Rechercher
Rechercher

Société

Mouttahidoun : la PJ inspecte le site du futur abattoir de Tripoli

Mouttahidoun : la PJ inspecte le site du futur abattoir de Tripoli

Le site du futur abattoir de Tripoli, actuellement en suspens et faisant l’objet d’une enquête. Photo ANI/Moutahidoun

L’affaire du projet de construction d’un abattoir dans un terrain à proximité d’une grande décharge dans la ville de Tripoli, chef-lieu du Nord, continue de faire des vagues. Hier, le groupe d’avocats Mouttahidoun a assuré que conformément aux directives de l’avocat général chargé des affaires d’environnement au Liban-Nord, Ghassan Bassil, « la police judiciaire à Tripoli a inspecté aujourd’hui (hier) le site où doit être édifié cet abattoir ». « Le juge Bassil avait, auparavant, envoyé deux lettres à ce sujet aux autorités compétentes : la première au ministère de la Santé en vue de s’informer sur les conséquences sanitaires de l’installation d’un abattoir à proximité de l’une des décharges les plus grandes du Liban, haute de 45 mètres, et la dseconde au ministère de l’Environnement, en vue de clarifier l’impact environnemental et les répercussions sur la sécurité publique », poursuit le communiqué de l’association.

Le site dont parle le communiqué est l’ancienne décharge de Tripoli, fermée sans traitement, sachant qu’une autre décharge a vu le jour en 2018 à proximité, faisant partie d’un plan de traitement des déchets qui est critiqué pour être inefficace. En novembre dernier, le ministre sortant de l’Environnement, Nasser Yassine, avait visité la ville et abordé le sujet des déchets, estimant que cette nouvelle décharge « fonctionne suivant un cahier des charges insuffisant et qui n’a pas été appliqué de manière adéquate ». Il avait inspecté également l’endroit où devrait être construit l’abattoir et estimé que ce projet, qui était déjà en suspens alors qu’il devait être exécuté par le Conseil du développement et de la reconstruction (CDR), représentait un risque pour la santé et la sécurité publiques. « Nous cherchons sérieusement une alternative à cette localisation de l’abattoir », avait déclaré M. Yassine à L’Orient-Le Jour.


L’affaire du projet de construction d’un abattoir dans un terrain à proximité d’une grande décharge dans la ville de Tripoli, chef-lieu du Nord, continue de faire des vagues. Hier, le groupe d’avocats Mouttahidoun a assuré que conformément aux directives de l’avocat général chargé des affaires d’environnement au Liban-Nord, Ghassan Bassil, « la police judiciaire à...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut