Rechercher
Rechercher

Politique - Frontière maritime avec Israël

Le Liban est "sur le point de conclure un accord", affirme Aoun

Commentant la formation d'un nouveau gouvernement, le chef de l’État estime que "les choses ne sont pas encore tout à fait mûres".

Le Liban est

Le chef de l'État libanais Michel Aoun, lors d'une prise de parole. Photo d'archives Dalati et Nohra

Le chef de l’État libanais Michel Aoun a estimé vendredi que le Liban est "sur le point de conclure" le dossier du tracé de la frontière maritime avec Israël, alors que les négociations indirectes menées par l'émissaire américain Amos Hochstein se sont dernièrement intensifiées. Il a par ailleurs indiqué que "les choses ne sont pas encore tout à fait mûres" concernant la formation d'un nouveau gouvernement. 

Le Liban est "sur le point de conclure cette affaire à son profit dans un court délai", a affirmé M. Aoun dans un entretien accordé au site arabophone Annasher. "Nous obtiendrons notre droit à l'extraction du pétrole sans avoir de relations directes avec Israël, mais via une médiation américaine", a-t-il assuré. Michel Aoun avait affirmé lundi qu'une proposition écrite transmise par M. Hochstein, "devrait arriver à Baabda avant la fin de cette semaine". Il avait aussi noté que les négociations étaient entrées dans leur "phase finale".

La formation du gouvernement
Le chef de l’État est également revenu sur la formation d'un nouveau gouvernement. "Il me semble que les choses ne sont pas encore tout à fait mûres et que certains continuent de manœuvrer", a-t-il souligné, dans une allusion au Premier ministre désigné, Nagib Mikati.

Lire aussi

Présidentielle : les quatre leçons de la première manche

 Les deux camps sont soumis à de fortes pressions exercées par le Hezbollah mais aussi par l’allié de M. Mikati, le président du Parlement, Nabih Berry, pour accélérer le processus. L’enjeu étant d’éviter le scénario d’un vide total au niveau de l’exécutif après la fin du sexennat, le 31 octobre.

Les réfugiés
Abordant la question du rapatriement des réfugiés syriens, M. Aoun a confié qu'il avait cherché avec le directeur général de la Sûreté générale, Abbas Ibrahim, à "réduire le nombre de réfugiés syriens au Liban" en rapatriant "environ 600.000 des 1.750.000 réfugiés" présents sur le territoire, déplorant le fait qu'un "veto extérieur" ait bloqué son plan. Des groupes de défense des droits de l'homme, tels que Human Rights Watch, avaient rappelle-t-on pointé du doigt ces plans qu'ils qualifient de "dangereux, car la Syrie reste peu sécurisée".

Depuis que le ministre sortant des Déplacés Issam Charafeddine a annoncé début juillet un projet de retour massif des réfugiés en Syrie, à raison de 15.000 par mois, en coordination avec les autorités de Damas, aucune mesure concrète n'a jusque-là été appliquée.

Des groupes de défense des droits de l'homme ainsi que des réfugiés ont dénoncé l'intensification de la pression exercée sur eux sous la forme de réglementations locales restrictives, de perquisitions de l'armée dans les camps et, dans certains cas, des expulsions. Bien qu'aucun chiffre officiel ne soit disponible sur le nombre de réfugiés rapatriés en 2022, un groupe de défense des droits qui suit la question, Access Center for Human Rights, a déclaré à notre publication anglophone L'Orient Today que ses chercheurs ont enregistré une augmentation du nombre de cas d'expulsions vers la Syrie depuis le début de l'année.


Le chef de l’État libanais Michel Aoun a estimé vendredi que le Liban est "sur le point de conclure" le dossier du tracé de la frontière maritime avec Israël, alors que les négociations indirectes menées par l'émissaire américain Amos Hochstein se sont dernièrement intensifiées. Il a par ailleurs indiqué que "les choses ne sont pas encore tout à fait mûres" concernant la...

commentaires (9)

Tous les présidents des pays démocratiques ont haussé le ton et imposé leurs conditions quant à la venue des réfugiés sauf notre épouvantail. Il préfère pleurer et quémander après coup, histoire de berner le monde. Il l’a fait pendant tout son mandat même sur des sujets existentiels feignant l’impuissance et la faiblesse sans jamais pour autant démissionner ou prendre des risques qui offusqueraient ses alliés vendus. L’histoire se souviendra de ses exploits meurtriers qui ont assassiné notre pays.

Sissi zayyat

12 h 14, le 01 octobre 2022

Tous les commentaires

Commentaires (9)

  • Tous les présidents des pays démocratiques ont haussé le ton et imposé leurs conditions quant à la venue des réfugiés sauf notre épouvantail. Il préfère pleurer et quémander après coup, histoire de berner le monde. Il l’a fait pendant tout son mandat même sur des sujets existentiels feignant l’impuissance et la faiblesse sans jamais pour autant démissionner ou prendre des risques qui offusqueraient ses alliés vendus. L’histoire se souviendra de ses exploits meurtriers qui ont assassiné notre pays.

    Sissi zayyat

    12 h 14, le 01 octobre 2022

  • Rien ni personne ne peut imposer à un pays libre et souverain de s’encombrer de réfugiés qui viennent perturber la vie de ses propres citoyens qui, à fortiori manquent de tout après avoir été dépouillée de leur argent par une mafia qui les gouverne. Un président patriote aurait exiger le rapatriement des réfugiés venus en masse et sans aucun contrôle sans condition aucune sous peine de les déloger de force comme ont fait certains pays soucieux du bien être de leur peuple. Aoun préfère se lamenter et verser des larmes de crocodile sur son pays qu’il a pris le soin de disséquer méticuleusement pour l’intérêt de ses alliés vendus et préfère déléguer comme à son habitude les problèmes à des collabos qui font mine de régler le problème en le rendant encore plus difficile à résoudre. Suivez mon regard.

    Sissi zayyat

    11 h 58, le 01 octobre 2022

  • La tambouille d’os est en train de mijoter pour être servie aux citoyens libanais grâce à ce déluré qui continue à croire qu’il a servi son pays en le cédant aux plus offrants qui se sont montrés peu généreux face à des affamés qui ne lui ont pas coûté cher. Vivement le 31 octobre, n’importe quel autre bobet ferait mieux que cet épouvantail.

    Sissi zayyat

    11 h 39, le 01 octobre 2022

  • "… un projet de retour massif des réfugiés en Syrie, à raison de 15.000 par mois …" - à ce rythme il faudra une dizaine d’années pour que les 1’750’000 réfugiés soient tous rapatriés (sans compter les naissances pendant ces 10 ans)…

    Gros Gnon

    07 h 43, le 01 octobre 2022

  • "Le chef de l’État est également revenu sur la formation d'un nouveau gouvernement. "Il me semble que les choses ne sont pas encore tout à fait mûres ..." il faut dire qu'il est quand même dure de former un navet, oh pardon, un autre navet.

    Wlek Sanferlou

    02 h 59, le 01 octobre 2022

  • Yalla bye bye tres bientot!!!! One way ticket!!!!

    Sabri

    00 h 08, le 01 octobre 2022

  • Staline aurait dit: Les groupes de défenses des droits de l'Homme, Combien de régiments?

    Céleste

    23 h 58, le 30 septembre 2022

  • Des groupes de défense des droits de l'homme ainsi que des réfugiés dénoncent l'intensification de la pression exercée sur eux… Peut etre aussi devrait on dénoncer cette nouvelle tendance au niveau de ces memes réfugiés qui se convertissent en boulanger pour « nous » vendre le paquet de pain au prix fort…. De 20000 LL les 800grs et de 15000 LL les 365 grs.

    C…

    23 h 13, le 30 septembre 2022

  • Il se réveille est essaye d'imiter son maître en levant le doigt ...

    Zeidan

    22 h 15, le 30 septembre 2022

Retour en haut