs achats de carburant. Le fournisseur d’électricité ne produit presque plus de courant depuis deux ans, faute de moyens dans le contexte de crise que traverse le pays.

La commission ministérielle, dont la formation a été décidée par le gouvernement pour suivre l’application du plan d’urgence amendé de l’électricité et des moyens qui lui sont alloués, est présidée par le Premier ministre. Elle doit rassembler le vice-Premier ministre, ainsi que les ministres de l’Énergie, des Finances, des Travaux publics, de la Défense, de l’Intérieur, de la Justice, de la Culture, du Tourisme, de l’Industrie, de l’Éducation et des Transports. La direction d’EDL doit envoyer des rapports sur ses dépenses, la collecte des factures et l’évolution de la production à cette commission qui, en somme, regroupe la moitié des membres du gouvernement (12 ministres sur 24).

« La commission ne doit pas perdre de temps pour valider l’enveloppe de 42 millions de dollars car chaque jour qui passe expose le Liban à des indemnités de retard », a souligné Walid Fayad, faisant état d’un montant de 40 000 dollars par jour pour ces chargements. Lundi, il avait déclaré en conférence de presse que le blocage des 4 navires au large du pays avait jusqu’à présent coûté environ un million de dollars de pénalités.

Lire aussi

La majoration des tarifs d’électricité dépend du déblocage d’une avance du Trésor

Nagib Mikati a, lui, assuré lors de son point de presse à l’issue de la réunion qu’il demanderait à Walid Fayad de s’occuper des négociations avec la société importatrice afin que le Liban ne paie pas de pénalités pour le retard de paiement. « Les 4 bateaux sont affrétés par la même société (Vitol Bahreïn EC), ce qui offre une certaine marge de négociation. Mais il faut d’abord mettre fin au blocage des navires », a souligné Walid Fayad.

Irak et Nahr el-Bared

L’autre dossier concernant l’électricité était la confirmation du renouvellement pour un an de l’accord de troc avec l’Irak qui avait été conclu en juillet 2021, et réitéré l’été dernier par les deux parties, pour fournir certaines quantités de carburant à EDL à des conditions aménagées. Via sa compagnie d’État SOMO, l’Irak s’était en effet engagé à livrer pendant un an 1 million de tonnes de fuel à haute teneur en soufre que le Liban pouvait échanger contre du carburant compatible proposé par des sociétés tierces, sélectionnées par voie d’appel d’offres. Les livraisons étaient mensuelles, mais les derniers chargements ont été fournis avec du retard pour diverses raisons. Les quantités ont varié selon les cours du brut qui ont beaucoup fluctué à la hausse en 2022.

Au cours de sa réunion, le Conseil des ministres a approuvé dans la foulée :

• la clôture de la première année d’exécution de l’accord qui s’est achevé en novembre 2022 et dont la facture totale pour le Liban a été majorée de 101 millions de dollars, lesquels s’ajoutent aux 438 millions initialement prévus. Ces montants ont été réservés dans un compte à la Banque du Liban et doivent servir à acheter des « services » en livres libanaises à un taux de change aligné sur la plateforme de change Sayrafa de la BDL.

• Le renouvellement de l’accord du 1er décembre 2022 jusqu’au 30 novembre 2023 pour une quantité de fuel irakien toujours fixée à 1 million de tonnes et avec une enveloppe de 438 millions de dollars, qui pourra être revue à la hausse en fonction de l’évolution des cours mondiaux du pétrole.

Le dernier point concerne la concession hydroélectrique de Nahr el-Bared (Liban-Nord) qui s’est achevée fin mai dernier et qui dispose d’une capacité de production de 15 mégawatts. Le Conseil des ministres a approuvé le transfert à EDL des équipements de cette concession.


Le gouvernement sortant du Premier ministre désigné Nagib Mikati, réuni en Conseil des ministres au Grand Sérail, a approuvé hier les quatre avances du Trésor demandées par Électricité du Liban pour financer ses achats de carburant et ses dépenses pour la maintenance de ses centrales. Ces demandes ont été remises aux membres du gouvernement en début de semaine par le ministre...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut