Rechercher
Rechercher

Politique - Décryptage

Le CPL convaincu de faire face à une campagne visant à l’exclure et l’isoler

Les « médiateurs » avaient cru avoir trouvé un compromis acceptable entre la décision du président du Conseil démissionnaire Nagib Mikati de convoquer une réunion du gouvernement et le refus catégorique du Courant patriotique libre et de son chef, Gebran Bassil, de cette décision, considérée comme une atteinte aux prérogatives du chef de l’État. L’idée (des médiateurs) était donc d’assurer le quorum nécessaire de 16 ministres pour la tenue de la séance, mais sans remettre en cause le bloc du Liban fort. C’est ainsi que le seizième ministre a été Georges Bouchikian qui a choisi de ne pas respecter la décision du parti Tachnag (allié du CPL et relevant du bloc du Liban fort) et de participer à la réunion du gouvernement, en assumant toutefois seul la responsabilité de son choix, épargnant ainsi son parti.

L'éditorial de Issa Goraïeb

Sévices d’urgences

En effet, les forces qui voulaient éviter un clash politique (notamment le Hezbollah) étaient tiraillées entre la volonté d’assurer la tenue de cette séance à la demande pressante de Mikati pour pouvoir traiter certains dossiers délicats et le désir de ménager le CPL très soucieux des prérogatives présidentielles. Il faut préciser que la réunion du Conseil était devenue indispensable après le refus du ministre des Finances d’assurer le financement de certains soins médicaux. En effet, en dépit des pressions des hôpitaux, le ministre Youssef Khalil n’a pas accepté d’assumer seul la responsabilité d’assurer les fonds nécessaires, réclamant une réunion du Conseil des ministres pour que la décision soit collective.

C’est donc principalement à cause de cette situation pressante que le président du Conseil démissionnaire a décidé de convoquer une réunion de son gouvernement, revenant ainsi sur la promesse faite devant le Parlement lors de la séance plénière chargée d’étudier la lettre de l’ancien président de la République, Michel Aoun, sur la définition de la gestion des affaires courantes dans le sens strict. Toutefois cette argumentation n’a pas convaincu Gebran Bassil d’autant que Nagib Mikati avait commencé par proposer un ordre du jour de la réunion comportant près de 200 points. Pour le chef du CPL, si Mikati voulait réellement respecter le principe de la gestion minimale des affaires courantes, il aurait dû soumettre l’idée du financement des hôpitaux aux ministres dans le cadre d’une réunion informelle avant de décider de la tenue d’un Conseil des ministres consacré à ce point et à quelques autres tout aussi pressants. Certes, en fin de compte, l’ordre du jour de la réunion a été allégé, mais cela n’a été fait que la veille de sa tenue. Pour le CPL, le message était donc clair et il a été capté : ce qu’il appelle « le système » en place depuis Taëf veut prendre sa revanche sur le mandat de Michel Aoun et reprendre les rênes du pouvoir au Liban comme il l’a fait depuis les années 90. Pour le CPL, au-delà des tiraillements sur les prérogatives du chef de l’État et sur celles du gouvernement chargé d’expédier les affaires courantes, il s’agit donc d’une bataille existentielle qui ressemble à celle qu’il avait menée en 2005, lorsque toutes les forces politiques en place s’étaient liguées contre lui pour les élections législatives à travers la conclusion de ce qu’on a appelé à l’époque « l’accord quadripartite » (Amal, le Hezbollah, le Parti socialiste progressiste de Walid Joumblatt et le courant du Futur de Saad Hariri, auxquels s’étaient jointes les Forces libanaises de Samir Geagea dont le député Edmond Naïm avait été élu sur la liste commune avec le tandem chiite).

Lire aussi

Mikati unit les chrétiens... l’espace d’un Conseil des ministres ?

Selon des sources proches de cette formation, le CPL serait donc convaincu que les forces politiques précitées veulent l’éliminer du paysage politique, ou en tout cas réduire au minimum son influence. Ces mêmes sources reviennent sur les négociations pour la formation du gouvernement au cours des derniers mois, jusqu’à l’expiration du mandat de Michel Aoun. Pour elles, le véritable obstacle c’était la volonté du président du Conseil, et avec lui celle du président de la Chambre, Nabih Berry, de ne pas accorder au CPL et au camp présidentiel le poids qu’ils avaient au sein du gouvernement démissionnaire. Tous les prétextes ont été donc utilisés pour qu’un nouveau gouvernement ne soit pas formé. On a tantôt parlé du tiers de blocage, puis du choix des ministres chrétiens, Mikati voulant y avoir son mot à dire alors qu’il n’est pas intervenu dans le choix des ministres chiites. Chaque fois qu’un pas était franchi, un nouvel obstacle surgissait pour entraver la naissance d’un nouveau gouvernement. Pour les sources proches du CPL, Mikati était visiblement convaincu qu’une fois le président Aoun parti, il aura plus d’autorité sur les ministres même ceux qui ont été choisis par le CPL. D’ailleurs, toujours pour les mêmes sources, c’est la raison pour laquelle, même après la publication du communiqué des 9 ministres qui devaient boycotter la réunion du gouvernement, le président du Conseil n’a jamais douté de la tenue de cette réunion avec le quorum requis.

Lire aussi

Présidentielle : Bassil menace de ne plus voter blanc

Selon ces milieux, le CPL est convaincu qu’il est la cible d’une véritable campagne visant à ramener la présidence à ce qu’elle était sous les mandats précédents, sans grande influence sur le cours des événements et surtout sur la prise des décisions. Pour les sources précitées, au cours des six ans de son mandat, Michel Aoun a été un obstacle pour les autres formations, réussissant même à avoir sa marque dans l’accord avec Israël pour l’exploitation des ressources pétrolières et gazières qui, de l’avis du Hezbollah, est une réalisation historique. Il fallait donc empêcher le parti fondé par Michel Aoun de profiter de cette dynamique et accélérer son isolement sur la scène politique, pour neutraliser sa force et son influence. Pour les sources proches du CPL, la réunion du gouvernement aurait donc pu être gérée différemment, sans volonté de défier son parti malgré le poids qu’il représente, si les intentions étaient bonnes. Mais face à la volonté de l’exclure, le CPL n’a d’autre choix que de faire front... avec ou sans son allié, le Hezbollah.

Lire aussi

Présidentielle : la croisière sans fin de Gebran Bassil


Les « médiateurs » avaient cru avoir trouvé un compromis acceptable entre la décision du président du Conseil démissionnaire Nagib Mikati de convoquer une réunion du gouvernement et le refus catégorique du Courant patriotique libre et de son chef, Gebran Bassil, de cette décision, considérée comme une atteinte aux prérogatives du chef de l’État. L’idée (des...

commentaires (9)

Bah!

Christine KHALIL

22 h 53, le 08 décembre 2022

Tous les commentaires

Commentaires (9)

  • Bah!

    Christine KHALIL

    22 h 53, le 08 décembre 2022

  • Aujourd'hui le PM Mikati incarne l'Etat et il est du devoir de chacun de collaborer avec lui dans l'intérêt suprême du pays.

    Céleste

    09 h 49, le 08 décembre 2022

  • Désinformez, desinformez mais personne ne croit plus a l’encenceuse qui a reçu une médaille pour services rendus au Partis !

    hawath nathalie

    09 h 18, le 08 décembre 2022

  • Quel dommage pour le papier et l’encre gaspillés pour publier de telles inepties. Être francophone c’est aussi se soucier de l’environnement.

    Liberté de penser et d’écrire

    19 h 51, le 07 décembre 2022

  • Le CPL est dans une mauvaise posture. Il a trahi le mouvement du 14 Mars, soutenu toutes les irrégularités commises contre les lois et la constitution par ses alliés, qui de plus "ne l'ont pas laissé travailler", mais dont il a tiré profit pendant les 5 dernières années, il a trahi les accords de Meerab et le peuple en révolte depuis le 19 Octobre 2019. Il a perdu toute crédibilité en prétendant se soucier des prérogatives du chef de l’état. S'il s'en souciait vraiment, même s'il n'a aucune chance de gagner ces élections, il aurait du assurer le quorum des la première session et nous aurions eu un Président il y a 8 semaines avec potentiellement un nouveau gouvernement. Sa position n'est que de la poudre aux yeux parce qu'il n'a aucune chance de se faire élire et il essaye encore de faire pression pour sa candidature. S'il restait au CPL une infime fibre de dignité en lui, sans menaces et sans bruits, il se présente au parlement, assure le quorum et fait voter un Président même au risque de voir Mouawad y arriver. Le faire de cette manière tonitruante prouve que GB essaye encore de monnayer sa position, notre vote contre ma candidature. J’espère que cela ne passera pas.

    Pierre Christo Hadjigeorgiou

    10 h 59, le 07 décembre 2022

  • et ils n'ont pas fait de meme. Pourquoi ils s'attendent a un autre resultat?

    Estefan Nabil

    10 h 49, le 07 décembre 2022

  • HA ! HA ! HA ! L,ENCENSEUSE DE LA DESINFORMATION AU SECOURS...

    LA LIBRE EXPRESSION

    10 h 41, le 07 décembre 2022

  • LE RIDICULE NE TUE PAS…. « Comprenne qui voudra » , auteur inclus. Bonne journée.

    radiosatellite.co

    10 h 11, le 07 décembre 2022

  • Les prérogatives présidentielles c’est Aoun et Bassil qui les ont traînées dans la boue lorsqu’avec le hezbollah ils ont bloqué les élections durant deux ans et demi. C’était moi ou personne. Alors pleurnicher aujourd’hui sur la fonction présidentielle devient ridicule. Personne ne croit plus ces politiciens minables. Grâce à qui le tandem chiite décide de tout ?!

    Goraieb Nada

    09 h 02, le 07 décembre 2022

Retour en haut