Rechercher
Rechercher

Monde - Argentine

Poursuivie pour corruption, Cristina Kirchner compare la cour à un « peloton d’exécution »

La vice-présidente argentine Cristina Kirchner, poursuivie pour corruption présumée, a accusé mardi la cour qui la juge d’être « un véritable peloton d’exécution » alors qu’elle bénéficiait d’une ultime prise de parole avant la décision des juges attendue dans les prochains jours. « Plus qu’une cour de justice, cette cour était un véritable peloton d’exécution qui a commencé avec l’incroyable tirade des procureurs Diego Luciani et Sergio Mola, qui se sont évertués à m’insulter et à me calomnier », a lancé Mme Kirchner, poursuivie pour fraude et corruption présumée dans son fief de la province de Santa Cruz, en Patagonie, durant ses deux mandats présidentiels, entre 2007 et 2015. Comme elle l’a déjà répété par le passé, la vice-présidente a accusé les procureurs d’avoir « inventé et déformé » les faits et a assuré qu’« il a été démontré qu’ils étaient faux, qu’ils n’avaient même pas existé ». « Ils m’ont calomniée, menti et dénigrée, moi et notre gouvernement », a-t-elle insisté, estimant que ce procès poursuit « un objectif disciplinaire » contre son « espace politique », le péronisme de centre gauche. Lors des réquisitions en août, réclamant 12 ans de prison ainsi qu’une inéligibilité à vie, le procureur Diego Luciani avait « dénoncé un authentique système de corruption institutionnel », « probablement la plus grande opération de corruption qu’ait connue le pays ».


La vice-présidente argentine Cristina Kirchner, poursuivie pour corruption présumée, a accusé mardi la cour qui la juge d’être « un véritable peloton d’exécution » alors qu’elle bénéficiait d’une ultime prise de parole avant la décision des juges attendue dans les prochains jours. « Plus qu’une cour de justice, cette cour était un véritable peloton...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut