Rechercher
Rechercher

Campus - ORIENTATION

L’ESIB relance son master en pétrole et gaz

À l’École supérieure d’ingénieurs de Beyrouth, ce master a pour objectif de former une expertise locale et de favoriser l’emploi de cadres libanais dans les secteurs pétrolier et gazier.

L’ESIB relance son master en pétrole et gaz

Entre 2015 et 2020, 54 candidats ont reçu leur master pétrole et gaz, dont trois travaillent actuellement dans le secteur pétrolier au Qatar et deux autres en Arabie saoudite. Ci-dessus, photo souvenir à la remise des diplômes de la promotion de 2015. Photo Michel Sayegh

Au chapitre des formations professionalisantes, voilà une bonne nouvelle. L’École supérieure des ingénieurs de Beyrouth (ESIB) à l’Université Saint-Joseph (USJ) vient de reprendre les inscriptions à son master Oil & Gas. Lancé en 2013, en partenariat avec l’Institut français du pétrole (IFP School) et la société Total, lors de la découverte de potentiels gisements de pétrole et de gaz dans les fonds marins libanais, le programme a été, ces deux dernières années, mis en veilleuse en raison des écueils et complications politiques liés à ce dossier stratégique qui, selon Wassim Raphael, doyen de la faculté d’ingénierie, directeur de l’ESIB et responsable pédagogique du programme, se sont traduits par « un refroidissement » et une « démotivation » des candidats vis-à-vis du programme. « Aujourd’hui, étant donné le contexte régional et après l’accord sur la frontière maritime sud et le retour de TotalEnergies, il y a des chances que les choses bougent et se mettent en route, notamment dans les deux blocs 4 et 9 », précise-t-il. Wassim Raphael souligne l’importance de former des cadres en mesure de relever ce défi et d’accompagner toutes les actions en rapport avec l’exploitation de ce grand marché, compte tenu de toutes les ressources potentielles qu’il représente, des opportunités et des horizons qu’il ouvre aux jeunes Libanais. Entre 2015 et 2020, 54 candidats ont reçu leur diplôme et trois d’entre eux travaillent actuellement dans le secteur pétrolier au Qatar et deux autres en Arabie saoudite.

Un programme complet

Destiné donc à développer des compétences pour les futurs métiers de l’industrie pétrolière et gazière dans le pays, ce master se démarque, comme tient à le rappeler M. Raphael, par le fait qu’il englobe tous les aspects de la chaîne de cette industrie, allant de l’exploration offshore et passant par la production jusqu’au management, la vente et la commercialisation. « C’est vraiment un programme complet cosigné avec l’IFP School qui nous permettra de former des ressources humaines libanaises de qualité qui auront l’avantage de bénéficier d’un programme de formation de très haut niveau. Ce programme leur permettra de suivre l’ensemble du circuit des actions du downstream (raffinage du pétrole et distribution du gaz et des produits raffinés, NDLR) et de l’upstream (qui comprend les activités de recherche et de production, NDLR), et d’intégrer le marché du travail, d’assumer des tâches de responsabilité et d’intervenir à tous les niveaux de la chaîne et ce, dès la fin de leur cursus », ajoute-t-il. Dispensée entièrement en anglais, la formation professionnelle étalée sur trois semestres sera dispensée à moitié par de grands experts en provenance de l’IFP School mais aussi par des spécialistes locaux et régionaux. « En effet, puisqu’il s’agit d’une industrie naissante, il est très important d’avoir l’expertise de personnes dans ce secteur depuis des décennies et de tisser des partenariats avec des acteurs de ce domaine, qu’ils soient locaux, comme l’Autorité de l’énergie (la Lebanese Petroleum Energy ou LPA), ou régionaux et internationaux », remarque-t-il. Des intervenants de l’IFP School, du Liban ou par exemple du Qatar, viendront enseigner pendant 5 à 10 jours, encadrer les stages professionnels et assurer le suivi des projets de mémoire des apprenants. Par ailleurs, vu que l’industrie pétrolière et gazière se distingue par une diversité de métiers interagissant entre eux tout au long de la chaîne de l’exploration des ressources naturelles et de leur production et commercialisation, ce master s’adresse en priorité à des ingénieurs disposant d’une formation en ingénierie mécanique, chimique, pétrochimique ou encore civile. « Le seul prérequis est que le candidat postulant soit un ingénieur ou qu’il ait un diplôme jugé équivalent », assure le doyen de la faculté d’ingénierie. Pour en savoir plus, visiter le site https://usj.edu.lb/esib/diplome.php ? diplome=647#



Au chapitre des formations professionalisantes, voilà une bonne nouvelle. L’École supérieure des ingénieurs de Beyrouth (ESIB) à l’Université Saint-Joseph (USJ) vient de reprendre les inscriptions à son master Oil & Gas. Lancé en 2013, en partenariat avec l’Institut français du pétrole (IFP School) et la société Total, lors de la découverte de potentiels gisements de...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut