Rechercher
Rechercher

Environnement - Déchets

Pas d’abattoir à proximité de la décharge de Tripoli, assure Nasser Yassine

Le ministre sortant de l’Environnement a effectué une tournée dans la capitale du Nord au cours de laquelle il a annoncé un futur traitement du dépotoir.

Pas d’abattoir à proximité de la décharge de Tripoli, assure Nasser Yassine

M. Yassine, deuxième à partir de la gauche, lors de sa tournée à Tripoli. Photo Souhayb Jawhar

L’ombre de la monumentale décharge sauvage de Tripoli plane sur cette ville qu’elle continue de polluer par ses émanations, témoin de la gestion catastrophique du dossier des déchets ménagers. Récemment, un projet de construction d’un abattoir à proximité du monstre a soulevé une grande polémique : comment concevoir une production alimentaire dans une zone aussi polluée, de surcroît près d’une décharge non traitée ? Ce projet, qui devait être exécuté par le Conseil du développement et de la reconstruction (CDR), est actuellement en suspens, a rassuré le ministre sortant de l’Environnement, Nasser Yassine, en tournée ce week-end dans la ville.

« Nous cherchons sérieusement une alternative à cette localisation de l’abattoir, a déclaré M. Yassine à L’Orient-Le Jour. Il est primordial de sauvegarder la santé des consommateurs et de respecter les normes internationales, c’est de notre responsabilité. »

Le ministre a assuré être en concertation avec le chef du gouvernement Nagib Mikati, les députés de la ville et plusieurs autorités locales en vue de déterminer un terrain alternatif où un abattoir respectueux des normes pourrait être installé. « Le ministère fera appel à des expertises locales et internationales à ce propos », a-t-il insisté.

Au cours de sa tournée, le ministre Yassine a rencontré une équipe de travail formée d’experts en écologie qu’il a chargée d’examiner la gestion des déchets ménagers dans la ville et tous les dossiers environnementaux urgents, en vue de solutions rapides dans les trois mois qui viennent.

La nouvelle décharge, pas un franc succès

Au cours de sa tournée, le ministre a également abordé le sujet de la nouvelle décharge sanitaire, un site qui devait remplacer la décharge sauvage qui fonctionne sans aucun garde-fou depuis des années. Cette nouvelle décharge a été aménagée en 2018, mais, comme le relève le ministre, « elle fonctionne suivant un cahier des charges insuffisant et qui n’a pas été appliqué de manière adéquate ». « Il est indispensable dorénavant de mettre en place une gestion complète des déchets qui respecte la santé et l’environnement, et ne fasse pas de tort à la façade maritime de la ville », a-t-il dit.

Lire aussi

Émissions de gaz, herbes sèches, pneus usagés... : la décharge sauvage de Tripoli flirte avec le scénario catastrophe

À L’OLJ, le ministre a assuré qu’il va envoyer une lettre au mohafez du Liban-Nord Ramzi Nohra lui demandant de suivre la question des déchets à Tripoli, notamment auprès des sociétés chargées de la collecte des ordures, au niveau du nord comme au niveau de la ville. Les détritus jonchent les rues et les trottoirs dans le Nord, la collecte des déchets ne se faisant pas de manière continue et complète. Très souvent, les sociétés de ramassage se contentent de vider les bennes, sans respecter le cahier des charges qui leur demande de nettoyer les rues régulièrement, selon des plaintes de riverains.

M. Yassine déplore cependant que les autorités locales, actuelles et passées, aient toujours négligé ce dossier, sans jamais rechercher de solutions durables, leur préférant une politique de rafistolage. D’où l’état de l’environnement à Tripoli qui souffre d’une pollution qui affecte, entre autres, la santé des riverains.

« Avec le CDR, nous allons travailler à la fermeture de l’ancienne montagne de déchets définitivement et à en retirer les gaz qui menacent la ville depuis de longues années », a-t-il affirmé. Selon lui, la mise sur les rails de ce projet ne saurait tarder, et il sera financé par le Fonds koweïtien. « L’objectif sera de transformer cette vieille décharge en jardin public après le traitement », a-t-il conclu.

L’ombre de la monumentale décharge sauvage de Tripoli plane sur cette ville qu’elle continue de polluer par ses émanations, témoin de la gestion catastrophique du dossier des déchets ménagers. Récemment, un projet de construction d’un abattoir à proximité du monstre a soulevé une grande polémique : comment concevoir une production alimentaire dans une zone aussi polluée, de...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut