Rechercher
Rechercher

Politique - Bkerké

Raï demande une enquête transparente sur le drame de Aaqibiyé

Le prélat a estimé, lors de son homélie hier, qu’il faut mettre fin « à cette série de réunions farfelues au Parlement » et élire un président de la République.

Raï demande une enquête  transparente sur le drame de Aaqibiyé

Le patriarche maronite Béchara Raï prononçant son homélie hier à Bkerké. Photo envoyée par notre correspondante Hoda Chedid

Le patriarche maronite Béchara Raï a réagi hier au grave incident entre des « habitants » et la Finul à Aaqibiyé (Sud), mercredi soir, dans lequel a été tué un Casque bleu irlandais. Le prélat a demandé une enquête libanaise et internationale transparente « qui révèle la vérité et administre la justice », présentant ses condoléances à la famille du « soldat irlandais, venu au Liban pour protéger la paix du Sud, et qui est mort en martyr, atteint par une balle de haine qui l’a assassiné ».

Le militaire irlandais, membre de la Force intérimaire des Nations Unies au Liban (Finul), a été tué après qu’un convoi de deux véhicules utilitaires blindés, en route vers Beyrouth, transportant huit personnes a essuyé des « tirs d’armes légères », selon les Forces de défense irlandaises. Des enquêtes libanaise, irlandaise et des Nations Unies sont en cours pour déterminer les circonstances de cette attaque.

Lire aussi

Drame de Aaqibiyé : des questions encore sans réponse

Mgr Raï, au cours de son homélie hier à Bkerké, a estimé que le temps était venu pour l’État « de saisir toutes les armes illégales et illicites, et d’appliquer pleinement la résolution 1701 », dans une critique évidente de l’arsenal du Hezbollah. La résolution de l’ONU en question avait mis un terme à la guerre de 2006 entre Israël et ce parti.

Le Hezbollah, qui avait automatiquement nié toute implication dans l’incident de Aaqibiyé dès jeudi, s’est exprimé hier sur la question par le biais d’un membre de son conseil central, le cheikh Nabil Kaouk. Celui-ci a noté qu’il existe une relation de « coopération et de coordination entre le Hezbollah et la Finul, une relation stable et continue, car le Hezbollah respecte la résolution 1701 » du Conseil de sécurité de l’ONU. Il a démenti une nouvelle fois que le Hezbollah ait joué un rôle dans le meurtre du soldat irlandais.

Un président « qui ne trahit pas »
Par ailleurs, le patriarche maronite a abordé une nouvelle fois hier la question de la vacance présidentielle, au lendemain d’une dixième séance de vote au Parlement, dimanche, qui n’a pas abouti. Le peuple libanais veut un président qui « ne le trahit pas, ne prend pas parti pour les axes dans la région, et protège le dos et la poitrine du Liban », a dit le prélat. « Les Libanais veulent un président qui travaille avec un nouveau cabinet, efficace et unifié, afin que la vie normale reprenne dans les institutions et les administrations de l’État », a-t-il dit.

Lire aussi

Les ministres-magistrats perpétuent la querelle politico-confessionnelle

S’adressant aux députés à ce sujet, Mgr Raï leur a lancé : « Le peuple vous a choisis pour élire un président, pas pour créer un vide présidentiel. » Il a appelé à l’arrêt de « cette série de réunions farfelues au Parlement qui, à la fois, rabaissent la dignité de la présidence de la République, et permettent de profiter du vide à des fins politiques et sectaires, sans compter le démantèlement de l’État et de ses institutions. »

« Tout ce qui se passe aux niveaux présidentiel, gouvernemental, parlementaire et militaire dans le Sud et aux frontières ainsi que l’érosion de l’État confirment la nécessité de renouveler notre appel à une neutralité active et positive, et à la convocation d’une conférence internationale sur le Liban censée aborder les questions qui restaurent son privilège et son identité », a-t-il dit. La tenue de telles assises est une revendication récurrente du patriarche.

Abordant également la question présidentielle, le cheikh Kaouk a appelé à un « consensus interne pour résoudre la crise de l’élection du président de la République » et à « ne pas parier sur une médiation étrangère ».

Le patriarche maronite Béchara Raï a réagi hier au grave incident entre des « habitants » et la Finul à Aaqibiyé (Sud), mercredi soir, dans lequel a été tué un Casque bleu irlandais. Le prélat a demandé une enquête libanaise et internationale transparente « qui révèle la vérité et administre la justice », présentant ses condoléances à la famille du...

commentaires (12)

Si la présence de la Finul au Liban sud, sans laquelle pourtant il n'y aurait plus de Liban indépendant, pose problème à certains, pourquoi ne pas revenir au régime d'un mandat sur le Liban ? Ce serait le seul moyen de sauvegarder le Liban dans toutes ses composantes et sur tout le territoire national.

Un Libanais

18 h 41, le 19 décembre 2022

Tous les commentaires

Commentaires (12)

  • Si la présence de la Finul au Liban sud, sans laquelle pourtant il n'y aurait plus de Liban indépendant, pose problème à certains, pourquoi ne pas revenir au régime d'un mandat sur le Liban ? Ce serait le seul moyen de sauvegarder le Liban dans toutes ses composantes et sur tout le territoire national.

    Un Libanais

    18 h 41, le 19 décembre 2022

  • Ils ont affamé le peuple pour pouvoir bénéficier de ses voix contre quelques billets pour acheter du pain et survivre. Bravo. Et ils ont le culot de parler d’élections et démocratie. No mais quels toupets ils font tous.

    Sissi zayyat

    18 h 01, le 19 décembre 2022

  • LA LIBRE EXPRESSION REFUSE LA CENSURE.

    MON CLAIR MOT A GEAGEA CENSURE

    15 h 39, le 19 décembre 2022

  • Oui. Un peu comme l’enquête transparente de l’explosion du port, et celle des finances publiques…. hahahahahaha

    LeRougeEtLeNoir

    11 h 47, le 19 décembre 2022

  • C'est ce qu'il nous faut...les sempiternelles déclarations-bonne action du dimanche qui donnent bonne conscience à leur auteur...qui, lui, vit dans le confort et la paix ! - Irène Saïd

    Irene Said

    09 h 49, le 19 décembre 2022

  • Un plaidoyer clair et patriote. Le discours de Raï dit tout. Le peuple libanais veut un président qui « ne le trahit pas, ne prend pas parti pour les axes dans la région, et protège le dos et la poitrine du Liban ». C’est notre unique moyen de sortie de l’enfer òu nous ont mis nos gouvernants corrompus, lâches et indignes

    Goraieb Nada

    08 h 14, le 19 décembre 2022

  • Selon le Hezbollah, "Le peuple libanais veut un président qui ne le trahit pas". Il a raison car on ne peut "trahir" que ses amis. Nous voulons un président qui ne soit pas ami avec une milice illégale et, de surcroit, armée, financée et commandée par un pays étranger

    Yves Prevost

    07 h 01, le 19 décembre 2022

  • Consensus interne veut dire pour le Hezb président à son solde.

    Jacques d

    02 h 08, le 19 décembre 2022

  • Mais bien sûr, illico ! Mais à qui demande-t-il cela précisément ?

    Wow

    01 h 34, le 19 décembre 2022

  • TOUT LE MONDE CONNAIT LE RÉSULTAT D'UNE ENQUÊTE ET APRÈS FAIRE QUOI ? C'EST MIKATI QUI VA ENTRER PERSONNELLEMENT SUR PLACE CHEZ SON AMI BERRY POUR LES RATTRAPER ? CONTINUER DE PLEURER C'EST TOUT CE QUE VOUS POUVEZ FAIRE.

    Gebran Eid

    01 h 15, le 19 décembre 2022

  • Quelle honte la finul qui protège le Liban….

    Eleni Caridopoulou

    00 h 39, le 19 décembre 2022

  • "le peuple vous a envoyés au Parlement pour élire un président, pas pour créer un vide présidentiel." Le peuple aurait mieux fait de ne pas élire les mêmes incapables au lieu de pleurnicher que rien ne change !

    george winterfell

    00 h 10, le 19 décembre 2022

Retour en haut