Rechercher
Rechercher

Politique - Liban

Mikati convoque le Conseil des ministres pour lundi prochain

Le CPL dénonce un irrespect de la Constitution et "une campagne politique programmée" par le chef du gouvernement.

Mikati convoque le Conseil des ministres pour lundi prochain

Le Premier ministre libanais sortant Nagib Mikati, le 28 décembre 2021. Photo d'archives Dalati et Nohra

Lundi prochain, 11 heures. C'est le rendez-vous qu'a donné Nagib Mikati aux ministres de son gouvernement sortant, qu'il a convoqués à une réunion du Conseil des ministres. Par cette annonce faite vendredi, le Premier ministre sortant donne suite aux propos qu'il avait tenus dimanche à la télévision : "La Constitution m'autorise à convoquer le Conseil des ministres, et je le ferai", avait-il promis, alors que ses détracteurs lui reprochent de vouloir assumer les prérogatives de la présidence de la République, magistrature suprême qui n'est plus occupée au Liban depuis un mois. 

Dans la foulée de cette annonce, l'ordre du jour de ce Conseil a été publié par le secrétariat du Premier ministre. Y figurent 65 points, parmi lesquels une demande de validation d'une requête de la Banque du Liban pour le versement de 35 millions de dollars sur trois mois, afin de couvrir l'achat de médicaments et denrées de première nécessité. On trouve également des aides à l'armée ou encore des demandes de financement pour la réhabilitation des bâtiments vétustes à Tripoli.

Éclairage

Après le départ de Aoun, Mikati a le vent en poupe

Contacté par L'Orient-Le Jour, Nagib Mikati précise qu'un quorum des deux-tiers des ministres est nécessaire pour la tenue du Conseil. Les dossiers abordés ne seront pas cruciaux et ne requièrent que la moitié des voix des participants pour être approuvés. Selon certains constitutionnalistes, cette initiative de M. Mikati est contraire à la Loi fondamentale, surtout en l'absence d'un chef de l'État. 

"Décrets anticonstitutionnels, décisions illégales"

Quelques temps après cette annonce, le Courant patriotique libre (CPL, aouniste) a dénoncé la décision de M. Mikati, affirmant que celui-ci "s'abstient délibérément de respecter les prérogatives du gouvernement dans le cadre de ses compétences décrites par la Constitution". Dans un communiqué, le CPL estime que le Premier ministre sortant "émet des décrets anticonstitutionnels et prend des décisions illégales au nom de compétences qu'il ne possède pas".

Pour mémoire

Mikati réitère son soutien à Frangié : Il pourrait constituer un "duo gagnant" avec Berry

Au vu de l'opposition connue entre M. Mikati et le parti aouniste, certains observateurs estiment que les ministres du gouvernement proches de l'ancien chef de l’État boycotteront naturellement la réunion. Dans son communiqué, le CPL dénonce "une campagne politique programmée qui nécessite la réunion du Conseil des ministres en violation de la Constitution, et sous prétexte de garantir des financements de première nécessité". Le parti orange ajoute que "les ministres et le Parlement sont investis dans leur tâche en cette période, jusqu'à ce qu'un président de la République soit élu et qu'un nouveau gouvernement soit formé". Depuis le 1er novembre dernier, le Liban est entré dans une vacance politique totale de l'Exécutif : sans président et avec un gouvernement démissionnaire.

Alors que Michel Aoun a quitté ses fonctions le 31 octobre dernier, aucun successeur ne lui a été trouvé. Réunis huit fois en séance électorale, les députés ont systématiquement échoué à élire un nouveau président. Dans ce contexte de vacance politique, les détracteurs de M. Mikati lui reprochent de vouloir prendre la place du président de la République et assumer ses prérogatives, alors que son gouvernement est démissionnaire et chargé seulement d'expédier les affaires courantes depuis mai dernier.

M. Mikati avait souligné dimanche que "c'est le Conseil des ministres qui occupe aujourd'hui la place du président, pas Nagib Mikati". "Avec tout mon respect pour M. Aoun, je pense que des mains extérieures à sa volonté bloquent la formation d'un gouvernement", avait-t-il lancé, soulignant que tous les propos tenus lors de ses réunions avec l'ex-chef de l'État autour de la mise sur pied du cabinet parvenaient au "président de l'ombre" via des "microphones" dissimulés. Cette expression faisait référence à Gebran Bassil, gendre de Michel Aoun et chef du CPL.


Lundi prochain, 11 heures. C'est le rendez-vous qu'a donné Nagib Mikati aux ministres de son gouvernement sortant, qu'il a convoqués à une réunion du Conseil des ministres. Par cette annonce faite vendredi, le Premier ministre sortant donne suite aux propos qu'il avait tenus dimanche à la télévision : "La Constitution m'autorise à convoquer le Conseil des ministres, et je le ferai",...

commentaires (3)

En cas de vacance presidentielle, le conseil des ministres a pour mission d'assurer l'election d'un president de la republique. De plus, ce ministere est demissionnaire. Il suit uniquement les affaires courantes (ex. Payer les fonctionnaires) mais ne peut en aucun cas prendre des decisions. Au lieu de convoquer le conseil des ministres pour des raisons fallacieuses de basse politique, les canailles mafieuses du conseil des ministres, premier (corrompu) en tete, feraient mieux de se mettre enfin au seul travail qui leur est assigne, assurer l'election presidentielle. C'est valable pour toutes les parties qui en sont membres : Mikati, CPL, Hezb, Amal, pro-Frangieh, Tachnag etc.... Pas un seul pour racheter les autres. Kellon ya3ne kellon.

Michel Trad

22 h 18, le 02 décembre 2022

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • En cas de vacance presidentielle, le conseil des ministres a pour mission d'assurer l'election d'un president de la republique. De plus, ce ministere est demissionnaire. Il suit uniquement les affaires courantes (ex. Payer les fonctionnaires) mais ne peut en aucun cas prendre des decisions. Au lieu de convoquer le conseil des ministres pour des raisons fallacieuses de basse politique, les canailles mafieuses du conseil des ministres, premier (corrompu) en tete, feraient mieux de se mettre enfin au seul travail qui leur est assigne, assurer l'election presidentielle. C'est valable pour toutes les parties qui en sont membres : Mikati, CPL, Hezb, Amal, pro-Frangieh, Tachnag etc.... Pas un seul pour racheter les autres. Kellon ya3ne kellon.

    Michel Trad

    22 h 18, le 02 décembre 2022

  • Il n'y aura pas de séance du gouvernement

    Esber

    22 h 16, le 02 décembre 2022

  • The FPM is more worried about an alleged breach of the constitution than about Lebanese cancer patients unable to access to their medications. Meanwhile, the FPM caucus in Parliament has voted on 2022 budget that has resulted in a massive increase of taxes. It is clear that the FPM doesn’t care about the well-being of the Lebanese people.

    Mireille Kang

    18 h 29, le 02 décembre 2022

Retour en haut