Rechercher
Rechercher

Économie - Crise

La Haute Autorité bancaire libanaise aurait décidé de redresser trois petites banques

La Haute Autorité bancaire libanaise aurait décidé de redresser trois petites banques

Une vue de la Banque du Liban depuis sa cour intérieure. Photo P.H.B.

La Haute Autorité bancaire aurait décidé de placer trois petites banques sous surveillance, selon plusieurs sources bancaires concordantes – deux banques commerciales et une liée à la Banque du Liban – qui ont confirmé hier des informations relayées dans la presse dans la journée. Selon l’une d’entre elles, la Haute Autorité a « pris la décision la semaine dernière de désigner des administrateurs temporaires pour chacune des trois enseignes concernées avec pour mission d’élaborer un plan financier visant à redresser leurs opérations et assainir leur gestion ».

Entretien

Jean Riachi : Le Liban a besoin de banques qui fassent leur métier

Selon les sources citées, l’ancien vice-gouverneur de la Banque du Liban Saad Andary a été désigné pour s’occuper de la Federal Bank, et l’ancien président de la Commission de contrôle des banques, Samir Hammoud, pour gérer la Banque du crédit national. Le nom de Charbel Abdallah Moubarak a été cité par plusieurs médias en ligne. Nous n’avons pas été en mesure de faire officiellement confirmer l’information auprès des trois établissements cités. Selon une des trois sources contactées, la procédure enclenchée par la Haute Autorité bancaire, instance de surveillance du secteur fondée par une loi de 1967, ne signifie pas que les trois enseignes vont être liquidées. « Il est beaucoup plus simple de remettre de petites banques sur les rails », ajoute-t-elle. Selon les données compilées en 2021 par l’Association des banques du Liban, la Banque du crédit national ne dispose que de trois agences, contre cinq pour al-Baraka Bank (en comptant le siège social) et neuf pour la Federal Bank.

Le Liban traverse une grave crise depuis 2019, qui a mis à terre son secteur bancaire. Selon des estimations officielle validées par le Fonds monétaire international, le pays doit répartir plus de 72 milliards de dollars de pertes entre l’État, la BDL, les banques et les déposants. Les autorités préparent puis plusieurs mois un plan de redressement de l’économie qui inclut un volet de restructuration du secteur bancaire.



La Haute Autorité bancaire aurait décidé de placer trois petites banques sous surveillance, selon plusieurs sources bancaires concordantes – deux banques commerciales et une liée à la Banque du Liban – qui ont confirmé hier des informations relayées dans la presse dans la journée. Selon l’une d’entre elles, la Haute Autorité a « pris la décision la semaine dernière de...

commentaires (4)

J'avoue être surpris par cette décision. Qu'ont donc ces banques de si spécial pour être traitées de la sorte? Toutes les banques sont en faillite, pourquoi ces banques ont-elles été traitées différemment? La banque Al Baraka a d'ores et déjà émis un communiqué où elle dénonce l'action de la banque centrale et annonce prendre des mesures légales à l'égard de la banque centrale. Affaire à suivre ...

Nagi Nahas

22 h 50, le 19 novembre 2022

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • J'avoue être surpris par cette décision. Qu'ont donc ces banques de si spécial pour être traitées de la sorte? Toutes les banques sont en faillite, pourquoi ces banques ont-elles été traitées différemment? La banque Al Baraka a d'ores et déjà émis un communiqué où elle dénonce l'action de la banque centrale et annonce prendre des mesures légales à l'égard de la banque centrale. Affaire à suivre ...

    Nagi Nahas

    22 h 50, le 19 novembre 2022

  • En route rigueur ça doit être des banques dont il existe dans la coque un trou nécessaire et suffisant pour les couler ne provenant pas de la BdL. Pour les autres ça va être étrange que ce soit le créancier ayant causé leur perte (ou plus précisément celle de leurs déposants) qui se charge de les redresser.

    M.E

    16 h 37, le 19 novembre 2022

  • La très haute autorité, devrait nous dire ou en est l’enquête juri-criminelle , sur les comptes de la BDL et de l’Etat, confiée à une société spécialisée à coups de millions de dollars. Frais - et coulée par le funeste corbeau du perchoir , place de l’étoile !

    LeRougeEtLeNoir

    10 h 05, le 19 novembre 2022

  • C'est les plus grosses banques qui sont les plus feroces face aux deposants. C'est elles qu'il faut mettre sous surveillance en priorite. Et leurs dirigeants crapuleux en prison.

    Michel Trad

    00 h 36, le 19 novembre 2022

Retour en haut