Rechercher
Rechercher

Économie - Disparition

Nabil Bukhalid, le Monsieur qui avait connecté le Liban à l'Internet, n’est plus

Certains évoquent un arrêt cardiaque, d’autres un AVC. Ce qui est sûr toutefois, c’est que l’onde de choc de cette triste nouvelle n’a pas fini de se répandre au sein de la communauté de l’Internet au Liban et à l’étranger. 

Nabil Bukhalid, le Monsieur qui avait connecté le Liban à l'Internet, n’est plus

Nabil Bukhalid, lors de son intronisation à l'Internet Hall of Fame à Los Angeles en 2017. Photo tirée du compte Twitter de l'Internet Society - Lebanon Chapter (ISOC Lebanon)

L’annonce est tombée mercredi, mais le flou règne quant aux circonstances entourant le décès soudain mardi de Nabil Bukhalid, 65 ans, alors qu’il était en vacances à Londres. Certains évoquent un arrêt cardiaque, d’autres un AVC. Ce qui est sûr toutefois, c’est que l’onde de choc de cette triste nouvelle n’a pas fini de se répandre au sein de la communauté de l’Internet au Liban et à l’étranger. Car cet ancien ingénieur biomédical, qui essayait à la fin des années 80 de connecter l’Université américaine de Beyrouth, isolée en raison de la guerre civile, à ses pairs académiques à travers le monde, fut celui qui avait amené l'Internet au Liban dans les années d’après-guerre et qui, dernièrement, a sauvé le nom de domaine national « .lb » de la crise économique et financière du pays.

« C’est l’avenir du Liban qui est en jeu »

« Et s’il lui arrivait quelque chose ? », nous confiait d’ailleurs en septembre 2021 Najib Corban, alors chef des services informatiques au bureau du ministre d’État pour la réforme administrative (OMSAR). Une question rhétorique qui sonne désormais comme une funeste réalité, tandis que la ministre sortante Najla Riachi confiait cette semaine à L’Orient-Le Jour qu'elle tirait  la « sonnette d’alarme » auprès de ses homologues au gouvernement et autres responsables libanais. Car à la question de savoir qui prendra la relève pour le maintien et le financement des serveurs postés à l’étranger et hébergeant les noms des domaines (DNS) libanais, la ministre a reconnu qu'il n'y a pas de solution immédiate. « C’est l’avenir du Liban qui est en jeu », a-t-elle cependant souligné.

Pour mémoire

Domaines « .lb » : comment l’internet libanais a failli disparaître de la Toile

« Dans un pays normal, j’aurais eu des réponses à vous donner, mais ici les institutions sont bloquées, le pays est bloqué », s'est-elle désolée, alors que le Liban est sans président depuis novembre et sans gouvernement de plein exercice depuis mai dernier. Se disant secouée par ce décès inopiné, Najla Riachi a tenu à rendre hommage à l’homme qu’était Nabil Bukhalid : « Un grand monsieur. Un gentleman patriote. Un expert au grand cœur », qui l’avait récemment rassurée sur la continuité de sa collaboration pro bono avec ce ministère. « Si vous avez besoin de quoi que ce soit, je suis là », lui avait-il récemment dit, se rappelle-t-elle. Un autre proche collaborateur, souhaitant rester anonyme, parle lui de « génie ».

Car pour bien comprendre l’impact sur la Toile libanaise que le décès de Nabil Bukhalid pourrait avoir, il faut remonter a minima à l’année 2020 quand le soixantenaire avait donc sauvé in extremis le réseau national du joug de la crise, et a maxima aux trois décennies précédentes au cours desquelles s’est établie et systématisée l’incurie des autorités libanaises successives. Cela malgré les innombrables tentatives de Nabil Bukhalid et ses collaborateurs de leur faire entendre raison, notamment pour la mise en place d’une « autorité nationale » chapeautant la gestion des noms de domaine Internet « .lb ». Si la loi n° 81 portant sur les transactions électroniques et la protection des données personnelles et instituant cette autorité a bien été votée en 2018, certaines de ses dispositions demeurent à ce jour inopérantes.

Fondateur, sauveur et créancier donc du réseau national, Nabil Bukhalid a néanmoins réussi ces deux dernières années à sauvegarder les DNS « .lb », finalisant leur migration sur un cloud (technique d’externalisation de services informatiques sur des serveurs distants) à l’étranger. En août 2021, Nabil Bukhalid expliquait à L’Orient-Le Jour que son seul but était de « sauver le registre des domaines .lb sans créer d’interruptions sur la Toile », fermant les yeux sur les quelques dizaines de milliers de dollars qu’il avait déjà piochés de ses propres deniers pour ce faire. Mission certes accomplie, mais ce « one man show n’est ni fiable ni durable », soulignait encore Najib Corban. Et il avait raison. L'« Abou Internet », comme beaucoup le surnomment au Liban, s’en est allé, laissant derrière lui son épouse et ses trois enfants, mais aussi un Liban de nouveau en perdition et qu'il tentait à tout prix de maintenir connecté.


L’annonce est tombée mercredi, mais le flou règne quant aux circonstances entourant le décès soudain mardi de Nabil Bukhalid, 65 ans, alors qu’il était en vacances à Londres. Certains évoquent un arrêt cardiaque, d’autres un AVC. Ce qui est sûr toutefois, c’est que l’onde de choc de cette triste nouvelle n’a pas fini de se répandre au sein de la communauté de l’Internet...
commentaires (11)

C’est toujours l’initiative privée qui sauvegarde ce pauvre pays. Avec des dirigeants nuls et incapables, dont l’utilité est inversement proportionnelle à leur prétention. Que Dieu ait l’âme de ce Gentleman ??

Joumana Khalife

14 h 57, le 07 janvier 2023

Tous les commentaires

Commentaires (11)

  • C’est toujours l’initiative privée qui sauvegarde ce pauvre pays. Avec des dirigeants nuls et incapables, dont l’utilité est inversement proportionnelle à leur prétention. Que Dieu ait l’âme de ce Gentleman ??

    Joumana Khalife

    14 h 57, le 07 janvier 2023

  • C’est un super-héros victime des necrophagesacrchés Au pouvoir depuis 30 ans

    ABIAD Samir

    14 h 40, le 07 janvier 2023

  • Ce super heroest une autre grande victime de la bande des criminels necrophages

    ABIAD Samir

    14 h 36, le 07 janvier 2023

  • Ce super hero a été littéralement massacré par l’énorme bande de bandits mafieux qui ont accaparé lepouvoir depuis continuent l’entreprise

    ABIAD Samir

    14 h 32, le 07 janvier 2023

  • Entre-temps internet au Liban reste aussi mauvais que depuis qu’il a commencé… Telecom totalement primitif

    SERHAL M.

    06 h 57, le 07 janvier 2023

  • Une belle personne qui rayonne de confiance, d'humour et de gentillesse. Une perte énorme pour le Liban et le monde de la technologie libanaise.

    Ma Realite

    06 h 39, le 07 janvier 2023

  • Eh bé…. Le liban n’est pas dans la m…erde… bye bye les communications entre les familles et leurs enfants qui sont à l’étranger ( via what’s up). Et dire que le gouvernement voulait faire payer WHATS UP en 2019 alors que l’internet libanais n’était même pas organisé et structuré. Ceci dit. Merci à ce Monsieur pour sa passion pour le net. Merci à ce soldat inconnu et Paix à son âme. C’est un des héros du Liban.

    LE FRANCOPHONE

    04 h 27, le 07 janvier 2023

  • RIP Nabil! Ami de mon enfance! Un gentleman revu à Paris début des années 2000!

    Scoubidou 1et2

    23 h 03, le 06 janvier 2023

  • Sincère condoléances à la famille de M. Nabil Bukhalid. C'est les citoyens comme lui qui sauvegardent le Liban.

    Sarkis Dina

    22 h 56, le 06 janvier 2023

  • Les grands de ce pays partent en silence, tandis que les fainéants et les médiocres persistent.

    Esber

    21 h 54, le 06 janvier 2023

  • RIP in the cloud…

    Gros Gnon

    21 h 52, le 06 janvier 2023

Retour en haut