Rechercher
Rechercher

Économie - Liban/Israël

Aoun presse TotalEnergies de commencer l’exploration du bloc 9

Aoun presse TotalEnergies de commencer l’exploration du bloc 9

Le président libanais a reçu hier à Baabda une délégation de TotalEnergies. Photo Dalati et Nohra

Le président de la République Michel Aoun a reçu hier à Baabda une délégation de la société française TotalEnergies, qui lui a présenté les préparatifs en vue de l’exploration future du bloc 9 de la zone économique exclusive (ZEE) du Liban compris dans l’accord conclu, mais pas encore signé, avec Israël la semaine dernière sur la démarcation de leur frontière maritime respective. La délégation a notamment indiqué que « la plateforme de forage sera amenée dès 2023 pour entamer l’exploration », selon l’accord avec l’Administration pétrolière libanaise (LPA), chargée de la logistique du dossier, et qui « reçoit successivement les données disponibles lors des opérations d’exploration ». Ce à quoi le chef d’État a exprimé l’espoir que l’exploration de ce bloc « commence rapidement pour rattraper le temps perdu », qui se compte en années, pendant les négociations.

L’accord prévoit que le gisement offshore de Karish sera sous le contrôle d’Israël et que les réserves de Cana, situées plus au nord-est, seront octroyées au Liban. Mais comme une partie de ce gisement dépasse la future ligne de démarcation, l’État hébreu toucherait une part des futurs revenus de l’exploitation gazière de Cana. Un accord a ainsi été conclu entre TotalEnergies et les Israéliens en vertu duquel ils pourraient « recevoir des compensations » du géant énergétique français et non du Liban, selon le vice-président du Parlement Élias Bou Saab.

Lire aussi

Accord sur la frontière maritime : et le Qatar dans tout ça ?

TotalEnergies est en charge du forage du bloc 9, qui contient le champ de Cana et pour lequel les autorités libanaises retiennent leur souffle quant aux ressources que son exploration pourrait révéler. Des recherches menées en 2020 avaient en effet déjà démontré qu’aucun réservoir de gaz commercialement viable ne se trouvait au sein du bloc 4. La société française n’est toutefois pas seule, faisant partie d’un consortium avec l’Italienne Eni et… l’État libanais. Fin août, après le retrait de la société russe Novatek, le Liban a choisi de reprendre la totalité de ses parts (20 %) au sein de ce consortium et de courir le risque de prétendre à 20 % des profits en cas de découverte de gaz, mais à en assurer en revanche 20 % des coûts. Un choix risqué pour le pays en crise économique et financière depuis trois ans.

Le Liban est toutefois en discussions poussées depuis plusieurs semaines avec le Qatar afin d’établir des moyens de coopération concernant les secteurs de l’énergie et des hydrocarbures entre les deux pays. Rien n’a jusqu’à présent filtré quant à l’aide que pourrait apporter le Qatar sur ce dossier, mais l’émirat a explicitement annoncé la semaine dernière sa volonté de se joindre au consortium.

Le gaz ne sortira pas le Liban de la crise, selon LOGI

Dans un communiqué publié la semaine dernière, l’ONG Lebanese Oil and Gas Initiative (LOGI) mettait en garde contre une situation dans laquelle le Liban n’utiliserait que les éventuelles découvertes de gaz pour se sortir de la crise. Si ce secteur pourrait éventuellement constituer un pilier pour une croissance économique, « il ne résoudra pas cependant la crise économique actuelle et ne devrait pas être le seul pilier de la stratégie de sauvetage économique », a souligné l’ONG dans son texte.

Bien qu’elle indique que les projections sont très difficiles à faire avant qu’une découverte tangible ne soit réalisée, elle note que les estimations des experts, comme celle réalisée pour son compte et celui de l’autre ONG, Kulluna Irada, permettent d’établir une marge en ce qui concerne les quantités qui se trouveraient dans ce champ gazier.

Point de vue

Le gaz ne sauvera pas le Liban

Dans le meilleur scénario, qui se base sur la découverte de 16 trillions de pieds cubes (TCF en anglais) et pour un baril à 6 dollars par millions de BTU (British Thermal Unit) – sachant que l’estimation pour Cana est autour de 1,5 à 2,5 TCF –, le Liban pourrait compter sur environ 6,1 milliards de dollars répartis sur une durée de 15 ans, et pas avant 2030. À titre de comparaison, les pertes du secteur financier sont de plus de 72 milliards de dollars.

Le président de la République Michel Aoun a reçu hier à Baabda une délégation de la société française TotalEnergies, qui lui a présenté les préparatifs en vue de l’exploration future du bloc 9 de la zone économique exclusive (ZEE) du Liban compris dans l’accord conclu, mais pas encore signé, avec Israël la semaine dernière sur la démarcation de leur frontière maritime...

commentaires (5)

Il a joué à l’agonisant simulant l’impuissance depuis son accession au pouvoir et tout d’un coup il est dynamique, souriant et pressé de voir total à l’œuvre et les choses avancées? Mais que s’est il donc passé pour qu’il retrouve le sourire et l’énergie?

Sissi zayyat

17 h 14, le 19 octobre 2022

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • Il a joué à l’agonisant simulant l’impuissance depuis son accession au pouvoir et tout d’un coup il est dynamique, souriant et pressé de voir total à l’œuvre et les choses avancées? Mais que s’est il donc passé pour qu’il retrouve le sourire et l’énergie?

    Sissi zayyat

    17 h 14, le 19 octobre 2022

  • Ça fait sourire cet enthousiasme de dernière minute.

    Esber

    15 h 49, le 19 octobre 2022

  • Total ne va pas compenser Israël de sa poche . On ne sait pas encore si Cana est commercialement exploitable. Le dossier des frontières a été confié il y a dix ans à Berry ! Tout celà ne prête pas à beaucoup d’espoir, compte tenu des minables qui nous gouvernent.

    Goraieb Nada

    08 h 24, le 19 octobre 2022

  • Laisser tomber la ligne 29 relève de la haute trahison!

    Gros Gnon

    07 h 17, le 19 octobre 2022

  • TOUT CE DECULOTTAGE EMPRESSE C,EST POUR ESSAYER D,OBTENIR LA LEVEE DES SANCTIONS SUR LE GENDRIOTE ET LUI ASSURER UN AVENIR... APRES VOUS IL EST FINI... AVANT LE BYE BYE !

    LA LIBRE EXPRESSION

    07 h 07, le 19 octobre 2022

Retour en haut